Aleteia

Séisme : les Augustines de Cascia quittent leur monastère

©AFP PHOTO / ALBERTO PIZZOLI
Tant d'églises endommagèes dans le séisme qui a frappé le centre de l'Italie/ AFP PHOTO / ALBERTO PIZZOLI
Partager
Commenter

La basilique de Sainte-Rita a été fermée, les religieuses écrivent aux fidèles pour demander leur soutien.

« Nous écrivons la peur encore au ventre car le violent séisme du 30 octobre nous a obligé à quitter le monastère et à fermer la basilique, gravement endommagés », annoncent dans leur message les soeurs augustines de Cascia, en Ombrie, haut-lieu de pèlerinage pour des milliers de fidèles chaque année. Dans ce message, transmis par leur newsletter, les religieuses demandent de l’aide pour les habitants de Cascia et des communes environnantes où la terre continue de trembler, depuis la première secousse du 30 octobre dernier, à Norcia, à seulement 11 km de là. « Nous vivons une situation dramatique (…) et vous sentir à nos côtés est pour nous un soulagement indescriptible ».

Rita da Cascia, née Margherita Lotti, leur fondatrice, née en 1381, fut proclamée sainte par le pape Léon XIII en 1900. À l’intérieur de la basilique, se trouvent sa dépouille mais aussi son sarcophage où les religieuses déposèrent le corps de Rita après sa mort. La basilique de Sainte-Rita – pour la première fois dans l’histoire Cascia – a été fermée, et les religieuses sont en effet obligées de quitter leur monastère qui se trouve juste à côté.

Une épreuve très dure

« Nous allons toutes bien – écrivent les religieuses et, grâce Dieu, le séisme n’a fait aucune victime. Nous avons du prendre la décision très difficile de partir car notre communauté est formée aussi de religieuses très âgées et avec des problèmes de santé. Pour protéger nos consoeurs les plus vulnérables, nous avons décidé de transférer une bonne partie de la communauté ailleurs, dans un autre monastère, en dehors de la région, qui nous a proposé son accueil. Malgré cette décision, poursuivent-elles, qui « fut vraiment très dure à prendre », insistent-elles, quelques religieuses resteront à Cascia pour apporter soutien et réconfort à tous ceux qui en ont besoin. »

Cascia dans le désarroi

À Cascia, la situation est surréaliste : tant de maisons inaccessibles et endommagées par le tremblement-de-terre, plus de 1000 personnes déplacées, l’hôpital vidé de ses malades. Les rues sont désertes et les pèlerins ont quitté la terre où eurent lieu les naissances spirituelles de sainte Rita et la bienheureuse Teresa Fasce, ancienne abbesse du monastère, qui resta toujours la « Mère » et un modèle à suivre au sein de sa communauté. Au monastère, les pèlerins pouvaient visiter la cellule de la sainte, et y admirer d’importantes reliques : le cercueil solennel où elle fut déposée au moment de sa mort, son anneau nuptial et son chapelet. Sainte Rita mourut dans cette cellule après 40 ans de vie passés à l’intérieur.

Article traduit et adapté par Isabelle Cousturié.

Partager
Commenter
Mots-clés
Sainte Rita
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]