Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Nos conseils pour survivre à un 14 février sans Valentin

© Everett Collection / Shutterstock
Partager

Quand les publicités vous rappellent votre célibat ou votre chagrin d’amour, comment retrouver confiance en vous et dans la vie ?

Vous pensiez être remise de votre rupture avec Jules, avoir oublié le sourire craquant de Julie. Et puis revoilà la Saint-Valentin et son invasion de publicités montant des couples jeunes-beaux-au-7e-ciel-en-lingerie-fine-minces-heureux-se-passant-la-bague-au-doigt mangeant des chocolats en s’offrant des bouquets de fleurs… Même votre copine Bridget Jones a un enfant, Tanguy s’est casé et au cinéma La la land et ses roucoulades font un tabac.

Seriez-vous le seul en plus d’être seul(e) ? Limite anormal(e) de ne pas avoir de Valentin ? Rassurez-vous ! La France compterait 13 millions de célibataires. Il est normal de souffrir profondément et longtemps d’un chagrin d’amour, et il est indispensable de savoir être heureux seul pour construire une vie à deux équilibrée.

Prenez le temps de vivre les étapes du deuil

Si votre cœur a été blessé, fuyez les consolations rapides ! « Un de perdu dix de retrouvés » est une ânerie qui n’a jamais consolé personne, puisque c’est justement lui (elle) qui vous manque tant et que les autres vous laissent de marbre. Choisissez dans vos connaissances une oreille bienveillante pour vous épancher et raconter la peine que vous avez, comment s’est faite la rupture, ce que vous avez ressenti. Nommez ce qui vous manque tant, cela fait partie des étapes du deuil. Une fois vos émotions apaisées, effectuez les tâches liées à votre chagrin : redonnez ses cadeaux à une association, brûlez ses lettres ou effacez ses textos, pour vous aider à lâcher prise et accepter la réalité. Enfin vous pourrez aller de l’avant, et même trouver un sens à votre perte.


Lire aussi : 12 étapes pour apprendre à pardonner


Vous pourrez continuer sur ce chemin de libération en pardonnant à celui qui vous a blessé ou en vous déculpabilisant si vous vous jugez coupable de l’échec de votre histoire d’amour. La dernière étape — décrite par Jean Monbourquette dans son best-seller  Aimer, perdre et grandir, l’art de transformer une perte en gain aux Éditions Bayard — consiste à « entrer en possession de votre héritage » : vous pouvez choisir de vous réapproprier l’affection, les espoirs, les rêves, les attentes dont vous aviez entouré la personne aimée. C’est ce qui a tant aidé Jean-Baptiste après le départ de sa femme, et lui a permis de trouver « un soutien étonnement visionnaire ».

Apprenez à vivre seul

Coloc, afterwork, réseaux sociaux, groupes Whatsapp, smartphone, écouteurs, tablette, ordinateur… Survivriez-vous si l’on vous débranchait ? Claire a rompu il y a six mois, et étrangement elle découvre… sa vie intérieure. Finies les activités où elle s’éclatait, cette année elle a décidé de se réunifier. « Pour la première fois depuis des années, j’ai des blancs dans mon agenda, au début c’est bizarre, l’impression d’avoir oublié quelque chose, alors vite je regardais une vidéo ou téléphonais à des amis. Aujourd’hui je suis passée d’une sur-présence à l’extérieur à une découverte de mon intériorité, et je n’ai pas fini d’en faire le tour ! »

Apprivoisez la solitude, votre meilleur ami devrait être vous-mêmes. Francis Manoukian, auteur de Grandir et faire grandir (Éditions de l’Emmanuel) confirme : « Le danger serait de se mettre avec un autre parce qu’on ne peut plus supporter la solitude. L’attrait de l’autre doit jaillir du bien qui est recherché en l’autre. Il n’est pas le médicament pour sortir d’un problème personnel. Ce serait de l’égoïsme ».

Et pourquoi attendre d’avoir un amoureux pour vous faire plaisir, vous offrir de jolies fleurs ou vous acheter une belle montre ?


Essayez aussi les 11 conseils d’Aleteia pour donner plus de sens à votre vie


 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]