Aleteia

Que signifient les gestes des mains dans les icônes ?

© Shutterstock
Détail d'une mosaïque byzantine, Hagia Sophia à Istanbul, représentant le Christ et saint Jean-Baptiste.
Partager
Commenter

Une tradition rhétorique, issue de la Grèce et de la Rome antique, perdure dans l’iconographie chrétienne.

Peut-être vous êtes vous déjà demandé, en observant des icônes, ce que signifiaient les gestes du Christ ou des saints représentés ? Chaque geste a une signification particulière et il est difficile de les comprendre au premier coup d’œil car ils sont, généralement, accompagnés d’une inscription en grec. Il existait, en Grèce et dans la Rome antique, un code assez complexe des gestes de la main. Ce code était utilisé par les orateurs lorsqu’ils effectuaient des discours à l’agora ou au sénat, mais également dans la sphère privée ou dans l’enseignement. À l’époque, tout le monde, ou presque, connaissait la signification de ces gestes qui accompagnaient les discours. Voici donc un petit guide pour nous aider à les déchiffrer.

Traduction du schéma « Les gestes de l’orateur »

En haut : le geste employé pour signifier « silence ».

À gauche : le geste employé lors d’une narration, pour déclamer ou pour dire « un instant ».

À droite : le geste employé pour l’exorde (du latin exordium, l’entrée en matière dans un discours).

En bas, à gauche : le geste qui exprime l’étonnement ou l’émerveillement.

En bas, à droite : le geste pour signifier « parfait » ou « excellent ».

Par la suite, les premiers peintres d’icônes chrétiennes ont utilisé ces codes dans leurs représentations du Christ, des saints ou des anges. Dans des icônes de l’Annonciation, il est fréquent que l’ange Gabriel soit représenté avec la main levée à l’image des orateurs romains qui levaient la main pour indiquer qu’ils allaient exprimer un discours important. Il s’agissait du geste qui précédait l’exorde (du latin exordium, entrée en matière) de leur discours. Très ancré dans la tradition antique, ce geste se retrouve dans de très nombreuses représentations de l’Annonciation.

© Public domain
Détail de l'Annonciation dans les catacombes de Priscille à Rome.

Comment comprendre la gestuelle du Christ ?

Ce geste se rencontre également dans de nombreuses représentations du Christ élevant la main. Il a, cependant, plusieurs niveaux de signification et la symbolique est parfois complexe. En principe, dans toutes les représentations du Christ dans des icônes byzantines, catholiques, ou orthodoxes, la main droite de Jésus est levée en signe de bénédiction. Ce même geste est employé par les prêtres pour bénir les fidèles, c’est pourquoi les saints-ecclésiastiques sont représentés la main levée dans les icônes.

© Public domain

Dans les icônes grecques orthodoxes ainsi que dans l’iconographie chrétienne des premiers siècles, le geste de la main qui bénit forme les lettres IC XC, une abréviation reprenant les premières et dernières lettres des mots grecs Jésus (IHCOYC) Christ (XPICTOC). La main qui bénit reproduit, en gestes, le Nom de Jésus, le « Nom au-dessus de tout nom ».

En plus de former des lettres, le geste de bénédiction effectué par le Christ comporte aussi des vérités doctrinales. Ainsi, les trois doigts qui forment le I et le X représentent également la Trinité, l’unité de Dieu en trois personnes : Père, Fils et Saint-Esprit. Le pouce et l’annulaire qui se touchent ne forment pas seulement la lettre C mais symbolisent aussi l’Incarnation, la nature humaine et divine unies en la personne du Christ.

 

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]