Aleteia

Claude Rich, géant du cinéma et chrétien discret

© JACQUES DEMARTHON / AFP
Claude Rich en 2007, sortant de l'église Sainte-Eustache après les funérailles de son ami, Jean-Pierre Cassel.
Partager
Commenter

Avec la disparition de Claude Rich, décédé ce 20 juillet à l'âge de 88 ans, c'est un immense comédien qui s'éteint. Mais aussi un homme pétri d'une foi ardente et humble.

Des Tontons Flingueurs au Crabe-Tambour, du Souper à Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, Claude Rich — qui fut aussi un des très grands du théâtre des dernières décennies — excellait dans tous les registres, du plus populaire au plus ardu, du plus burlesque ou plus tragique. Il a joué pour les plus grands des metteurs en scène, donné la réplique à d’autres géants du 7e Art, tenu entre ses bras les plus talentueuses actrices de son temps.

Pourtant, malgré cette carrière fulgurante, cette notoriété, cette popularité — qui ont fait tourner la tête de plus d’un — Claude Rich demeura toute sa vie fidèle à certaines valeurs : l’élégance, la fidélité et l’humilité, et s’arrima à un socle solide, sa foi, même si elle connût des hauts et des bas.

Paroissien assidu, signataire de la pétition en faveur du Motu Propio de Benoît XVI, l’acteur — qui avait plusieurs fois revêtu la soutane pour les besoins de l’écran (il incarne ainsi le cardinal Ottaviani dans le téléfilm Le bon pape Jean XXIII de Giorgio Capitanni) — abordait sans s’attarder cette dimension face aux caméras ou au micro :

« Ma mère m’a élevé dans la foi chrétienne. Adulte, je me suis éloigné de la pratique, mais jamais de cet héritage reçu. Dieu a été gentil avec moi ! Depuis quelques années, je m’efforce d’être meilleur en ce domaine » (La Croix, avril 2006).

« J’ai très longtemps eu une photo de Charles de Foucauld dans mon portefeuille. J’aime son besoin d’absolu » (La Croix, avril 2006).

« Je ne suis pas un très bon chrétien. Je n’étudie pas beaucoup ma religion, mais je crois en l’amour de Dieu. De la même façon que l’on ne sait pas toujours pourquoi on aime une personne, j’aime Dieu. Je le fréquente tous les dimanches. » (Valeurs Actuelles, janvier 2006).

« Lorsqu’il m’arrive de confier à quelqu’un mon intention d’aller à la messe le dimanche et que mon interlocuteur me fait part de son étonnement, je lui dis que c’est moi qui suis étonné qu’il n’aille pas à l’église. » (Valeurs Actuelles, janvier 2006).

Cependant, Claude Rich — dont la mère espéra un temps qu’il devienne prêtre — veillait à bien séparer sa vie publique de sa foi privée. « Ne me transformez pas en comédien catholique. Je veux rester un acteur qui puisse jouer tour à tour un salaud ou un saint », déclarait-il aussi à La Croix au printemps 2006.

Tags:
cinéma
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]