Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 14 avril |
Saint Maxime
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Philippines : “Ramenons de la joie et de la sécurité pour nos enfants”

MARAWI REFUGEES

Girlie Linao / DPA

Sylvain Dorient - publié le 27/07/17

Le groupe armé philippin Maute, se réclamant de l'État islamique, affronte depuis trois mois l'armée gouvernementale dans la ville de Marawi. Caritas lance un appel pour les réfugiés.

“Venons à l’aide de Marawi !”, enjoint Caritas Philippines, qui assemble des volontaires pour soutenir les exilés de la ville. Les combattants de Maute — issus d’une scission d’extrémistes au sein d’un groupe islamiste, le Front moro islamique de libération (FMIL) — poursuivent l’espoir délirant d’un califat philippin, au cœur d’un pays à majorité chrétienne. Malgré l’intervention de l’armée, ils tiennent encore près de 1 500 bâtiments.

Le conflit a provoqué l’exil d’environ 300 000 personnes, et le père Gariguez, connu pour sa défense des communautés indigènes, implore : “Ramenons de la joie et de la sécurité pour nos enfants”. Demandant une intervention rapide de l’Église catholique, il se réjouit de l’aide déjà apportée par Caritas, qui s’élève à 198 000 dollars. Quant à l’évêque de Marawi, Edwin de la Pena, il soutient une initiative de femmes musulmanes : elles ont organisé une marche en direction de la ville, pour exprimer leur colère. “Je crois en la valeur unique de la contribution des femmes pour achever la guerre”, a-t-il assuré.

Les islamistes des Philippines

Les frères Maute, Omarkhayam et Abdullah, ont donné leur nom à cette organisation qui refuse les négociations entreprises par les dirigeants du FMIL, auquel ils appartenaient auparavant. Fondé en 2012, le groupe Maute a été rejoint par des mouvements terroristes minoritaires en 2017, après avoir prêté allégeance à l’État islamique. Il vit du racket des populations locales, et s’est distingué par sa violence, en particulier à l’encontre des chrétiens. Lors de la prise de Marawi, les jihadistes ont détruit la cathédrale de Marie-Auxiliatrice, incendié des écoles et mis en fuite la population civile. Ils ont aussi saisi environ 200 otages, parmi lesquels une centaine sont encore entre leurs mains, y compris le père Chito Suganob, enlevé le 23 mai avec des paroissiens en pleine messe.




Lire aussi :
Philippines : le prêtre enlevé par les islamistes serait vivant

Le président Duterte, célèbre pour ses sorties provocantes, a décrété la loi martiale sur l’île de Mindanao, au sud de l’archipel, où se situe la ville de Marawi. Mardi 18 juillet, il se rendait pour la première fois à Marawi pour encourager les troupes philippines. Revêtu d’une tenue de camouflage, il a assuré que “le combat n’était pas fini”. Il craint en particulier que le groupe Maute ne soit parvenu à essaimer hors de la ville. Jusqu’à présent, les combats à Marawi auraient coûté la vie à 565 personnes, dont 421 jihadistes et 99 soldats et policiers.




Lire aussi :
Philippines : “On se croirait en Syrie ou en Irak !”

Tags:
Philippines
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement