Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Marine Barnérias : le courage et le goût de la vie plus forts que la maladie

Partager

Aleteia a rencontré la jeune Marine Barnérias ce mercredi 6 juin, à l'occasion de la sortie de son livre "Seper Hero, le voyage qui a donné du sens à ma vie", fin mai aux éditions Flammarion.

Marine Barnérias, 23 ans, pétillante, attachante et pleine de répartie, a été diagnostiquée d’une sclérose en plaques à la fin de sa première année de master d’école de commerce, à 21 ans. Cette maladie auto-immune a chamboulé sa vie, son quotidien et ses projets. Pourtant, elle a pris le parti de ne pas se laisser abattre, de mobiliser sa volonté et de vivre pleinement.

Elle choisit d’abord de renommer sa sclérose en plaques (ou SEP) « Rosie », « parce que “sclérose en plaque” c’est super long, c’est moche et ça fait peur ! ». Ceux qui partagent sa maladie, elle les appelle « les fleuristes », et ils sont ensemble un groupe de « Seper Hero ».

À la question « qu’est-ce qu’on peut faire, ou ne pas faire avec cette maladie ? », elle répond sans hésitation « on peut tout faire ». Marine a un moral d’acier, qui la pousse à ne pas baisser les bras, et l’encourage à « larguer les amarres », « pour faire un petit bout de chemin, toute seule, avec moi, Marine, mon sac et mon couteau ». Ainsi, elle part fin janvier 2016 pour visiter trois pays. La Nouvelle-Zélande tout d’abord, pour apprendre à se connaître et à maîtriser les aléas de la maladie sur son corps, ce corps qu’elle doit comprendre pour mieux vivre avec, puis la Birmanie pour affûter son esprit et apprendre à s’en servir comme béquille lorsque ses ressources physiques lui font défaut, et enfin la Mongolie pour sonder les tréfonds de son âme dans la solitude et le dépouillement. Sac au dos, elle part seule, et pourtant elle l’avoue : « Je ne me suis jamais sentie autant accompagnée… alors que j’étais toute seule ! (…) On est tous partis, tous ensemble dans mon sac à dos ! J’ai l’impression d’avoir fait ce voyage avec tout le monde ».

De ce voyage, elle a récolté de nombreux fruits. Tout d’abord, le rêve enfin réalisé du voyage qu’elle n’avait jamais osé entreprendre auparavant, une meilleure connaissance d’elle-même qui l’aidera à vivre l’évolution de sa « Rosie », des souvenirs et des rencontres incroyables, qu’elle a d’ailleurs partagés au fil de son périple par de petites vidéos tournées sur le moment, et enfin le récit de cette aventure qui « a donné un sens à [sa] vie » en livre : Seper Hero : le voyage interdit qui a donné du sens à ma vie.

Seper hero : le voyage interdit qui a donné du sens à ma vie de Marine Barnérias. Flammarion, mai 2017, 18 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]