Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Peut-on encore sauver les mœurs de notre société ?

©Pexels
Partager

Aleteia vous donne de bonnes raisons de garder espoir.

Entre 1610 et 1634 à Quito, la Sainte Vierge révèle des prophéties à sainte Mariana de Jesus, précisant qu’elles se réaliseront à partir de la fin du XIXe siècle. Athéisme, hérésies, blasphème, impureté, corruption extrême des mœurs… Un bouillon de culture qui ressemble bien à notre société actuelle. Heureusement que le Saint-Esprit est là ! Voici quelques exemples de Ses contemporaines inspirations.


Moi président, je créerai un ministère de l’Enseignement pour les enfants et un ministère de l’Éducation pour les parents 


À l’occasion de la présidentielle 2017, France Info a lancé la chronique « Moi, Président 2017 », au cours de laquelle des invités de renom prennent la parole. Alexis Gruss, à la tête du cirque qui porte son nom, propose d’attaquer le mal à sa racine : l’éducation.

« J’ai pu éduquer des centaines d’animaux dans ma vie, je n’ai jamais pu en instruire un seul. L’éducation est fondamentale. Le mot vient du latin ex-ducere, conduire à l’extérieur pour faire grandir. Le contraire d’éduquer, c’est séduire. C’est aller vers l’autre pour se l’accaparer. Je pense que le point d’équilibre est fondamental. D’avoir une part de séduction pour éduquer et de se laisser éduquer pour grandir. (…) » Alexis Gruss poursuit : « Éduquer des animaux et éduquer des enfants, c’est exactement pareil. On est fait de la même matière. Sauf que nous, nous avons l’analyse. C’est bien pour cela que nous pouvons éduquer tous les animaux de la planète mais qu’on ne peut pas les instruire. Être instruit, c’est quelque chose qui est propre à l’humain. »

Podcast à écouter ici.


En matière d’éducation, le très en vogue Idriss Aberkane a également des choses à dire, dans Libérez votre cerveau, sur l’importance de développer les neurosciences et la « neuro-sagesse » 


« L’école c’est avant tout un buffet à volonté de connaissances, c’est un buffet gigantesque. Vous imaginez vous êtes dans un buffet dans un hôtel 5 étoiles, et il y a de tout, tous les plats que vous voulez. Vous êtes au paradis à priori. Sauf qu’à l’école on a ajouté une règle : il y a un maitre d’hôtel qui se pointe et qui dit : “Tu dois tout bouffer, tout, jusqu’à la dernière assiette, et tout ce que tu as laissé sera porté sur l’addition. (…) Et là c’est l’enfer. »

« Dans les pays latins, travail = souffrance, mot qui vient de trepalium, un instrument de torture, donc déjà le ton est donné. Il y a donc des gens qui pensent que plus on se fait chier mieux c’est. Alors on va tout de suite faire un point en neuro-ergonomie : pour le cerveau, jouer c’est la façon normale d’apprendre. Dans un monde qui fait pas de cadeau, où la faiblesse c’est la mort, c’est le jeu qui domine. De plus, il y a une corrélation entre le jeu et l’intelligence : plus un animal est intelligent plus il joue. (…) Le plaisir n’est pas sale. Une bonne école c’est avant tout une école où le prof et l’élève prennent leur pied.» 


Moi président, je protégerai les mineurs de la pornographie 


Sur France Info, Israël Nisand, gynécologue-obstétricien, explique : « La loi sur la protection des mineurs n’est pas appliquée ». Ce professeur en médecine constate qu’on autorise toujours la publication sur internet d’images pornographiques d’une violence extrême. Aujourd’hui, cinq fournisseurs d’accès ont pourtant le pouvoir de ne pas diffuser ces images. Le résultat est que certains jeunes de moins de 11 ans sont dans une addiction par rapport à ces images et en consomment deux à trois heures par jour, selon le médecin.

Lui président de la République, il proposerait :

« 10 millions d’euros à la première infraction et 500 millions à la deuxième infraction. Cela serait suffisamment dissuasif pour arrêter ce business et protéger nos mineurs. Je propose également que la distribution de ces images soit conditionnée par l’affichage d’un numéro de carte de crédit et que cela soit payant. »

Podcast à écouter ici.


Et voici ce que disait la Sainte Vierge à sainte Mariana de Jesus en 1634


« À partir de la fin du XIXe siècle (…) l’atmosphère sera remplie de l’esprit d’impureté qui, telle une mer immonde, inondera les rues, les places et endroits publics. Cette liberté sera telle qu’il n’y aura plus au monde d’âme vierge. »

Il semble donc urgent de prendre des mesures concrètes. Poutine, lui, a décidé de prendre le taureau par les cornes. En septembre 2016, les autorités russes ont décidé de bloquer l’accès à deux sites pornographiques. L’objectif ? Sauver la démographie du pays en invitant les citoyens à rencontrer des personnes dans la vraie vie. 


Lutte contre les drogues : interdiction totale du tabac dans les États 


Après la promulgation, en 2013, d’une loi antitabac interdisant de fumer dans les lieux publics, les autorités russes songent à adopter une mesure draconienne : interdire la vente de tabac à toute personne née après 2015, rapporte le quotidien britannique The Times. En effet, En janvier 2017, le ministère russe de la Santé publie un rapport préconisant l’interdiction de la vente de cigarettes à toute personne née après 2015.


Les bonnes initiatives numériques 


Entourage social : Vous les croisez tous les jours mais n’osez pas aller leur parler ? La start-up a créé un réseau social permettant de mettre en relation les français et les SDF de leurs quartiers. Une bonne occasion de faire des œuvres de miséricorde !

Bouge ton église : Une envie de conférence, de concert, de retraite spirituelle, ou d’exposition ? Le site lancé en 2016 recense tous les événements organisés par les paroisses catholiques en France.

Prixm : La newsletter hebdomadaire qui redonne goût à la Bible, créée par des français, aidés de religieux catholiques de Jérusalem. Cinq minutes sur une œuvre d’art, un poème, un personnage de la Bible, une fête chrétienne ou juive, comme on ne les avait jamais connus !

Toutes ces bonnes idées ne montrent-elles pas que souffle un vent de Pentecôte, et que nous aurions bien tort de nous désespérer ?