Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Demain, il sera le père Hamel

© Diocèse de Rouen
Julien Hamel
Partager

Dans le diocèse de Rouen, le premier prêtre à être ordonné depuis la mort du père Jacques Hamel devrait être Julien Hamel, ordonné diacre ce dimanche 2 juillet. Son patronyme, identique à celui du prêtre assassiné l’été dernier, résonne comme un beau symbole.

Ne cherchez pas de relation familiale entre ce Julien Hamel de 25 ans et son aîné, le père Jacques Hamel, assassiné dans sa 86e année, le 26 juillet 2016. Hamel est un nom répandu en Normandie, mais Julien a bien entendu été profondément affecté par la nouvelle de la mort du prêtre de son diocèse. La disproportion entre la violence des agresseurs et la fragilité d’un homme âgé. L’absurdité, enfin, de massacrer au nom de la « guerre sainte » un « ennemi » désarmé, qui disait la messe devant quatre personnes sans défense. Pas question, pour autant, de changer la vie d’un prêtre : « On va continuer à dire les messes en semaine, de toute façon le risque est partout », assume Julien Hamel.

Il ne se voit pas comme aspirant martyr — « le martyr ne se demande pas » — mais entend continuer à avancer dans sa vocation. Séminariste à Issy-les-Moulineaux, il attaque sa dernière année d’études, à l’issue de laquelle il sera ordonné, « si tout va bien », précise-t-il. Il sera prêtre diocésain à Rouen et ira là où on aura besoin de lui : « Je ne bâtis pas de plan sur la comète, mais je veux me mettre au service de nos paroissiens. J’irai là où mon évêque me dira d’aller », explique-t-il simplement.

Une vie donnée

Cette volonté de donner intégralement sa vie est venu d’un « terreau familial fertile », assure Julien Hamel, mais pour que la graine de la vocation plante ses racines, son expérience de servant de messe fut déterminante. Au contact de l’autel, il prit un rôle actif dans la messe, et entra dans le mystère de l’Eucharistie. La décision de devenir prêtre s’imposa à lui alors qu’il était au collège, en 4e. Il n’en parla à personne, à l’exception de deux prêtres qui l’accompagnaient, tandis qu’il était lycéen. Ce n’est qu’une fois étudiant qu’il confia sa résolution à sa famille. « Il me semblait important de ne pas m’engager trop tôt, de conserver ma liberté jusqu’au bout », se souvient-il.

Le séminaire ne lui a pas semblé long, assure-t-il, « je n’ai pas vu passer ces six années ! » Mais pendant ce temps de formation et de discernement, sa vocation s’est affinée. « Il y a plusieurs temps dans une vocation. Le plus souvent, on s’identifie à une figure de prêtre à laquelle on veut ressembler, puis on s’en détache progressivement. C’est ainsi que l’on devient un homme consacré à l’Église, complètement disponible », conclut-il.

Julien Hamel a été ordonné diacre en vue du sacerdoce dimanche 2 juillet 2017 à 10h45 en l’église Saint-Pierre de Roncherolles-en-Bray par Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]