Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 juillet |
Sainte Marthe
home iconFor Her
line break icon

Relation mère-fille : comment la reconstruire ?

MOTHER AND DAUGHTER TRYING TO FORGIVE

© Shutterstock

Magdalena Raczka - Publié le 30/07/17

A l'âge adulte, après une relation conflictuelle avec sa maman, il est temps de repartir sur des bases saines, apprendre à pardonner comme à s'affirmer. Témoignages de jeunes femmes qui ont vécu ces situations compliquées pendant leur adolescence....

Olivia se souvient que les notes étaient le sujet qui revenait le plus souvent dans les conversations à la maison : quelle note avait-elle obtenue en telle matière, pourquoi était-ce un 16 et non pas un 18, etc. Elle était donc une élève assidue et rigoureuse, et n’était jamais en retard. À l’école, elle s’efforçait constamment d’être la meilleure et de se distinguer des autres, faute de quoi elle ne répondrait pas aux attentes de ses parents. Des faiblesses ? Personne n’en parlait. Durant de nombreuses années, elle a pensé que la vie était ainsi faite.

« La personne qui te donne beaucoup d’amour et de temps est souvent aussi la personne qui t’inflige beaucoup de souffrances », résume Olivia. Cette personne, c’est sa mère.

Aujourd’hui, Olivia suit une thérapie et apprend à fixer des limites. Elle apprend également à différencier les ambitions et les attentes de sa mère des siennes. Et bien que sa mère ait un cœur énorme, comme l’admet Olivia elle-même, il reste beaucoup de sujets à aborder. Et quand elles s’assoient pour boire un café ensemble, ce n’est plus comme avant.

Un héritage maternel compliqué

Votre mère vous a mise au monde, vous a nourrie, vous a éduquée, etc. Comment pourriez-vous penser du mal d’elle ? Comment lui dire qu’elle se trompe ? Comment lui dire « non » ? C’est votre mère après tout ! Cependant, bien que nous leur devons beaucoup, les relations mère-fille ne sont pas toujours comme nous aimerions qu’elles soient. Nous rêvons d’une mère qui nous épaule et qui soit à nos côtés lors des succès comme des échecs, qui accepte nos choix, qui comprenne notre individualité, et avec qui nous pouvons partager nos problèmes de cœur. C’est ce que l’on devrait pouvoir attendre d’une mère.

Au lieu de cela, nous sommes souvent confrontées au rejet, à la surprotection ou au contrôle, aux ambitions frustrées ou aux difficultés au moment de montrer nos émotions. Nous découvrons soudain que nous laissons presque tout de cette relation derrière nous à l’âge adulte. BOUM ! L’idéal de la mère s’effondre.

C’est parfois le moment où nous coupons le cordon, où nous apprenons à être indépendantes, à mettre des limites et à porter un regard critique. Parfois des frictions temporaires apparaissent, puis nous nous rendons compte que c’était enfantin de se chamailler pour si peu. Mais parfois, c’est le regard que nous portons sur la vie qui change.

« J’ai toujours pensé que ma mère et moi avions une bonne relation. Nous avons vécu à deux pendant la majeure partie de ma vie, nous nous faisions donc confiance. Des années plus tard, je me suis rendu compte que ma mère est en réalité une inconnue : nous ne savons pas comment parler et elle ne m’a pas donné ce qu’une mère est censée donner à son enfant ; j’ai alors pris de la distance. Cela n’a pas été facile de découvrir que notre relation n’était pas ce que j’attendais d’elle », reconnaît Monika.

Chacun aime à sa façon

Tout arrive naturellement : on entre dans le monde des adultes, notre caractère s’affirme, on se rebelle, et soudain, tout le monde à la maison est notre ennemi, surtout notre mère, car elle nous met des interdits, nous surprotège, se mêle de tout et ne nous laisse pas vivre notre vie comme nous l’entendons.

« L’adolescence a sans aucun doute été la période la plus difficile. Notre relation s’est dégradée. Je me sentais limitée en permanence. Ma mère est brusquement tombée malade et n’a pu être à la maison avec nous pendant près de deux ans. J’ai alors pris conscience de tout ce qu’elle m’avait appris, de l’importance de ces disputes et de ces conversations, et de tout ce que je lui dois en réalité. Quand elle a guéri, notre relation a changé et est devenue une amitié pure et sincère. C’est ma meilleure amie », affirme Renata.

Mais que se passe-t-il si ces difficultés relationnelles ne sont pas passagères et continuent après l’adolescence ? « Ma mère a commis beaucoup d’erreurs et me demande pardon encore aujourd’hui. J’ai parfois l’impression qu’elle a plus de regrets que moi. Si je vais éduquer mes enfants de la même façon ? Bien sûr que non. Mais est-ce réellement le paramètre qui définit si nous nous aimons ou pas ? », se demande Joanna. Aujourd’hui sa mère la soutient et s’inquiète pour elle, mais respecte aussi ses choix et son espace personnel, bien que cela leur ait demandé beaucoup d’efforts à toutes les deux.

Ma mère aussi a eu une mère

C’est parfois difficile à croire, mais nos mères aussi ont leur propre histoire, tout comme nous. Savoir que notre mère est peut-être passée par une situation similaire voire pire, nous ouvre à la compréhension et à l’acceptation.

« Même si je dois découvrir beaucoup de choses par moi-même, je sais aussi que ma mère a eu une mère qui lui a appris, ou non, à être une mère pour ses enfants. Être mère ne s’apprend pas du jour au lendemain, je comprends donc que la maternité ait été un banc d’essai pour elle, surtout qu’elle-même était l’aînée de ses frères et sœurs », explique Monika.

Plus nous commettons d’erreurs, plus nous tolérons les erreurs des autres. Cela ne veut pas dire que nous devons être d’accord sur tout. Une relation saine exige de respecter les besoins de l’autre. Il est donc bon de dire « non » pour indiquer que nous imaginons notre vie différemment, pour ne pas céder au chantage émotionnel et aux perspectives disproportionnées. Il n’y a rien de mal à cela.

Mais il ne faut pas garder de rancœurs. Nous ne pouvons pas tout changer et parfois cela n’en vaut pas la peine. Nous pouvons aimer nos mères malgré notre passé et construire parallèlement une vie basée sur nos propres choix et tirer des enseignements d’autres expériences. Même si nous n’avons pas trouvé de solution parfaite et qu’un vide reste souvent dans notre cœur, au final c’est peut-être la leçon la plus importante que nous tirerons de cette relation.

> Cet article est une traduction de la version polonaise d’Aleteia.

Tags:
Enfantsmère
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
2
POPE FRANCIS
La rédaction d'Aleteia
Une indulgence plénière accordée ce dimanche 25 juillet
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
ELDERLY MAN
Philip Kosloski
Ce psaume qui souligne avec justesse la beauté de la vieillesse
5
HAPPY
La rédaction d'Aleteia
La prière des grands-parents
6
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
7
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement