Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Être un leader, c’est accepter de faire mal parfois !

© Shutterstock
© Shutterstock
Partager

On ne peut pas plaire à tout le monde.

Être un leader, c’est accepter qu’un jour vous allez décevoir. Qu’un jour vous allez faire mal… et que vous n’aurez pas l’occasion d’en expliquer la raison !

Plus on gagne en influence, plus on est visible, plus on est critiqué et plus on fait du mal. Il est tout simplement impossible de satisfaire toutes les attentes.

On ne peut pas plaire à tout le monde 

Je vous avoue l’une des mes plus grandes craintes : que les gens pensent que je suis une personne inaccessible, trop occupée, qui n’a pas le temps pour les autres. Le souci, c’est que c’est en partie vrai ! Je ne peux pas répondre positivement à toute les demandes, je dois choisir avec sagesse comment j’utilise mon temps, car de mon travail dépendent directement les revenus d’une dizaine de foyers.

L’envie de plaire, de répondre aux attentes de chacun est paralysante. Je suis une personne vraiment imparfaite et je sais que j’ai souvent tendance à frustrer les gens. Avec le temps, j’ai appris à me connaître, alors je préviens en amont… Je suis une personne qui sait marquer le coup mais j’ai du mal à tenir dans la durée. Je peux facilement tout donner pendant deux jours, toute mon attention à une relation, un projet, puis ne plus répondre aux sollicitations de cette même personne pendant des semaines. Mon cerveau a une gestion bien particulière des priorités.

J’ai longtemps été paralysé par cette envie d’être un leader parfait, en répondant aux attentes de mes équipes et partenaires. Malheureusement, lorsque je commence à vouloir être quelqu’un d’autre, alors je suis encore plus imparfait !

Ma femme aime citer le pasteur Craig Groeshel : « Les gens sont impressionnés par vos succès mais sont attirés par vos échecs ». Cette nouvelle génération cherche un autre type de leader. Être vrai, c’est reposant pour les autres ! Quand on est entouré de modèles de leaders qui sont parfaits, on fait tout pour être parfait. On réalise rapidement qu’on n’y arrive pas ! On met un masque, on cache nos erreurs et en général, les choses finissent mal.

Les personnes qui m’ont le plus inspiré et impressionné sont des leaders qui ont osé être authentiques à propos de leurs défauts, faiblesses et erreurs. Mon ami et associé Thomas Ghys me défie souvent sur l’importance d’être authentique vis-à-vis de son équipe. C’est une attitude qui laisse de la place à votre équipe, qui permet à d’autres d’exceller là ou vous n’êtes pas bon et éprouvez plus de difficultés.

J’ai dernièrement lu un article dans Le Monde sur le rôle que le général De Gaulle a joué en son temps et en quoi il avait été l’homme providentiel pour la France. Ce qui m’a frappé, ce sont les remarques de son entourage à sa mort : ils étaient à la fois tristes de perdre un si grand leader et heureux de pouvoir enfin être eux-mêmes sans se sentir écrasés par le personnage.

Au risque de reprendre une thématique à la mode chez les mamans : osez être imparfait dans votre leadership !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]