Aleteia

En Provence, les enfants sont privés de crêpes pour la Chandeleur

©Alfaro Matxalen CC
Partager
Commenter

Douceur provençale à la forme d’une barque, les navettes de Marseille sont enfournées pour le matin du 2 février !

Dans l’Ancien Testament, une femme ayant accouché d’un garçon doit attendre 40 jours afin de pouvoir de nouveau entrer dans le temple. Et nous voilà à plus d’un mois après la naissance du Christ, et Marie présente Jésus au temple, le 2 février, à fêter la Chandeleur.

C’est à cette occasion que Marseille se dote d’un doux parfum de fleur d’oranger émanant d’une pâtisserie à la forme d’une barque.

Mais pourquoi ce petit biscuit aurait-il la forme d’un bateau ?

Pour certains, il s’agirait d’une allusion à la barque sur laquelle se trouvait une statue de la Vierge qui, en cette fin de XIIIe siècle, s’échoua sur les rives du Vieux Port. Cette Vierge de bois polychrome vêtue d’une robe verte, très abîmée, était couronnée d’or.

Mais pour d’autres, il s’agirait de la barque qui amena les saintes Maries sur les côtes de Provence. Dans son Histoire de la Ville de Marseille de 1696, Ruffi fait débarquer Lazare à Marseille, accompagné de Marthe, Marie-Madeleine, les sœurs Marie-Jacobé et Salomé, Marcelle leur servante, Maximin, Sidoine, Joseph d’Arimathie et d’autres disciples du Christ.

C’est cette seconde explication qui est retenue le plus fréquemment !

Et voilà 236 ans que ça dure ! Les navettes ne cessent de cuire et donner ce parfum particulier au Vieux Port.

La Chandeleur à Marseille attire presque autant de monde qu’un match de l’OM !

La recette des navettes 

Politiques, religieux et gourmands se retrouvent sur le Vieux Port alors que le soleil n’est pas encore levé tandis l’Évangile arrive sur la terre ferme. La procession démarre ensuite jusqu’à l’abbaye de Saint-Victor puis l’archevêque bénit la cité phocéenne avant de célébrer la messe.

Sous cette forme simple se cache une recette pluriséculaire et un savoir-faire inégalé qui ravissent les papilles des provençaux !

Et voilà que pour vous est dévoilée cette recette …

Il n’y a rien de plus simple :

Il vous faut :

750 g de farine
375 g de sucre en poudre
70 g de beurre ou d’huile
1 c.à.s d’eau de fleur d’oranger
4 œufs
Et de la patience !

Mélangez le tout jusqu’à obtenir une pâte bien lisse. Réalisez-vos navettes, si la pâte est trop collante, si elle « pègue » comme on dit à Marseille, n’hésitez pas à rajouter de la farine, de façon modérée bien sûr pour ne pas faire disparaître la fleur d’oranger ! Laissez poser environ trois heures vos navettes avant de les faire cuire une dizaine de minutes à 220°.

N’oubliez pas qu’elles doivent être dorées et surtout pas trop dures !

Mais si vous êtes de passage à Marseille, asseyiez-vous au soleil, pensez au chant des cigales qui résonnera tout l’été, dégustez de bonnes navettes et votre journée sera réussie !


Messe et navettes, la chandeleur à St Victor

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]