Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Philippines : « Ramenons de la joie et de la sécurité pour nos enfants »

MARAWI REFUGEES
Girlie Linao / DPA
Partager

Le groupe armé philippin Maute, se réclamant de l'État islamique, affronte depuis trois mois l'armée gouvernementale dans la ville de Marawi. Caritas lance un appel pour les réfugiés.

« Venons à l’aide de Marawi ! », enjoint Caritas Philippines, qui assemble des volontaires pour soutenir les exilés de la ville. Les combattants de Maute — issus d’une scission d’extrémistes au sein d’un groupe islamiste, le Front moro islamique de libération (FMIL) — poursuivent l’espoir délirant d’un califat philippin, au cœur d’un pays à majorité chrétienne. Malgré l’intervention de l’armée, ils tiennent encore près de 1 500 bâtiments.

Le conflit a provoqué l’exil d’environ 300 000 personnes, et le père Gariguez, connu pour sa défense des communautés indigènes, implore : « Ramenons de la joie et de la sécurité pour nos enfants ». Demandant une intervention rapide de l’Église catholique, il se réjouit de l’aide déjà apportée par Caritas, qui s’élève à 198 000 dollars. Quant à l’évêque de Marawi, Edwin de la Pena, il soutient une initiative de femmes musulmanes : elles ont organisé une marche en direction de la ville, pour exprimer leur colère. « Je crois en la valeur unique de la contribution des femmes pour achever la guerre », a-t-il assuré.

Les islamistes des Philippines

Les frères Maute, Omarkhayam et Abdullah, ont donné leur nom à cette organisation qui refuse les négociations entreprises par les dirigeants du FMIL, auquel ils appartenaient auparavant. Fondé en 2012, le groupe Maute a été rejoint par des mouvements terroristes minoritaires en 2017, après avoir prêté allégeance à l’État islamique. Il vit du racket des populations locales, et s’est distingué par sa violence, en particulier à l’encontre des chrétiens. Lors de la prise de Marawi, les jihadistes ont détruit la cathédrale de Marie-Auxiliatrice, incendié des écoles et mis en fuite la population civile. Ils ont aussi saisi environ 200 otages, parmi lesquels une centaine sont encore entre leurs mains, y compris le père Chito Suganob, enlevé le 23 mai avec des paroissiens en pleine messe.

Le président Duterte, célèbre pour ses sorties provocantes, a décrété la loi martiale sur l’île de Mindanao, au sud de l’archipel, où se situe la ville de Marawi. Mardi 18 juillet, il se rendait pour la première fois à Marawi pour encourager les troupes philippines. Revêtu d’une tenue de camouflage, il a assuré que « le combat n’était pas fini ». Il craint en particulier que le groupe Maute ne soit parvenu à essaimer hors de la ville. Jusqu’à présent, les combats à Marawi auraient coûté la vie à 565 personnes, dont 421 jihadistes et 99 soldats et policiers.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]