Aleteia

Aimez-moi, même quand je ne le mérite pas !

© Shutterstock
Partager
Commenter

Il y a des personnes qu'il faut simplement aimer, sans essayer de les comprendre et encore moins de les juger. Peut-être ne sont-elles pas capables d'exprimer certaines choses, c'est ce que nous explique notre collègue espagnole ...

Je me souviens m’être plainte amèrement à mon mari que l’un de nos enfants était passablement désagréable avec moi. Il m’a écouté patiemment alors que je déversais ma « longue plainte ». Sa réponse m’a laissée sans voix : « Je te comprends, mon amour. C’est pour ça, contente-toi de l’aimer ». Que pouvais-je ajouter à cette réponse ? « Contente-toi de l’aimer ». Je suis restée muette et pensive et cela m’a amené à une réflexion plus profonde.

Nous avons tous connu des personnes difficiles à apprécier, et encore plus à aimer. Des personnes qui ont tout simplement un caractère ou une personnalité qui « énerve » ou « agace », soit parce qu’elles se plaignent ou se victimisent constamment, soit parce qu’elles sont colériques ou passent leur temps à râler et à critiquer. Ou alors parce qu’elles trouvent cinq problèmes à chaque solution.

Il y a aussi ces personnes qui ne supportent pas d’être contrariées ou qui prennent tout mal. On ne peut pas les toucher, même avec un pétale de rose, car elles se sentent agressées et sortent les griffes. Et comme elles se sentent attaquées, elles contre-attaquent d’une manière remarquablement agressive. Ah ! Mais par contre, elles peuvent dire tout ce qu’elles pensent car elles sont soi-disant très sincères, alors qu’en réalité elles vexent tout le monde. Et inutile d’oser les contredire car elles se sentiraient attaquées.

Ces personnes-là ont l’impression que la Terre tourne autour d’elles et que tout le monde les envie. Elles ne peuvent voir une femme ayant un joli corps sans dire qu’elle est refaite de partout. Si elles voient une personne qui semble plus jeune qu’elles, c’est sûrement grâce au botox. Elles ne peuvent supporter l’idée qu’il y ait des personnes mieux qu’elles.

D’autres personnes manipulent la vérité à leur guise et si les choses ne prennent pas la tournure qu’elles espéraient, elles jouent les martyrs. D’autres encore vivent des commérages et déforment la réalité, elles critiquent pour avoir l’impression d’être mieux que les autres.

Si une personne a des potins vous concernant à vous raconter, dîtes-lui simplement : « Si tu ne sais pas qui croire entre l’autre personne ou moi, crois celle qui a une plus grande stabilité émotionnelle. Crois la personne qui a le plus de poids moral. Et enfin, crois celle qui a la vie la plus stable. » Qu’elle tire elle-même ses conclusions. C’est très simple… Car c’est vraiment très fatigant de devoir éclaircir les doutes des autres.

Combattre la jalousie

Poursuivons avec les personnalités difficiles à aimer. Certaines personnes font des commentaires empreints de la douleur et de l’amertume qu’elles ressentent, et de toute la jalousie qu’elles éprouvent pour vous et pour le monde entier. D’autres sont des girouettes qui changent d’avis selon ce qui les arrangent, en pensant que nous ne nous rendons pas compte de leur manque de droiture et de leur hypocrisie. Bref, il existe tout type de personnalités et de comportements dans la vigne du Seigneur.

Ces personnes sont vraiment difficiles à accepter

C’est vrai, il est très difficile d’accepter et d’aimer ce type de personnes. C’est pourtant là que nous devons montrer de quoi nous sommes faits et faire preuve de charité, d’empathie et de compréhension. Nous avons été conçus par amour, et pour aimer et être heureux.

Quand nous voyons une personne qui sourit difficilement, ou si un membre de notre famille, un ami, une connaissance ou un inconnu a une attitude ou une personnalité comme celles que nous venons de mentionner, soyons sûrs que l’âme de cette personne est profondément blessée et que c’est pour cette raison qu’elle agit de la sorte.

Ce comportement lui permet de se défendre et de survivre. Nous devons vraiment en être conscients et agir en fonction. Pourquoi attendre plus d’une personne que ce qu’elle peut nous donner ? Nous donnons tous ce que nous avons à offrir, ce qui remplit notre cœur et notre mémoire.

Certains d’entre nous avons choisi de guérir nos plaies. La guérison est plus difficile pour d’autres. C’est ce dont je parle quand je dis que nous devons agir conformément à notre être intérieur.

Qu’en était-il de vous et moi quand nous étions les personnes difficiles à aimer ? Bien sûr ! Nous sommes nous aussi imparfaits et des personnes ont sûrement eu envie de nous le faire remarquer.

Surtout quand nous passons par des moments de crise, ou pour les femmes, par des changements hormonaux. Ah ! Comme c’était difficile pour eux de nous aimer.

Nous devons vraiment faire preuve de plus de patience et de charité envers nos pairs et nous-même. Il n’y a aucun intérêt à aimer les personnes uniquement lorsqu’elles remplissent nos attentes et ne nous agacent pas. Cela n’est pas de l’amour pur, mais de l’intérêt. Il faut aimer ces personnes encore plus quand elles passent par des moments difficiles et comprendre que si elles se montrent parfois colériques et à fleur de peau, c’est parce qu’elles portent en elles une douleur qui ne leur permet pas de vivre dans la joie.

Les personnes qui passent par des moments difficiles n’ont certainement pas besoin d’être jugées, d’être montrées du doigt et encore moins d’être critiquées. Elles ont besoin de notre charité dans tout le sens du terme.

Et si nous voyons que nous passons nous-même par une étape difficile, nous devons en parler. Les autres ne doivent pas payer les pots cassés de notre attitude négative. Nous avons le droit de dire que nous n’allons pas très bien et de demander de la patience et de la compréhension.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]