Aleteia

Le mystère de la messe sur grand écran

Le Grand Miracle © Saje Distribution
Partager
Commenter

En salle depuis le 22 mars 2017, le film "Le grand Miracle" revisite de manière émouvante le mystère de la foi dans un film d’animation.

 

Synopsis : Trois personnes se retrouvent mystérieusement conduites par leur ange gardien pour assister à une cérémonie dans une grande église. Pour la première fois, il leur est donné de voir ce qui d’ordinaire se cache derrière les apparences d’une liturgie qui leur est pourtant familière…

Le directeur de Saje distribution, Hubert de Torcy, diffuse enfin ce dessin animé initiatique, après avoir attendu que le producteur mexicain des « Cristeros » en retravaille les images. Fort de son succès lors de sa sortie en Amérique latine (2011), il est en salles depuis le 22 mars en France. L’ambition de ce film d’animation, réalisé par Bruce Morris, est de faire redécouvrir le mystère de la messe, d’en rappeler la force et la substance avec simplicité. Le titre original est d’ailleurs encore plus éloquent : « The Greatest Miracle ».

Les personnages sont pris dans les difficultés de la vie quotidienne. Découragés par les épreuves, c’est lors de ce moment de vulnérabilité qu’on leur propose de partager ce qu’ils vivent. Tous différents, ils ont pourtant une chose un commun : un ange gardien. « Il y a des fois où il faut savoir partager sa douleur avec quelqu’un pour en comprendre le sens » ; « Parfois le monde ne nous laisse pas voir les choses clairement, on se ment à soi-même et on se persuade de certaines choses alors que les vraies réponses se trouvent sous nos yeux ». Les phrases que les anges leur adressent, somme toute anodines, les conduisent à se tourner vers la prière puis à en comprendre le sens.

Une véritable catéchèse

Tout va se révéler et s’éclairer au moment de la messe. Les anges gardiens les accompagnent, les corrigent dans toutes les étapes de la liturgie, : du recueillement à la prière, de la demande à l’offrande. Apprendre à prier et à s’unir à la réalité invisible demande une sincérité du cœur et une présence totale. Pour cette raison, ceux qui sont venus « contre leur gré ou par habitude » vivent tout autrement la messe. Bientôt, le monde invisible s’invite à l’écran au cours de la célébration : les démons, le purgatoire, le paradis, le Christ et la sainte Vierge. Cela vient répondre à la question : que se passe-t-il réellement quand on va se confesser, quand on prie, quand on doute ? Un combat spirituel a alors lieu dans l’église.

Visuellement, le décalage du graphisme venu des studios mexicains avec la culture européenne est flagrant mais s’explique ainsi plus aisément. Pour autant, l’image est là pour soutenir les dialogues, portés magnifiquement par la musique présente du début à la fin. Le message est tellement puissant qu’on s’accoutume d’ailleurs très rapidement à l’image.

Une grande clarté ressort de ce film au scénario simple mais très fidèle à la catéchèse catholique. Le scénariste Louis de Velaso s’est d’ailleurs appuyé sur des révélations de mystiques. Les anges gardiens sont considérés comme de véritables guides pour sortir de l’obscurité et le film invite à mieux les introduire dans notre vie. 

Au-delà du mystère de la messe, le film montre à quel point personne n’est jamais seul. En ce sens, le film est une réussite car il apporte la paix, il éclaire et donne envie d’aller à la messe. 

À Paris, le Studio Galande, a fait confiance à la force de ce message et le présente dans sa célèbre salle. Le Lucernaire et le cinéma Publicis également. Quelques villes de province ont programmé le film et d’autres en ont fait la demande. 

 

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]