Aleteia

Donner une éducation religieuse à ses enfants : Du lavage de cerveau ?

© Shutterstock
Partager
Commenter

Une récente étude montre que la plupart des parents d'aujourd'hui refusent de donner une éducation religieuse à leur progéniture de peur de les embrigader. Mais toute connaissance est liberté ! Notre chroniqueur américain donne trois (bonnes) raisons de faire connaître Jésus aux enfants. 

Nombreux sont les parents qui refusent aujourd’hui d’inculquer la religion à leurs enfants, sous quelque forme que ce soit. « Je souhaite que mes enfants puissent se faire leur propre opinion en matière de religion, sans aucune pression de ma part  » déclarent ils.  D’un côté, je peux comprendre : Ces mêmes parents parlent de leur propre éducation religieuse sur un ton qui en dit long. Ils ont de mauvais souvenirs de prêtres autoritaires leur rabâchant la religion dès le plus jeune âge, de principes moraux très stricts ne souffrant aucune contestation. Le résultat, c’est qu’une fois parvenus à la liberté de l’âge adulte, ils fuient le plus loin possible de toute religion organisée. Même si, d’après ce que je sais, certains de ces adultes sont toujours ouverts à la spiritualité, ils ont beaucoup de mal à accepter l’idée d’une religion structurée, et ne veulent pas forcer leurs enfants à croire en ce qu’ils croient. Pour eux, ce serait être un mauvais parent.

 

Personnellement, mon éducation religieuse s’est plutôt bien passée et je sais que c’est le cas pour de nombreux autres parents. Mais même parmi ceux-là, certains ont parfois l’impression qu’enseigner la foi à ses enfants consiste à exercer une forme de contrôle sur eux. D’ailleurs, cette impression semble être la tendance dominante. Sur le site debate.org, un récent sondage posait la question : « Enseigner la religion aux enfants, est-ce du lavage de cerveau ? » La réponse était un écrasant « oui » à 86% : Oui, nous lavons le cerveau de nos enfants en leur parlant de la foi !

En tant que parents de cinq enfants, ma femme et moi sommes confrontés à cette problématique tous les jours. Devons-nous leur apprendre à prier ? Leur faire lire la Bible ? Les inscrire au catéchisme et leur faire faire leur première communion ? Pour nous, la réponse n’a jamais fait de doute : Evidemment !

Voici les raisons pour lesquelles nous élevons nos enfants dans la foi – sans leur laver le cerveau.

Pour qu’ils apprennent à faire des choix raisonnés

On pense souvent que la religion empêche les croyants de penser de manière rationnelle. À cause de ce préjugé, les parents se disent qu’enseigner la religion à leurs enfants nuit à leur capacité d’avoir une pensée claire, de faire les bons choix. Pour ne parler que de ma religion, à savoir la religion catholique, je dirais que cette vision d’une foi incompatible avec la raison est erronée. Au contraire, le catholicisme encourage pleinement l’usage de celle-ci. Le pape Jean-Paul II le formule d’ailleurs d’une très belle manière quand il dit : « La foi et la raison sont comme les deux ailes qui permettent à l’esprit humain de s’élever. »

Élever nos enfants dans la foi ne nuit pas à leur capacité de faire des choix rationnels. C’est l’inverse : Ne pas leur parler de la foi, c’est restreindre leur possibilité de choisir leur propre voie. Joe Heschmeyer, un séminariste américain, exprime cette idée dans un article paru sur son blog : « Si vous aviez un enfant et que vous décidiez de ne pas lui apprendre à parler (afin qu’il puisse choisir sa propre langue à l’âge adulte), vous seriez un très mauvais parent. »

Notre mission principale en tant que parent, c’est de guider nos enfants, de leur ouvrir des perspectives. Nous leur apprenons à manger sainement, à respecter les autres, à bien se comporter en public. Nous les envoyons à l’école, les inscrivons au sport, leur faisons partager nos loisirs. Plus tard, lorsqu’ils seront adultes, ils auront alors à leur disposition une réserve d’informations leur permettant à leur tour de construire leur vie en faisant leurs propres choix. Mais si nous refusions de leur enseigner telle ou telle de ces choses de peur de les influencer, d’altérer leur capacité à penser avec raison, ils s’en trouveraient fortement limités ne seraient pas préparés à la vie. Pourquoi en serait-il autrement pour la religion ? Il est important que les enfants soient familiarisés avec la religion afin qu’une fois adultes, ils aient les bases nécessaires pour façonner leur propre pratique religieuse.

Pour qu’ils sachent ce qu’est une vraie communauté

Parfois, je me demande si nous n’avons pas oublié l’importance des communautés qui ont façonné notre enfance. Les traditions religieuses contribuent à nous construire. Elles nous aident à savoir qui nous sommes et nous donnent l’aplomb nécessaire pour décider de voler de nos propres ailes, tout en sachant que si jamais nous tombons, une communauté de croyants sera toujours là pour nous rattraper. Sans cette communauté, on a tôt fait de se sentir seul, d’avoir peur de prendre sa place dans le monde.

Personnellement, j’ai été élevé dans la tradition protestante et non catholique, mais c’est ma communauté protestante qui m’a donné des bases solides pour que je fasse ensuite mon propre choix. Aujourd’hui encore, je suis très reconnaissant de l’éducation religieuse reçue de mes parents.

Pour qu’ils se sachent aimés

Je fais vraiment de mon mieux pour être le meilleur père possible pour mes enfants, mais il arrive que j’ai des jours « sans » : Je crie trop, je n’ai pas le courage de jouer avec eux, je les punis trop sévèrement, ou j’ai du mal à leur exprimer mon amour. Malheureusement, cela fait partie de la condition humaine, et même si l’on fait de notre mieux, il arrive que l’on ne soit pas à la hauteur. Si l’on part du principe que les parents ne sont pas parfaits, qu’il y a des moments où je suis trop en colère contre mes enfants, ou qu’ils ont l’impression que je ne les comprends pas, quand je n’arrive pas à les aimer comme ils le méritent, qui va leur apporter ce dont ils ont besoin ? Il n’y a qu’une réponse : Dieu.

L’amour de Dieu est parfait. Dieu est le père parfait que je ne suis pas. Je veux que mes enfants sachent qu’ils sont aimés inconditionnellement, même quand la relation entre nous n’est pas au beau fixe. Quelles que soient les difficultés qu’ils rencontreront en grandissant, il y aura toujours la possibilité d’une relation fidèle et stable avec le Dieu qui les aime. En tant que parent, c’est mon devoir de faire connaître cette relation à mes enfants et de les aider à la cultiver. Ensuite, ils sont libres de faire leurs propres choix. C’est ce qu’ont fait mes parents, et je leur en suis très reconnaissant. À mon tour désormais de transmettre ce précieux cadeau à la prochaine génération.

> Cet article est une traduction de la version américaine d’Aleteia

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]