Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Désirer Dieu avec François d’Assise

© Public domain
St François d'Assise
Partager

À l'occasion de la fête du saint, célébrée le 4 octobre, retour sur sa conversion et sa recherche de Dieu.

Les mystiques chrétiens parlent du désir de Dieu avec ardeur. Saint Bernard écrivait dans son Traité de l’Amour de Dieu : « Dieu a fait de toi un être de désir et ton désir, c’est lui, Dieu ». Il s’inspirait d’Augustin qui affirmait que « le désir est le fond du cœur ». En désirant Dieu, on se rend capable d’être comblé par lui.

Présence de Dieu en soi

Dieu est une présence significative à l’âme qui attend qu’on le reconnaisse. La prière, expression par excellence du désir, est le moyen le plus simple et le plus direct pour entrer en relation personnelle avec Dieu. C’est l’échange de deux regards, de deux désirs. Lorsque nous désirons Dieu, nous le cherchons; et lorsque nous le cherchons, nous le désirons. Notre désir devient notre prière. Il suffit de fermer les yeux quelques minutes, de descendre dans notre cœur, d’écouter le silence, de faire un acte de foi en remettant à Dieu notre désir. « Seigneur, tout mon désir est devant toi » (Ps 37 (38), 10).

Le désir nous met en route à la recherche du Dieu de joie, révélé en Jésus Christ. « Console-toi, tu ne me chercherais pas, si tu ne m’avais trouvé », faisait dire Pascal à Jésus. Nous sommes ce que nous cherchons et désirons. Cette recherche et ce désir sont souvent expérimentés comme un manque, un vide.

L’exemple de François d’Assise

François d’Assise, fêté le 4 octobre, était insatisfait de sa vie frivole. Une blessure à la guerre lui permit d’écouter son angoisse, de prendre conscience de son vide spirituel. Ce fut le début d’une intense introspection qui le mena à la conversion, passant de la tristesse à la joie parfaite. Il chercha Dieu en se laissant chercher par le Christ pauvre.

Dieu nous accompagne sur le chemin, mais nous ne le voyons pas. Notre désir d’être comblé au creux de nos pauvretés et de nos blessures attire sa miséricorde. C’est ce qu’a vécu le poverello d’Assise à son retour de Spolète à l’été 1205. Son désir de Dieu se manifestait par ses aumônes aux pauvres, ses méditations dans une grotte du mont Subasio, ses rencontres avec les lépreux. Il rencontrait Dieu en faisant preuve de miséricorde.

Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]