Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« La Peur » de Stefan Zweig au Théâtre Michel : une adaptation aussi géniale qu’angoissante

© Théâtre Michel
Partager

Un spectacle haletant à voir jusqu’au 26 mars prochain au Théâtre Michel, à Paris.

Jusqu’au 26 mars prochain (prolongations obligent), Stefan Zweig est à l’honneur au Théâtre Michel, avec une formidable adaptation au suspense hitchcockien de La Peur, nouvelle écrite en 1913.

Fritz travaille trop, ses activités d’avocat pénal l’empêchent de s’occuper de ses enfants et de sa femme Irène, qui se sent délaissée. Celle-ci trompe son mari avec Édouard, son professeur de piano. Un soir, alors qu’elle sort de chez son amant, une mystérieuse jeune femme l’aborde. Elle prétend être la compagne d’Édouard et la menace de tout raconter à Fritz.

Commence alors un terrible chantage dans lequel Irène s’engouffre fatalement. Sans cesse traquée par cette « sorcière » hystérique, elle ne sait comment échapper à ses tourments infernaux et au désespoir.

Un huis-clos au parfum des années 1950

Tout participe de l’atmosphère anxiogène qui se construit progressivement. Si la musique est joyeuse, elle ne le reste pas très longtemps et cède très vite le pas à des mélodies plus angoissantes. Un ingénieux décor d’intérieur bourgeois des années 1950 suggère, en évoluant au fil des scènes, l’effrayant engrenage dont Irène est prise au piège, enfermée dans son insupportable cauchemar.

La mise en scène d’Élodie Menant est admirable, et ne rend l’adaptation que plus convaincante. Avec ses airs de roman à suspense, La Peur témoigne du génie de Zweig à dresser les portraits psychologiques de ses personnages. Les tourments d’Irène et de Fritz sont parfaitement humains, malgré l’horreur de la situation, il est très aisé d’imaginer qu’elle puisse effectivement avoir lieu, tant les caractères et les réactions sont justes.

Brillante distribution

L’excellente mise en scène d’Élodie Menant est couronnée par son jeu extraordinaire – nous assistions à sa première représentation dans le rôle d’Irène, qu’elle partage avec Hélène Degy. Elle incarne parfaitement la jeune femme adultère, terrassée par la peur de sa détractrice, des suspicions de son mari, de ses propres mensonges, et de sa folie grandissante.

Quant à Aliocha Itovich, qui tient le rôle de Fritz, il rend tout aussi brillamment les soucis et remords de l’avocat débordé. Ophélie Marsaud se livre à une interprétation terriblement glaçante de la jeune traqueuse. Amoureux de Zweig et de théâtre, cette adaptation de très grande qualité mérite d’être connue : courez-y !

© Théâtre Michel
© Théâtre Michel
© Théâtre Michel

La Peur, de Stefan Zweig, au Théâtre Michel, 38 rue des Mathurins, 75008.
Jeudi, vendredi, dimanche à 19h, samedi à 19h15. Durée : 1h15.
De 18 à 29 euros (10 euros moins de 26 ans).
Plus d’informations ici.

Tags:
theatre
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.