Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le chemin de l’été de la Saint-Martin

COLLEGIALE FORTIFIEE CANDES SAINT MARTIN
Richard Garrat-OT de Saumur
La collégiale de Candes depuis le Château-Vieux
Partager

Saint Martin de Tours est mort à Candes, l’un des plus jolis villages de France sur les bords de Loire et son histoire reste ancrée sur les bords du fleuve particulièrement beau à l’automne. C’est le moment d’aller s’y promener…

L’été de la Saint Martin, dans l’imaginaire populaire, c’est une période de redoux autour du 11 novembre, où l’on peut profiter des dernières couleurs flamboyantes de l’automne… Mais connaissez vous l’origine de cette expression ? Une pieuse légende raconte que, lorsqu’on transféra la dépouille de saint Martin, de Candes, le lieu de sa mort, à Tours, le lieu de sa sépulture, les buissons se mirent à refleurir à son passage le long de la Loire !

Candes-Saint-Martin, l’un des plus beaux villages de France

Le village de Candes-Saint-Martin, ravissant belvédère construit au confluent de la Vienne et de la Loire, est tellement indissociable de la figure du saint qu’il lui est désormais associé. Et si de très nombreux villages français qui portent le nom du Saint, c’est dans celui-ci qu’il est mort, lors d’un voyage pastoral.

Il fait parti des plus beaux villages de France, un label qui distingue les villages à l’architecture préservée et au charme certain. Ici, les eaux de la Loire et de la Vienne, le bleu de l’ardoise et le blanc du tuffeau dessinent un des plus beaux paysages de Touraine, aux tonalités changeantes selon l’heure du jour ou la saison.

VILLAGE DE CANDES SAINT MARTIN VU DE LA LOIRE
Richard Garrat- OT de Saumur
Le village de Candes vu du fleuve

La collégiale fortifiée de Candes-Saint-Martin

Grâce à la personnalité de saint Martin, l’homme qui a coupé son manteau en deux pour le partager avec un déshérité et qui n’a pas cessé d’évangéliser les campagnes françaises, la collégiale, bâtie sur les lieux de sa mort, a très vite attiré les pèlerins.

Dominant les rives du fleuve, sa silhouette trapue impressionne ! On dit que c’est le deuxième plus beau monument religieux d’Indre et Loire, après la cathédrale Saint Gatien de Tours. Fortifiée au XVe pour pouvoir servir de refuge à la population en cas d’attaque lors de la guerre de Cent ans, elle est flanqué de quatre tours carrées couronnées de créneaux et de mâchicoulis !

La porte Nord de la ville de Candes-Saint-Martin, ouvrant sur une église magnifique, est à elle seule un chef d’œuvre d’architecture ! Construite au milieu du XIIIe, elle ouvre sur la deuxième travée de la nef. Le portail, surmonté de trois arcs qui précède le tympan, est entouré de statues, certaines inachevées, et de médaillons sculptés. La voûte, à l’architecture à la fois complexe et élégante, repose au centre sur une fine colonne centrale monolithique. Mais ce qui attire forcement l’œil puisque situé à hauteur d’homme, ce sont les soubassements qui présentent des têtes de saints et de rois au milieu d’un beau décor de végétaux, d’anges et de masques.

Une fois le porche passé, on est immédiatement saisi par l’effet de verticalité de la collégiale Saint Martin de Candes : les trois nefs d’égale hauteur, les piliers formés de colonnes juxtaposées contribuent fortement à cette impression. La construction de la nef est attribuée au Maître de Candes : arrivé sur le chantier de la collégiale vers 1215, il aurait adopté le parti de la cathédrale de Poitiers, trois vaisseaux d’égale hauteur, dont les voutes angevines, c’est-à-dire bombées, étaient très en vogue à l’époque des Plantagenet.

Et s’il y a beaucoup d’éléments du décor bien plus beaux que le vitrail latéral de la chapelle Saint-Martin, ce dernier vaut un petit détour ! Surprenant par ses couleurs sombres, il représente l’enlèvement du corps de Saint Martin par les Tourangeaux au beau milieu de la nuit et son transfert dans le bateau qui permettra à la dépouille du saint d’être ramenée jusqu’à Tours !

Le chemin balisé de l’été de la Saint-Martin

Itinéraire particulièrement intéressant, ce chemin de l’été de la Saint-Martin, 114 km, a été balisé pour suivre les rives du fleuve de Chinon à Tours en passant par Candes-Saint-Martin et Langeais. Qu’on le fasse à pied en vélo ou en voiture, chaque étape réserve d’aussi belles surprises et témoignage de la vie de Saint Martin. Juste à côté de Candes-Saint-Martin, on peut voir le tout aussi pittoresque village de Montsoreau, cadre d’un roman d’Alexandre Dumas mais aussi l’abbaye de Fontevraud, nécropole des Plantagenêt. Puis au château de Langeais, on se souviendra du mariage d’Anne de Bretagne et Charles XIII. Autre légende liée à Saint Martin, on dit qu’à Bourgueil, l’âne du saint aurait brouté les rameaux de vigne et démontré de la sorte aux vignerons du cru les bienfaits de la taille ! Encore un beau geste de partage  de celui qui déchira  son manteau  en deux pour le donner à un déshérité!

VIENNE LOIRE BATEAU PROMENADE FLUVIALE
Richard Garatt-OT de Saumur
La Belle Adèle sur la Vienne à la confluence avec la Loire

 

LOIRE BATEAU À VOILE VUE SUR CANDES SAINT MARTIN
Richard Garatt-OT de Saumur
Candes St Martin depuis le bateau Saumur Loire
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]