Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand Napoléon malmenait la fête de l’Assomption

Shutterstock
Partager

L'empereur français voyait la Vierge Marie comme une sorte de "rivale" à cause de la coïncidence entre sa date de naissance et la fête de Notre Dame, le 15 août.

Né le 15 août 1769, jour de célébration de l’Assomption au ciel de Marie, Napoléon détestait avoir à « partager » son anniversaire avec cette fête religieuse. Et son irritation allait grandissante car ce jour-là était également célébré en France le vœu du roi Louis XIII, qui avait émis un décret solennel le 15 août 1637 plaçant la nation sous la protection de la mère de Dieu.

Ce qui aurait pu lui apporter beaucoup de fierté et de sérénité le gênait. Pour Napoléon, la France devait compter uniquement sur lui, l’empereur puissant, invincible et génial. Le comble était la lecture par l’Église le 15 août du célèbre passage biblique du Magnificat : « Dieu détrône les puissants et relève les humbles ». Chaque anniversaire de Napoléon était ainsi « gâché », car Notre Dame rappelait que « Dieu disperse les hommes au cœur orgueilleux ».

C’est ainsi qu’il eut l’idée de publier un décret, le 19 février 1806, supprimant l’Assomption en faveur de sa propre gloire… la Saint-Napoléon ! Le pape Pie VII protesta sans équivoque en déclarant : « Il est inadmissible que le pouvoir civil échange le culte dédié à l’Assomption de Marie contre celui d’un saint inexistant ; le pouvoir provisoire n’a pas à interférer dans le spirituel ». Mais Napoléon fit la sourde oreille.

Et comment termina-t-il ? Nous le savons bien. « Dieu détrône les puissants et relève les humbles ». Et Marie ? Après l’abdication de l’empereur en mars 1814, la France restaura la solennité de l’Assomption. Finalement, « Dieu a vu l’humiliation de son esclave. Désormais toutes les générations me proclament, car le Tout-Puissant a largement œuvré pour moi : saint est son nom ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]