Aleteia

« L’étoile de Noël » : un cadeau en dessin animé  

© 2017 CTMG, Inc. All Rights Reserved. | Sony Pictures Animation
Partager
Commenter

La plus belle histoire de l’humanité méritait un nouveau dessin animé. Drôle et d’une grande qualité esthétique, "L’étoile de Noël" sort sur grand écran le 15 novembre, au moment d’entrer dans le temps de l’Avent.

Bo est un petit âne qui cherche l’aventure et veut changer de vie : il parvient à échapper à son affreux maître et atterrit dans le jardin du charpentier Joseph et de sa femme Marie. Suivi par son fidèle ami, une colombe appelée David, il ne rêve que d’une chose : rejoindre la caravane des Rois mages pour suivre l’étoile du Berger avec eux. Il croise Ruth sur son chemin, un mouton aux mêmes aspirations, qui le rejoindra dans sa quête. Les animaux, tous plus excentriques les uns que les autres, s’embarquent comme des enfants dans ce voyage plein de risques, déterminés à découvrir le mystère de l’étoile. Mais le petit Jésus, annoncé comme le Messie, va bouleverser leur aventure…

Suivez l’Étoile, elle ne vous décevra jamais

Dans la petite ville de Nazareth, Marie et Joseph attendent un heureux événement. Pourtant, la peur de n’être pas à la hauteur tourmente le futur père, qui apprend l’arrivée d’un fils annoncé comme le Messie. Pendant ce temps les mages cherchent le roi à qui ils souhaitent offrir leurs présents : l’or, la myrrhe et l’encens. Confiants dans la lecture du ciel, ils suivent l’étoile. La myriade d’animaux de l’histoire aussi l’a vue et elle suscite chez eux la même envie de découvrir où elle peut les mener. Chacun avec ses faiblesses et ses doutes va parcourir la Galilée jusqu’à Bethléem, avec la certitude de trouver une réponse à cette étrange lumière.

Les héros de ce film d’animation sont avant tout les animaux, comme pour préserver l’humilité et la vie cachée des futurs parents de Jésus. S’ils ont du mal à communiquer avec les hommes, rien de leurs intentions ne leur échappe. Les compagnons de fortune sont drôles et attachants, autant qu’ils affectionnent le couple saint qui accepte avec simplicité son admirable destin. Bo, David, et Ruth doivent rester soudés pour faire face aux mésaventures et tenter de protéger la sainte famille. Comme celle-ci reste tout de même en second plan pour offrir au spectateur le loisir de suivre les caractères hauts en couleur des bêtes, il faut voir le sens de l’histoire à travers le changement de chacun. Leurs remises en question et leur courage viennent directement de leur envie de Le suivre. Voici la belle leçon à retenir.

Un label de qualité

Le casting des voix de doublage est excellent, le graphisme également, le scénario soigné et la musique aurait davantage pu être présente étant donné le choix de la production. Mais un dessin animé s’adresse avant tout aux enfants, même si celui-ci est conseillé à tous, et les personnages ont le rôle majeur de pouvoir continuer de les distraire. Pari réussi pour le réalisateur Timothy Reckart, même les adultes peuvent en rire. Ce dessin animé fait un très bon outil pédagogique et de catéchèse. Les adultes se chargeront de l’explication plus théologique de l’histoire, qui en a besoin, sans oublier que le chemin pour arriver à l’étable est bien initiatique et non seulement une question de connaissance.

À la fin du dessin-animé les auteurs n’ont pas manqué de mentionner que, malgré les prises de libertés et l’humour, ils ont voulu respecter les valeurs et l’essence de l’histoire la plus extraordinaire de tous les temps. Une intention qu’ils ont su respecter pour rendre à Noël son message d’unité et de joie, sans tomber dans le fantastique ni dans le didactique. C’est un bon moment de détente à s’offrir avant le 24 décembre.

Voir la bande-annonce :

Tags:
filmNoël
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]