Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 09 décembre |
Sainte Léocadie
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

David Hockley, un fils de pasteur devenu catholique

Capture d_écran 2017-06-19 à 17.42.59

© DH

David Hockley

Sophie Le Noën - publié le 20/06/17

Il aime à dire qu’il s’est converti presque malgré lui. Né fils de pasteur, David Hockley a embrassé la foi catholique à l'âge de 20 ans.

Vous l’avez sûrement déjà croisé sur le parvis de Notre-Dame ou à Paray-le-Monial un été. Directeur technique dans une société de production, quand il ne crée pas des applications mobiles pour enfants, il s’occupe de faire danser des adolescents avec son mouvement catholique Jump4Joy, qui veut évangéliser par la danse.

Ce n’était pourtant pas le destin tout tracé de celui qui est né et a grandi dans une famille protestante évangélique.

Dans son village de Champagne, il se destinait plutôt à devenir missionnaire, comme papa. Né en Angleterre, il a vu toute son enfance ses parents dédier leur vie au Christ, en étant bénévoles avec « Jeunesse en Mission », une organisation missionnaire. »Ils vivaient de la Providence », explique leur fils.

« Et si je te demandais de devenir catholique ? »

C’est à une des sessions organisées par elle, fréquentée par des catholiques irlandais, que David a l’impression que Dieu l’interpelle : « Et si je te demandais de devenir catholique ? ». « Pour moi, c’était un test de ma foi. J’étais certain que Dieu ne me demanderait jamais d’aller jusqu’à l’impensable. » Mais qu’à cela ne tienne, il décide de se prêter au jeu de la question. Et il n’était pas au bout de ses peines. « Tout était questionnement, à commencer par l’Eucharistie. »

Alors David se plonge dans la Bible et commence à se poser des questions. Son cheminement dans la foi se fait par l’étude des mots, des versets, de la liturgie. « Ceci est mon corps, ceci est mon sang », l’interpelle particulièrement.

Petit à petit, mais presque rapidement, il comprend. « Je ne pouvais pas me résoudre à renier vingt ans de protestantisme. J’étais disposé à croire. Mais je ne croyais pas. J’avais d’un côté ce que la Bible me disait. De l’autre, mon vécu protestant ; les vingt ans pendant lesquels j’avais vu Dieu à l’œuvre, puissamment, dans ma vie et dans celle des autres. J’étais face à un dilemme dont je ne voyais pas l’issue. »

Un bouleversement profond

Sa première messe, il la vit à l’église Saint-Gervais à Paris. « J’y assistais sans savoir faire un signe de croix ! » Il suit tant bien que mal, et porté par un élan de foi, se glisse dans la file, et communie. « Ce fut un bouleversement profond, mes jambes tremblaient. Dieu m’avait parlé. » Et tout cela… ne l’arrange pas vraiment !

Alors il continue de chercher et, définitivement, il trouve : en 1997, deux ans après le début de sa quête, David fait sa profession de foi, entrée officielle dans l’Église catholique.

Sa conversion n’a pas été une rupture avec sa famille. « Mes parents ont insisté pour que j’aille là où le Seigneur m’appelait. » Il conserve des liens précieux avec sa mère, actuellement au Mozambique en mission d’évangélisation. Son père, décédé, demeure un exemple : « C’était un bibliste passionné. Il vivait très simplement. Il n’a pas laissé un seul sou en héritage. Mais il nous a légué tellement mieux », raconte-t-il avec fierté.

« J’ai écrit pour expliquer à mes parents »

Aujourd’hui, David est un catholique engagé. Paroisse, association, il ne se ménage pas pour faire connaître Dieu. Loin de renier ses racines, il se dit porté par le zèle protestant de l’évangélisation et de la connaissance très fine de la Bible. Dans la rencontre de ses frères séparés, il témoigne sur les réseaux sociaux ou dans des conférences. Son premier livre, « La parole s’est faite chair » est le récit de sa conversion et de son cheminement spirituel, dans un approfondissement intellectuel. « Je l’ai écrit pour expliquer à mes parents ce que j’avais vécu. » Le second, qu’il vient d’achever, est un recueil de réponses aux objections évangéliques.

Son désir, vingt ans après sa conversion ? « Que, protestants et catholiques, nous soyons un, “afin que le monde croie” ». (Jn, 17-21)

Tags:
Conversion
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement