Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Burkina Faso et le Niger célèbrent le 75e anniversaire des premières ordinations sacerdotales

PRÊTRES
© AO
La joie des prêtres durant le chant d’action de grâce
Partager

L’Église famille de Dieu du Burkina Faso et du Niger a célébré, dans la ferveur, le 75e anniversaire des premières ordinations sacerdotales de ses trois premiers prêtres. L’événement s’est déroulé du 3 au 6 mai 2017, à Ouagadougou.

En effet, le 2 mai 1942, trois fils autochtones de la Haute-Volta, actuel Burkina Faso, devenaient prêtres : les abbés Paul Zoungrana devenu plus tard cardinal, Joseph Ouédraogo et Zacharie Nikièma. Cela fait donc 75 ans au cours desquels Dieu n’a cessé de combler l’Église famille de Dieu du Burkina-Faso et du Niger (qui forment une seule et même conférence épiscopale) de nombreux prêtres dont le nombre s’élève aujourd’hui à 1035 prêtres diocésains et 268 religieux. C’est au regard de ces nombreuses grâces que la commission épiscopale pour le clergé de la conférence épiscopale Burkina – Niger a organisé ce jubilé d’albâtre. Colloque, célébrations eucharistiques, concerts de prêtres artistes, veillée de prières, confessions, exposition muséale ont ponctué ce jubilé sous le thème : « 75 ans de grâces, prêtres du Burkina Faso et du Niger, dans la communion, jubilons et avançons au large ».

« 75 ans que nous avons des prêtres au Burkina et au Niger, c’est une grande joie pour nous et surtout le moment de dire merci à Dieu et de manifester aussi notre reconnaissance à tous ceux qui ont soutenu ces prêtres », a signifié l’abbé Anselme Jonas Zoungrana, secrétaire général de la commission épiscopale chargée du clergé Burkina-Niger. Selon lui, cette grande grâce que Dieu donne à l’Église universelle est une commémoration dans la communion, la joie et l’engagement. « C’est un moment d’action de grâces que nous voulons marquer, histoire de voir dans le passé, ce qui a marché ou pas et de voir des perspectives pour l’avenir », a noté l’abbé Anselme Zoungrana.

Plusieurs conférences organisées

Le colloque, qui s’est tenu au palais de la jeunesse et de la culture Jean-Pierre Guingané, avait pour thème : « Prêtres du Burkina Faso et du Niger, quels chemins de spiritualité dans le contexte actuel ? ». Durant deux jours, des conférenciers de renom ont fait de riches et profondes communications sous forme de panels sur : le profil spirituel du prêtre diocésain ; l’eucharistie et la Vie fraternelle ; le prêtre, homme de Dieu et enfin un quatrième panel sur le dialogue ecclésial. Ces panels ont servi de cadre à une réflexion sur la vie et le ministère des prêtres du Burkina Faso et du Niger. Une sorte d’introspection sur la situation du clergé burkinabé et nigérien, pour un engagement adéquat aujourd’hui et demain, tant le constat du contexte actuel laisse voir d’énormes défis qui se présentent aux prêtres dans leur vie et leur ministère de tous les jours.

« L’appel à la sainteté et la mission »

La messe de clôture du colloque a été célébrée au sanctuaire Notre-Dame de Yagma et a été présidée par son éminence le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou. Dans son homélie de circonstance, il a résumé les travaux du colloque en deux points essentiels : « L’appel à la sainteté et la mission ». Ainsi, d’une part, il a exhorté les prêtres à aspirer à la sainteté qui, quand bien même il est un appel commun à tous les chrétiens, l’est de façon toute spéciale pour eux, car c’est de cette façon qu’ils accompliront en tout la mission d’évangélisation qui leur a été confiée. D’autre part, il a invité les fidèles laïcs qui ont effectué le déplacement de Yagma, à prier pour leurs pasteurs. Au même titre que leurs critiques constructives, les prêtres ont besoin de leurs prières pour conduire ceux-ci à Dieu. Auparavant, en début de célébration, c’est le message du cardinal Fernando Filoni, préfet de la congrégation pour l’évangélisation des peuples, qui a été livré par le représentant du nonce apostolique du Burkina et du Niger, empêché pour raison de calendrier. Tout en félicitant le clergé de la conférence épiscopale du Burkina Faso – Niger, pour cet heureux événement, le cardinal Filoni l’a invité à avancer à travers une vie de témoignage exemplaire.

Plus de 500 prêtres, venus du Burkina Faso et du Niger, ont pris part à cette grande célébration. Ensemble, avec leurs pères évêques, ils ont pris des résolutions et fait des recommandations, pour la mise en pratique des actes du colloque. Les évêques ont profité du jubilé pour adresser à leurs fils prêtres, un message qui se résume en trois mots : témoignage, sainteté et mission.

PRÊTRES EN AFRIQUE
© AO
Photo de famille après la célébration eucharistique

Retrouvez tous les articles sur l’Église en Afrique du père Ouedraogo en cliquant ici.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]