Aleteia

6 façons de trouver un but à sa vie, avec saint Ignace de Loyola

Partager
Commenter

Les conseils du fondateur de la Compagnie de Jésus peuvent nous conduire au bonheur...

Si l’on demande à des enfants ce qu’ils veulent faire quand ils seront grands, ils répondent le plus souvent qu’ils veulent être footballeur ou danseuse étoile. Vétérinaire, scientifique et médecin arrivent derrière.

Or les questions visant à savoir pourquoi on est ici et comment on pourrait être heureux sont trop souvent négligées. Quand on pense à notre avenir, on peut ressentir une pression importante pour obtenir l’emploi le mieux payé ou pour entrer dans l’une des écoles les plus prestigieuses. Par conséquent, on en oublie souvent de s’interroger sur les raisons qui nous poussent initialement à envisager ces options et on ne se pose jamais les questions essentielles. Est-ce que je serai heureux quand je serai avocat ou devrais-je plutôt être un homme au foyer ? Cela vaut-il la peine d’entrer dans la meilleure école si l’amour de ma vie, la personne que j’aimerais épouser, ne peut pas me suivre et que notre relation se termine ?

Oublier de prendre en compte le but de sa vie n’est pas nouveau. Il y a 500 ans, Saint Ignace de Loyola était encore un jeune homme et il n’avait jamais pris le temps de réfléchir à son avenir. Il passait plutôt son temps à courtiser les jeunes filles et à se préoccuper d’être habillé à la mode. Il affectionnait aussi les épées étincelantes et les exploits militaires. Son style de vie l’a finalement rattrapé lorsqu’il fut gravement blessé par un boulet de canon lors d’une bataille. Alors qu’il était alité, il a eu le temps de contempler sa vie et a découvert son but : initier un nouvel ordre religieux. C’est devenu un autre homme.

Espérant pouvoir guider d’autres personnes, Saint Ignace de Loyola a écrit certaines des étapes par lesquelles il était passé pour découvrir le but de sa vie. Voici certains de ses conseils basés sur le chapitre « De l’élection » tiré de son ouvrage Exercices spirituels.

1. Prendre le temps nécessaire pour réfléchir au but de sa vie

Si l’on est trop jeune ou si l’on n’a pas suffisamment d’expérience, il est difficile de faire les bons choix pour son avenir. Un jeune enfant peut affirmer avec confiance qu’il sera joueur de basketball professionnel, mais une personne de 36 ans devrait être plus avisée… On ne peut prendre une décision importante qu’après avoir identifié certains de nos talents naturels, et les activités que l’on aime et n’aime pas faire. Plus important encore, on ne prend pas de grandes décisions à un moment où on est inquiet ou distrait. Cela peut sembler être une solution rapide pour remettre les choses sur la bonne voie, mais cela fonctionne rarement parce que l’on ne pense pas à notre avenir de façon rationnelle lorsque l’on est perturbé.

2. S’imaginer dans le futur

D’ici dix à vingt ans, serai-je heureux de mes choix ? Referai-je les mêmes ? Tout le monde n’obtient pas un résultat décisif en faisant cet exercice, mais c’est un bon début.

3. Demander de l’aide aux personnes qui nous connaissent le mieux

L’idée de demander de l’aide à quelqu’un peut paraître absurde, certes ! Mais on peut être surpris par la connaissance approfondie qu’ont les autres de notre vie. Ils ont un point de vue neutre et voient tous les jours ce qui nous rend heureux, donc ce n’est pas une si mauvaise idée que de leur demander leur avis. La prière fait partie de cette demande d’aide, car qui nous connaît mieux que Dieu ? Quand on est confus, prier et parler à nos amis nous donne la lucidité nécessaire pour trouver notre propre but dans la vie.

4. Réfléchir aux conséquences sur notre vie

Cela devient évident quand on a trouvé notre but, car tout le reste se met en place. Notre carrière, notre style de vie et nos objectifs sont-ils bons pour notre santé, notre famille et nos amis ou nous donnent-ils seulement la migraine : trop d’heures de travail à un poste que l’on déteste, la pression sociale ou des attentes irréalistes ? Prenons l’exemple d’un emploi bien rémunéré qui nous est offert, mais pour l’obtenir, on doit s’engager à faire de longues heures et un long trajet pour se rendre au bureau, ce qui nous éloignerait de notre famille. Ce genre de travail peut sembler merveilleux en théorie, mais en réalité, il pourrait nous détourner de notre véritable but dans la vie, qui est, au moins en partie, d’être heureux auprès de notre famille. Considérer la vie dans son ensemble nous aide à éviter de tomber dans le piège de donner trop d’importance à un seul facteur.

5. Imaginer être la personne qui nous conseille

Que vous diriez-vous ? Seriez-vous déçu de vos choix ? Ou heureux au contraire ? Cet exercice est utile pour promouvoir un processus de pensée rationnel et objectif qui minimise la pensée émotionnelle. On peut aussi imaginer une personne qui nous ressemble et qui nous demande conseil au sujet d’une grande décision. Quels conseils lui donneriez-vous ? À quels types de facteurs lui conseilleriez-vous de faire attention pour prendre de grandes décisions ?

6. Imaginer vivre ses derniers instants

Êtes-vous heureux de la manière dont vous avez vécu votre vie ? Si la réponse est non, qu’auriez-vous changé ? Si vous mourriez demain et que vous deviez donner des conseils basés sur vos regrets, qu’auriez-vous changé ? Cela pourrait supposer sortir des sentiers battus ou revoir vos priorités. Il y a quelque chose à propos de la mort qui aide à prendre conscience de la vie, et c’est un exercice qu’il conviendrait de faire régulièrement. Nous ne sommes peut-être pas tous des footballers ou des danseuses étoiles célèbres, mais on a tous une vie devant nous, un but pour lequel on est fait, et une fois qu’on l’a trouvé, rien ne pourrait nous rendre plus heureux.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]