Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Avancer au large avec sœur Nathalie Becquart

Nathalie Becquart © Corinne Simon / Ciric
Partager

Membre de la congrégation des Xavières, sœur Nathalie Becquart livre un joyeux témoignage sur le sens et les fruits de sa vocation religieuse.

Sœur Nathalie Becquart, 46 ans, fait partie de la Xavière, une congrégation d’inspiration ignacienne, qui doit son nom au patronage de saint François Xavier. Fondée en 1921, reconnue en 1963, « de droit pontifical » depuis 2010, elle compte 120 sœurs réparties dans une vingtaine de communautés sur trois continents. Les sœurs ne portent ni voile ni habit religieux. Extrêmement mobiles, les xavières, formées pendant une dizaine d’années — du postulat aux vœux définitifs —vont là où on les appelle, pour des missions d’évangélisation temporaires. L’auteur, membre du conseil épiscopal du diocèse de Nanterre, a été aumônière d’étudiants à Créteil, et terminera en 2018 son mandat actuel de directrice du Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations (SNEJV) de la Conférence des évêques de France (CEF).

Le texte central de ce petit livre écrit à quatre mains est, dans une version adaptée à un large public, celui d’une conférence prononcée par sœur Nathalie à Rome le 31 janvier 2016 au Vatican, dans la salle Paul VI, à l’occasion de la rencontre internationale intitulée « Vie consacrée en communion », en conclusion de l’Année de la vie consacrée (du 30 novembre 2014 au 2 février 2016). Elle avait été sollicitée pour cette intervention par les responsables de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique (Dicastère pour la vie consacrée) pour engager une réflexion sur le thème suivant : « La vie sacrée apostolique dans les cultures contemporaines : lieu de contemplation, de réflexion théologique et de formation à la miséricorde ». Sœur Nathalie Becquart s’était exprimée ce jour-là devant environ deux mille cinq cents religieux et religieuses, apostoliques et moines, issus de divers instituts religieux.

« Vivre le présent avec passion »

Au cœur du livre de Nathalie Becquart, une réflexion sur la révolution numérique, la révolution des mœurs, l’individualisme, l’hédonisme, et les bouleversements sociaux qu’ils induisent… Dans ce monde en mutation, les religieux apostoliques sont comme des migrants obligés de passer d’une culture à une autre, ou des navigateurs dans la tempête. Ils doivent s’adapter à des conditions de vie nouvelles, en se gardant d’oublier leur passé. Il leur faut au contraire avoir conscience du chemin d’oblation et de conversion qu’ils ont parcouru pour se laisser « exproprier » d’une vie privée en vue du salut universel. L’appel à imiter le Christ est adressé à tout être humain. Mais les consacrés le vivent avec plus d’intensité, d’une façon plus « radicale ». « Ils vivent une aventure humaine et humanisante au service de l’humanisation du monde » parce que « évangéliser c’est aussi humaniser et socialiser », expérimenter, ne pas chercher à imposer une manière unique de vivre leur religion à ceux qui s’adressent à eux mais les aider à construire leur identité, autrement dit à trouver leur vocation et son accomplissement heureux. Il leur faut « vivre le présent avec passion », plongés « dans les vagues de l’affrontement au mal, les forces obscures du péché ». Elle les compare à Moïse faisant sortir d’Égypte le peuple hébreu. Dans un monde où beaucoup sont désespérés, ils ont à apporter l’espérance et la joie de la résurrection.

Élevée dans le catholicisme, marquée par un oncle prêtre, sœur Nathalie a goûté au scoutisme, s’est passionnée pour la navigation à voile et a déjà publié aux éditions Salvator en 2012 100 prières pour traverser la tempête. Aujourd’hui encore, elle préside l’association « Vie en mer – entrée en prière » qui donne à la jeunesse « l’occasion d’avancer dans sa foi et sa vie spirituelle. L’apprentissage de la navigation et la vie en équipage font de ces camps des moments inoubliables ». Diplômée de HEC, elle comptait trois années d’expérience professionnelle et de volontariat au Liban quand, en 1995, elle est entrée chez les xavières dont la devise — « Passionnées du Christ et passionnées du monde » — correspondait à son enthousiasme. Après avoir étudié la théologie au Centre Sèvres et la sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales, elle a trouvé son charisme dans l’évangélisation et l’accompagnement spirituel des jeunes.

Religieuse depuis plus de vingt ans, Nathalie Becquart rappelle que, dans sa jeunesse, elle n’aurait jamais imaginé connaître une vie aussi belle que celle qu’elle mène actuellement à la Xavière, cette congrégation nouvelle et dynamique qui retrouve l’ardeur et la créativité apostolique des origines tout en relevant de son mieux les défis contemporains. C’est donc un livre optimiste, écrit tout à fait dans l’esprit du pape François, destiné à rendre l’espérance aux catholiques moroses, à ouvrir les conservateurs les plus farouches à l’ « aggiornamento » perpétuel, et peut-être à attirer à la Xavière davantage de vocations féminines pour continuer à transmettre ce souffle au monde.

Religieuse, pourquoi ? Cette vie en vaut la peine ! de Nathalie Becquart avec Marie-Lucile Kubacki. Éditions Salvator, mars 2017, 128 pages, 16,90 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]