Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 25 juillet |
Saint Jacques le Majeur
home iconFor Her
line break icon

Que faire en cas de piqûre de méduse ?

Méduse dans l'eau

© Shutterstock

Louise Gauthier - Publié le 17/06/17

Chaque année désormais, les méduses envahissent les plages et perturbent la baignade des vacanciers. Fascinantes créatures marines, il faut cependant se méfier de leurs piqûres venimeuses...

L’homme y est probablement pour beaucoup dans la prolifération des méduses dans les océans. Deux causes plausibles sont d’ailleurs souvent avancées : la surpêche qui aurait débarrassé les méduses de leurs principaux prédateurs (thons et tortues) et le changement climatique. Il faut désormais composer entre baignade et vigilance pour ne pas faire de mauvaise rencontre…

Comment éviter les méduses ?

En premier lieu, l’important est de bien connaître la zone de baignade et de savoir si la plage est envahie par les méduses. Sur place, dans les zones surveillées, la présence de méduses peut être signalée par des écriteaux (parfois électroniques) ou par les maîtres nageurs. Il existe par ailleurs des applications smartphone comme Alerte Méduses pour iPhone, qui permettent de consulter et partager la position des méduses. Sur Internet, vous retrouverez également une carte interactive précisant la présence ou l’absence de méduses.

Les côtes françaises sont principalement occupées par trois espèces de méduses, urticantes mais pas mortelles : Pelagia noctiluca (très vénéneuse) en Méditerranée, Aurelia dans la Manche, et Rhizostoma en Atlantique. Des bancs entiers de méduses sont observés sur plusieurs kilomètres et certaines s’approchent de façon inhabituelle des eaux chaudes et peu profondes des rivages. La Sicile, la Sardaigne, Malte, le Liban et Israël sont les zones les plus massivement touchées par le phénomène. Selon l’intensité de la prolifération, certaines zones s’équipent de barrages flottants à filets afin de créer des espaces de baignade à l’abri des méduses, tandis que d’autres interdiront carrément l’accès à la plage à cause d’un trop grand risque.

Si lors d’une promenade, vous découvrez des méduses échouées sur le sable, gardez-vous bien de vous en approcher. Même si la méduse est décédée depuis plusieurs heures, son venin peut encore être actif. Il ne faudra pas non plus laisser vos proches, particulièrement les enfants, toucher des objets à proximité, comme des morceaux de bois qui pourraient avoir été en contact avec la méduse.

Que faire en cas de piqûre de méduse ?

Chaque année, 150 000 piqûres de méduses sont enregistrées en Méditerranée et des lésions plus ou moins sévères sont constatées. Des filaments urticants entrent en contact avec la peau par l’intermédiaire des tentacules de la méduse. Une sensation de décharge électrique, d’intense brûlure puis des démangeaison se font ressentir. Si la piqûre peut être très douloureuse, elle est néanmoins heureusement bénigne dans la plupart des cas (en l’absence d’allergie).

Lorsque vous avez été piqué, la méduse aura déposé sur votre peau des cellules urticantes, dont il va falloir vous débarrasser. Commencez par sortir calment de l’eau et rincez la blessure avec de l’eau de mer (surtout pas d’eau douce ou d’autres produits qui réveilleraient la brûlure). Si des particules de tentacule se sont déposées sur la peau, retirez-les à la pince à épiler. Ne touchez jamais directement la zone blessée, vous risqueriez de propager les piqûres sur vos mains. Recouvrez la blessure de sable, et laissez le sécher afin de piéger les derniers fragments. Retirez délicatement le sable à l’aide d’un objet faisant office de racloir (carton, carte, bois etc.), sans frotter. Rincez à nouveau à l’eau de mer. Du paracétamol et de l’antiseptique pourront soulager la douleur et prévenir l’infection.

Si des maîtres nageurs sont présents sur le lieu de la baignade, n’hésitez pas à faire appel à eux, ils seront sûrement équipés et sauront vous guider. Sachez que la douleur disparaît généralement au bout de 24 heures, et que les lésions cutanées peuvent persister plusieurs jours. Si d’autres symptômes apparaissent, tels que maux de tête violents, vomissements, œdèmes ou malaises, la consultation d’un médecin s’impose pour surveiller et traiter le sujet.

Tags:
santé
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en oeuvre du pass sanitaire dans les lieux de cu...
3
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
4
PASS SANITAIRE
Lauriane Vofo Kana
Pass sanitaire : une jauge de 50 personnes fixée dans les églises...
5
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
6
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
7
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement