Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ouvrir nos enfants aux métiers d’art

Biennale internationale des métiers d’art et de la création
Biennale internationale des métiers d’art et de la création
Partager

Fenêtre ouverte sur le monde de la création, le salon Révélations est gratuit pour les moins de 12 ans. Une façon intelligente, originale et ludique d'ouvrir nos enfants à l'art et aux cultures du monde. Visite de l'expo, en images.

Créateurs d’exception, jeunes talents et galeries d’art : 400 exposants sont réunis au Grand-Palais jusqu’à ce soir. Céramistes, sculpteurs, joailliers… témoignent de la beauté de savoir-faire ancestraux. Une fenêtre ouverte aussi sur le monde avec l’exposition internationale « Le Banquet » et un pays mis à l’honneur, cette année, le Chili. L’entrée est gratuite pour les enfants alors pourquoi ne pas en profiter ?

Deux programmes d’ateliers pédagogiques, conçus par la Fondation Ateliers d’Art de France, s’adressent, l’un aux 5-7 ans, l’autre aux 8-12 ans. Une belle occasion de les sensibiliser aux métiers d’art et de développer leur créativité et leurs aptitudes manuelles.

« Les enfants partent tout d’abord à la découverte de l’exposition internationale Le Banquet puis s’attèlent à des ateliers autour de la céramique, de la vannerie de crin de cheval, de la mosaïque, ou encore du textile avec une thématique spécialement proposée par le Chili, pays à l’honneur. »

Une fenêtre ouverte sur le monde

Pilier central, et symbole de la dimension internationale de la Biennale, Le Banquet, déployé comme un immense ruban le long de l’allée centrale du Grand-Palais, met en scène les pièces les plus emblématiques de onze « territoires » :  la France, l’Allemagne, La Belgique, le Luxembourg, la Suisse, la Russie, La Corée du Sud, la Chine, le Sénégal, le Togo et le Chili, invité d’honneur de cette édition 2017.

 

Un banquet placé sous le signe du partage et du dialogue. « Si la dimension internationale est l’une des aspirations majeures du salon, l’intensité des échanges est un de ses atouts », souligne Henri Jobbé-Duval, Commissaire général de Révélations.  « Le Banquet offre une mise en perspective de la force créatrice de pays parfois très éloignés les uns des autres, mais tous gardiens d’une culture et héritiers de traditions spécifiques ».

Les savoir-faire ancestraux du Chili à l’honneur

Cette année, céramistes, sculpteurs, joailliers, designers textiles, les créateurs chiliens contemporains, sont à l’honneur avec une cinquantaine de pièces uniques exceptionnelles. Utilisation du crin de cheval pour Eliana Carter et Mauricio Clavero, de matières organiques comme les algues avec Lise Moller ou encore de la corne de boeuf chez Walk, une sélection qui permet de découvrir l’ensemble de savoir-faire ancestraux du Chili, de la Cordillère des Andes au Pacifique…

Représentée à Paris par la galerie dix9, Paula de Solminihac, artiste visuelle et céramiste qui vit et travaille à Santiago du Chili, porte une attention spéciale aux processus de création des objets. Son “collier n°2”, une pièce en céramique, coton et étiquettes papier, présenté à la Biennale, n’est pas constitué de perles mais de petites coupelles en terre crue symbolisant la première forme modelée par l’homme. « Ce collier représente le principe de l’éternel recommencement, et, en même temps, la ritualité dans le processus artistique, explique-t-elle, la répétition d’un geste dont l’exécution est pourtant légèrement modifiée par le poids de nos contingences».

Portrait de Paula Solminihac
©Catherine Heuzé
Portrait de Paula de Solminihac

Le festival D’Days et Révélations

Quoi de plus propice à l’innovation qu’un tandem artisan d’art et designer ? Leurs pratiques sont complémentaires et permettent d’imaginer des objets contemporains empreints de précieux savoir-faire.

Pour stimuler cette synergie, un programme de co-création, Péri’Fabrique, a été mis en place par le festival des D’Days, partenaire pour la première fois cette année de Révélations. L’occasion de découvrir des pièces uniques issues de l’expérimentation : «Over the top» du designer Christian Ghion et de l’Atelier Bettenfeld-Rosenblum, gainier et doreur d’art, ou encore «Wallet», un meuble de rangement en cuir de la Maison Fey, gainier, et du designer Pierre Charrié.

 

Maïté Tanguy, tisserande pour la haute couture, a créé avec la jeune designer Marta Bakowski des suspensions flottantes, des séparateurs d’espace tissés avec du lin, du bambou mais aussi du fil de pêche en nylon ou de la corde d’escalade. “Ce qui est génial c’est que le programme inverse le processus habituel, c’est l’artisan qui choisit le designer et il n’y pas de contrainte ni de dessin avant la rencontre. J’ai choisi Martha pour son design très juste, qui m’a émue. Et pour son goût des couleurs”, raconte Maïté Tanguy. “On est parti de l’idée de persiennes, de volets, on avait envie de jouer avec le caché et le découvert, le devant et le derrière”, poursuit Marta Bakowski, “je ne connaissais rien au tissage mais les conditions pour co-créer et pour innover étaient réunies.”

Prix de la jeune création Métiers d’Art 2017

Dénicheur de talent de moins de 35 ans, le Prix de la jeune création Métiers d’Art, créé par Ateliers d’Art de France prime chaque année une nouvelle génération de créateurs. Parmi eux, Camille Bellot et Paul Bouteiller, à découvrir cette année à Révélations. Elle est plasticienne, spécialisée en mode et environnement, lui est graphiste. Ensemble ils imaginent des créatures hybrides et fantasmagoriques à la croisée de l’architecture, du masque et du totem, faites de bois taillé à la hache, de papier et de plâtre. Des oeuvres singulières et monumentales, fruits de leur envie commune de « faire naître des figures graphiques dans l’espace ».

Camille Bellot et Paul Bouteiller
Julien Cresp
Camille Bellot et Paul Bouteiller

L’édition 2017 de la biennale des métiers d’art et de la création propose pour la première année de prolonger l’expérience en dehors du Grand Palais avec un parcours de découverte Hors les murs, notamment au Mobilier National, à la galerie VIA, aux Ateliers de Paris, au Musée de la vie romantique, à la Manufacture de Sèvres, et au concept-store Empreintes dans le Marais.

Jusqu’au 8 mai 19h, Avenue Winston Churchill, 75008. Entrée : 18€. Gratuit pour les moins de 12 ans. Renseignements. www.revelations-grandpalais.com

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]