Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 juillet |
Sainte Marthe
home iconAu quotidien
line break icon

Des petits gestes inestimables pour les SDF

Mains faisant l'aumone

Leonsbox/Getty Images

Cerith Gardiner - Publié le 28/03/17

Partout dans le monde, des âmes dévouées viennent en aide aux SDF. Revue de détails de quelques belles initiatives. Et les bonnes pistes pour aider, à notre échelle.

Difficultés financières ou catastrophe naturelle, une personne peut, hélas, devenir SDF pour une multitude de raisons. La perte d’un emploi suffit parfois pour qu’une famille se retrouve à la rue. Pour les plus fragiles économiquement, ce sera peut-être une ultime facture qui leur coûtera leur logement. D’après de récents sondages, il y a aux États-Unis plus de 500 000 personnes, dont environ un quart sont des enfants, vivant à la rue parce qu’ils ne peuvent plus assumer leur loyer. D’autres, sont victimes de l’imprévisible mère Nature, qui peut faire basculer bien des vies en quelques secondes. L’ouragan Katrina, en 2005, a par exemple tué près de 2 000 personnes et en a déplacé des centaines de milliers. Ces situations pourraient arriver à presque n’importe qui. En ces temps d’incertitudes économiques, nous essayerions probablement de demander de l’aide à de la famille ou à notre paroisse, mais cela demande courage et humilité. Parmi les personnes défavorisées, toutes ne font pas partie d’une communauté soudée ni d’une famille aimante et le nombre de sans-abris continue à être bien trop élevé. A travers le monde, on estime qu’il y a 100 millions de sans-abris et que 1,6 milliard d’individus vivent dans des logements insalubres.

Heureusement, des personnes se mobilisent à travers le monde pour venir en aide aux sans-abris, qu’ils soient nos compatriotes ou qu’ils vivent de l’autre côté du globe. Des individus, mais aussi des organisations, innovent pour améliorer l’aide dispensée à ceux qui en ont besoin. Proposer un endroit sûr pour faire sa toilette,  donner des repas équilibrés pour prévenir la faim et la malnutrition… Ces bons Samaritains ont bien compris la parole « tu aimeras ton prochain  » et leurs actes de gentillesse tout simples font vraiment la différence. C’est en soutenant leurs efforts et en en parlant autour de nous que nous pourrons aider ces personnes et ces organisations de tous horizons qui se mobilisent de façon ingénieuse.

En France, les commerces s’engagent

À Paris, dans le 11ème arrondissement, Louis-Xavier Leca a lancé un projet nommé Le Carillon pour venir en aide aux  SDF du quartier. Ses nombreux partenariats avec environ 70 entreprises locales illustrent bien le concept de communauté. Ces petits commerces affichent tous un autocollant en vitrine pour indiquer les services qu’ils offrent aux sans-abris. Cela peut être aussi simple qu’un verre d’eau ou un accès à des toilettes propres, où personne ne les jugera ni leur demandera de partir. Certains commerces offrent également la possibilité de passer gratuitement des appels téléphoniques ou de recharger la batterie d’un téléphone pour ceux qui en ont. D’autres restaurants font don d’un repas pour tout repas acheté, un excellent moyen d’attirer et de fidéliser sa clientèle ! Les essentiels ne sont pas oubliés : des pharmacies offrent des kits de premier secours, des échantillons de cosmétiques ou encore des produits d’hygiène élémentaire. Ce geste montre qu’ils comprennent que, bien que sans-abri, un homme a toujours droit à sa dignité. D’autres participants offrent tout simplement une conversation. Une façon simple mais efficace de montrer à ceux qui peuvent se sentir rejetés par la société qu’ils y ont toute leur place. En faisant sien le problème des sans-abris locaux, la communauté directe est encouragée à aider ceux qui en ont besoin et des individus acceptent de s’impliquer davantage auprès des SDF qu’ils rencontrent au cours de leur vie. Louis-Xavier Leca espère pouvoir étendre son magnifique projet au-delà des frontières françaises.

