Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Le pape François condamne l’atroce attentat de Mogadiscio

Partager

Au terme de l’audience générale mercredi, le Saint-Père a appelé à prier pour les 300 morts du plus grave attentat jamais perpétré dans le pays.

Corps déchiquetés, carbonisés, brûlés, immeubles soufflésles images prises à l’intersection « Kilomètre 5 » de Mogadiscio, la capitale somalienne, sont apocalyptiques, inimaginables. Et le pape François, encore une fois, n’a pas manqué d’exprimer son effroi et sa « douleur » devant tant d’acharnement des terroristes à détruire des vies entières, comme dans ce terrible attentat ayant causé la mort de plus de 300 morts et autant de blessés dont de nombreux enfants, le 14 octobre dernier. Cet acte terroriste « doit être fermement déploré, d’autant plus qu’il s’acharne sur une population déjà tant éprouvée », a déclaré le Saint-Père au terme de l’audience générale, place Saint-Pierre au Vatican ce mercredi. « Je prie pour les défunts et les blessés, pour les familles et pour le peuple de Somalie », a-t-il poursuivi, et « j’implore la conversion des violents et encourage tous ceux qui, avec d’énormes difficultés, travaillent pour la paix sur cette terre martyrisée ».

L’attentat, perpétré selon toute vraisemblance par le groupe Al-Chabab (affilié à Al-Qaida) — qui a néanmoins démenti toute implication — est le plus meurtrier jamais commis en Somalie. Rien qu’en 2016, les attentats attribués au groupe islamiste – une organisation de 5 000 combattants — ont causé la mort de 4 281 personnes. Juste avant l’audience générale, le Pape a reçu une délégation de la Conférence mondiale des religions pour la paix, réaffirmant que « les religions sont, par leur nature, destinées à promouvoir la paix par la justice, la fraternité, le désarmement, le soin de la création ». Les religions, a-t-il dit, « ne peuvent pas avoir une attitude neutre, et encore moins ambiguë par rapport à la paix ». Qui commet la violence ou la justifie au nom de la religion « offense gravement Dieu, qui est paix et source de paix, et a laissé dans l’être humain un reflet de sa sagesse, de sa puissance et de sa beauté ».