Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces mariés prouvent que l’amour n’a pas de frontières

BORDER MEXICO
AFP PHOTO - GUILLERMO ARIAS
Mariage d'Evelia Reyes et Brian Houston, au poste de frontière entre les Etats-Unis et le Mexique / AFP PHOTO / GUILLERMO ARIAS
Partager

La touchante union entre un Américain et une Mexicaine à la frontière entre les États-Unis et le Mexique a ému le monde entier.

Pour la septième fois seulement depuis 2013, la « Porte de l’espoir », l’ouverture dans le grillage qui sépare les États-Unis et le Mexique, a été ouverte spécialement et uniquement pour que des familles vivant aux États-Unis et au Mexique puissent assister au mariage express de Brian Houston, Américain, et Evelia Reyes, Mexicaine, sur la ligne de frontière. La cérémonie s’est déroulée sous bonne garde des agents de la police des frontières. Elle était organisée par les Border Angels, une ONG de défense des droits des immigrants. « Certains veulent construire des murs, nous voulons ouvrir des portes », a déclaré Enrique Morones, un membre des Border Angels, en faisant allusion à la politique de Donald Trump de faire construire un mur sur les 3 200 kilomètres de la frontière entre les deux pays.

« Pour des amoureux, ce mur n’existe pas. L’amour ne connaît pas les frontières », a déclaré la jeune mariée. Celle-ci a expliqué qu’elle avait rencontré son mari il y a trois ans à Tijuana (Mexique), mais ne pouvait se rendre aux États-Unis car elle ne disposait pas des documents requis. Idem pour le mari empêché de se rendre à Tijuana pour des raisons non précisées. L’heure était au bonheur, même si un des invités n’a pu s’empêcher de lâcher : « Que les familles ne puissent être ensembles que cinq minutes, c’est la chose la plus triste qui soit ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]