En Inde : un frigo dehors

Minu Pauline gère son restaurant avec beaucoup de bon sens. Elle a trouvé un moyen d’éviter le gaspillage alimentaire tout en aidant à nourrir ceux qui ont faim. Elle a involontairement lancé une « initiative municipale majeure » lorsqu’elle a décidé de laisser les restes de son restaurant (qui autrement auraient été jetés) dans un réfrigérateur à l’extérieur de ses locaux. C’est après avoir vu « une femme affamée fouiller dans ses poubelles » que l’idée lui est venue. Cette banque alimentaire improvisée est ouverte 24h/24. Les sans-abris ont un libre accès aux dons alimentaires à l’intérieur du réfrigérateur et le nombre de donateurs continue à augmenter car d’autres restaurateurs locaux et même des résidents y contribuent avec leurs restes.  Comme quoi il suffit parfois qu’une personne agisse pour changer la vie de nombreuses autres !

Aux Etats-Unis, une appli qui nourrit les SDF

Aux États-Unis, plus d’un million de personnes ont été nourries grâce à l’application TangoTab, lancée en 2011. Son créateur, Andre Angel, s’est donné pour mission de faire face au problème de l’insécurité alimentaire. D’après le site internet de l’entreprise, plus de 50 millions d’individus en sont menacés en Amérique. C’est une donnée choquante, mais Angel, qui porte bien son nom, s’est rendu compte qu’il pouvait faire quelque chose. Le principe de l’application est simple : les utilisateurs s’inscrivent gratuitement, découvrent les bons plans des restaurants locaux, se rendent au restaurant de leur choix et s’y enregistrent grâce à l’application. L’établissement fait alors don d’une cotisation modique à TangoTab, qui en reverse ensuite une partie aux associations locales afin de leur permettre de nourrir ceux qui en ont besoin. Pendant le Hunger Awareness Mounth de 2015, l’application a permis de servir plus d’un million de repas ! Cette idée est doublement satisfaisante, non seulement parce qu’elle vient en aide à ceux qui ont faim et aux sans-abris en donnant aux banques alimentaires les ressources dont elles ont tant besoin, mais aussi parce qu’elle permet à tous ceux qui partagent un repas d’y participer. C’est l’ illustration parfaite de la force que nous pouvons avoir en tant que société quand nous agissons ensemble.

Si, vous aussi, vous voulez aider

Si créer une application n’est pas votre tasse de thé ou que vous ne possédez pas l’autorité locale vous permettant de laisser votre frigo branché dans la rue, il existe encore une multitude de façons de venir en aide aux sans-abris. Faire preuve de respect et de gentillesse est la base de toute aide. Sensibilisez vos enfants à ce problème car il n’est pas près de disparaître. La prochaine génération doit réfléchir à des solutions créatives pour faire face à son tour. En discutant avec eux du problème des sans-abris, nous permettons à nos enfants de développer leur empathie envers les défavorisés et de reconnaître la chance qu’ils ont d’avoir un toit. Donnez ce que vous pouvez aux banques alimentaires ou vestimentaires locales. Une simple recherche internet avec le terme « banque alimentaire » suivi de votre code postal vous donnera des pistes. Donnez de votre temps en aidant à une soupe populaire locale. N’ayez pas peur, prenez le temps d’écouter : les SDF peuvent se sentir déshumanisés mais une simple conversation leur rappellera qu’ils ne sont pas seuls. Si vous connaissez un sans-abri non-loin de chez vous, pensez à lui donner de la nourriture ou des vêtements ou demandez-lui simplement si vous pouvez lui offrir une bouteille d’eau ou encore un café. Offrez aussi vos services professionnels. Que ce soit une expertise médicale, une assistance psychologique ou encore des conseils en orientation professionnelle, toute aide est la bienvenue. Inscrivez-vous à Habitat for Humanity, une association chrétienne pour le logement qui construit des maisons pour les familles risquant de se retrouver à la rue. Employez les sans-abris si vous en avez la possibilité. Ne vous laissez pas induire en erreur : une absence de toit ne rime pas avec une absence de qualifications. Il y a des diplômés hautement qualifiés à la rue ou encore des personnes animées par la volonté d’apprendre et qui pourraient aller loin avec un peu de formation. Enfin, priez St Benoît-Joseph Labre, saint patron des sans-abris, des mendiants, des pauvres et des exclus.

Tags:
gaspillagesdf
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
2
POPE FRANCIS
La rédaction d'Aleteia
Une indulgence plénière accordée ce dimanche 25 juillet
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
ELDERLY MAN
Philip Kosloski
Ce psaume qui souligne avec justesse la beauté de la vieillesse
5
HAPPY
La rédaction d'Aleteia
La prière des grands-parents
6
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
7
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement