Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François appelle à prier pour Charlie et ses parents

POPE FRANCIS
M.MIGLIORATO/CPP/CIRIC
Partager

Le souverain pontife a appelé à prier « pour Charlie Gard et pour ses parents » qui se sont résolus à laisser mourir leur fils atteint d'une maladie génétique.

Le pape François a de nouveau apporté son soutien aux parents de Charlie Gard, qui se sont résolus à laisser mourir leur fils, selon l’agence I.Media. Greg Burke, directeur du bureau de presse du Saint-Siège, a expliqué ce 24 juillet que le souverain pontife « prie pour Charlie et pour ses parents et se sent particulièrement proche d’eux dans ce moment d’immense souffrance ». Ce dernier demandé également à ce que « nous nous unissions à la prière pour qu’ils puissent trouver la consolation et l’amour de Dieu ». Un appel qui intervient, alors que les parents du petit Charlie ont finalement renoncé devant la Haute cour de Londres à exiger son maintien en vie, contre l’avis de tous les médecins. « C’est la chose la plus difficile qu’il nous ait été donné de faire », a expliqué en larmes la mère, qui, selon ses dires, souhaitait « seulement lui donner une chance de vivre. »

En avril dernier, Chris Gard et Connie Yates avaient contesté la décision de l’hôpital londonien Great Ormond Street de couper la ventilation artificielle indispensable à la survie de leur bébé, âgé maintenant de onze mois, qui souffre d’un syndrome de déplétion de l’ADN mitochondrial affectant les cellules responsables de la respiration. Les tribunaux britanniques, puis la Cour européenne de justice, le 27 juin, avaient donné raison aux médecins, au grand dam des deux parents.

Le respect de la volonté des parents

Les soutiens conjoints du président américain Donald Trump et du pape François avaient relancé l’affaire. Des militants américains « pro-vie » s’étaient alors déplacés jusqu’à Londres, allant jusqu’à menacer le personnel de l’hôpital. Les parents de Charlie avaient alors décidé de transférer le nourrisson à New York, afin de lui faire administrer un traitement expérimental jamais tenté, contre l’avis des médecins anglais, qui croyaient que cela n’allait faire qu’accroître les souffrances du bébé. Le 2 juillet dernier, le souverain pontife avait alors appelé au respect des volontés des parents. Outre-Atlantique, ses chances de survies n’étaient estimées qu’à 10 % par le médecin qui devait s’occuper du petit Charlie. Les parents persistent néanmoins à croire que leur enfant aurait survécu si la procédure avait été plus rapide.

New York n’était pourtant pas la seule destination possible pour Charlie. À Rome, l’hôpital pontifical pédiatrique du Bambino Gesù s’était déclaré prêt à l’accueillir pour essayer un autre traitement expérimental. Mais tout éventuel transfert était conditionné à la décision de la Haute Cour. Une conférence de presse à ce sujet s’est déroulé le 25 juillet au Bambino Gesù.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.