Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 25 novembre |
Sainte Catherine d'Alexandrie
home iconÉglise
line break icon

Pape François : "Les religieux ne sont pas des activistes de la foi !"

© Jeffrey Bruno/ALETEIA

KRAKOW,POLAND 27 JULY: World Youth Day Pilgrims gather at the Tauren Arena for the Celebration of Mass Presided over by Cardinal O'Malley of Boston and Archbishop Lori from Connecticut. Speakers, Chri

Vatican Insider - Publié le 03/02/17

Pour la Journée mondiale de la vie consacrée, le Saint-Père exhorte les religieux et religieuses à ne pas tomber dans un état de "survie" qui peut affaiblir leur charisme.

Il existe « une tentation qui peut rendre stérile notre vie consacrée : la tentation de la survie. Un mal qui peut s’installer peu à peu en nous, au sein de nos communautés », a mis en garde le pape François au cours de la messe célébrée à Saint-Pierre, le 2 février, pour la XXIe Journée mondiale de la vie consacrée. Cet état de survie « nous fait devenir réactionnaires, peureux, nous pousse à nous renfermer lentement et silencieusement dans nos maisons et nos schémas », a-t-il ajouté, car il « nous projette en arrière, vers les exploits glorieux – mais passés – qui, au lieu de susciter la créativité prophétique issue des rêves de nos fondateurs, cherchent des raccourcis pour fuir les défis qui aujourd’hui frappent à nos portes ».

Être dans la vie

Cet état de « survie » est un état psychologique qui « ôte toute force à nos charismes parce qu’il amène à les domestiquer, à les ramener à portée de main, mais en les privant de cette force créatrice qu’ils ont inaugurée ; il fait en sorte que nous voulons davantage protéger des espaces, des édifices ou des structures que rendre possibles de nouveaux processus », a poursuivi le Pape. Mais de cette façon, « on oublie la grâce, on devient des professionnels du sacré au lieu d’être des pères, des mères ou des frères de l’espérance ».


Lire aussi : « La formation des religieux et des prêtres doit s’adapter à notre époque »


Et d’ajouter : « Ce climat de survie endurcit le cœur de nos aînés en les privant de la capacité de rêver et, ainsi, stérilise la prophétie que les plus jeunes sont appelés à annoncer et à réaliser », souligne le Pape. En somme, « cette tentation de la survie transforme en danger, en menace, en tragédie ce que le Seigneur nous présente comme une opportunité pour la mission ». Mission qui est fondamentale en cette période de « transformation multiculturelle » que nous traversons. Il est important, a déclaré le Pape, que « la personne consacrée soit insérée avec Jésus dans la vie, dans le cœur de ces grandes transformations. La mission – en conformité avec chaque charisme spécifique – est de nous rappeler que nous avons été invités à être le levain de cette masse concrète ». Certes, « il peut y avoir des ‘‘farines’’ meilleures, mais le Seigneur nous a invités à faire lever la pâte ici et maintenant, avec les défis qui se présentent à nous ».

Capable de discernement

Non pas en étant sur la défensive, dans une attitude « dictée par nos peurs », mais « les mains à la charrue », en cherchant à « faire croître le grain souvent semé au milieu de l’ivraie ». Autrement dit, la personne consacrée doit « se mettre avec Jésus au milieu de son peuple », non pas « comme des activistes de la foi, mais comme des hommes et des femmes qui sont continuellement pardonnés, des hommes et des femmes unis dans le baptême pour partager cette onction et la consolation de Dieu avec les autres ». Des hommes et des femmes qui sentent « la nécessité de découvrir et de transmettre la “mystique” de vivre ensemble, de se mélanger, de se rencontrer, de se prendre dans les bras, de se soutenir, de participer à cette marée un peu chaotique qui [avec le Seigneur] peut se transformer en une véritable expérience de fraternité, en une caravane solidaire, en un saint pèlerinage « .

« Mettre Jésus au milieu de son peuple signifie avoir un cœur contemplatif, capable de discerner comment Dieu marche dans les rues de nos villes, de nos villages, de nos quartiers, explique le Pape. Mettre Jésus au milieu de son peuple signifie prendre en charge et vouloir aider à porter la croix de nos frères. C’est vouloir toucher les plaies de Jésus dans les plaies du monde, qui est blessé et désire et demande à ressusciter ».

Article traduit et adapté de l’italien par Isabelle Cousturié

Tags:
ÉglisePape Françoisvie consacree
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement