Aleteia

« Cher Père Noël, nous voudrions pour notre couple… »

Partager
Commenter

Décidez de passer des regrets qui empoisonnent aux projets qui font avancer.

Ils se sont appliqués des heures, penchés sur une belle page blanche, pour rédiger leur lettre au Père Noël. Ils ont osé demander des cadeaux somptueux ou introuvables : « La cape du petit prince et une vraie fusée pour aller sur sa planète ».

Vous les avez regardés, attendri ou agacé… ils sont peut-être victimes d’un Noël trop commercial mais ont encore leur capacité de croire que tout est possible.

Déjà en septembre, sur le questionnaire de rentrée de leur maîtresse d’école, ils avaient écrit, en face de la rubrique « futur métier », cosmonaute, écrivain ou « docteur du cœur ». Parce qu’ils ne lisent pas les statistiques du chômage, parce qu’ils ne savent pas que c’était impossible, ils en ont rêvé.

Les bancs de l’école sont loin et la vie vous a peut-être bien déçus. Qu’en est-il de votre capacité à rêver ? En êtes-vous encore capables ? Le rêve n’est pas qu’une échappatoire, il peut être le début d’un projet, peut donner du sens à votre vie, révéler votre mission.

Tout couple se construit sur quatre piliers : la communication, le tendresse, la sexualité et les projets communs. Qu’en est-il de vos projets à deux ? En avez-vous encore, ou donnez-vous toute la place à vos regrets ?

Et si vous oubliiez les statistiques de divorce, et si le Père Noël existait, que lui demanderiez-vous pour votre couple ? Je pose chaque année à cette époque cette question aux couples découragés qui viennent consulter. L’idée les surprend, les fait sourire, les laisse songeurs, puis met en chemin ceux qui ne voyaient plus comment construire un avenir à deux.

Nous ne sommes pas des ruminants, remâcher indéfiniment nos déceptions conjugales donne… des aigreurs d’estomac ! Ruminer vos griefs provoque des brûlures d’œsophage et des remontées (de paroles) acides, toxiques pour vous deux.

« Le bonheur conjugal ne se trouve pas emballé au pied du sapin »

Alors prenez une feuille vierge et osez rêver ensemble. Vous l’avez bien fait au temps de vos premiers émois, quand tout l’univers paraissait sourire à votre histoire d’amour ?

Faire une liste au Père Noël, ce n’est pas retomber en enfance, c’est passer de la plainte qui enferme (« je ne veux plus ») à une demande qui met en marche (« je voudrais »). Un exercice beaucoup plus difficile, voire impossible pour certains. Il y a en effet des bénéfices à se plaindre : on attire l’attention, on s’installe dans un confort, piégeant mais familier. Faire une demande a plusieurs vertus : faire des choix et se donner un objectif concrets. C’est difficile, on y est si peu habitués. Et pourtant, vous conduisez bien votre voiture en sachant où vous voulez aller, en regardant devant vous, pas uniquement dans les rétroviseurs.

Que voulez-vous pour votre couple, pour demain, pour dans 5 ans, pour chaque jour ?

Vous ne voulez plus de routine dans votre vie de couple, plus de conflits, plus de disputes, moins de désordre, comme je vous comprends. Que voulez-vous à la place ? Vous seuls pouvez le dire. Faites une liste sans filtrer, sans réfléchir, d’abord seul puis complétez-la ensemble. De tous vos rêves, lequel allez-vous choisir de concrétiser? Lequel peut, avec imagination, du temps, un changement de perspective, devenir LE projet qui sera comme un ciment entre vous ?

« Cher Père Noël, merci de ne pas exister. Parce qu’un couple se construit jour après jour, et que le bonheur conjugal ne se trouve pas emballé au pied du sapin. Cher Père Noël, merci aussi de nous avoir permis de nous remettre à rêver, de retrouver quelques étoiles dans les yeux de notre conjoint, et d’en suivre une, ensemble, celle d’un projet commun qui nous fera petit à petit nous retrouver. »

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]