Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 30 novembre |
Saint André
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Crémation : que dit l’Église ?

kremacja ciała w Kościele katolickim

katja kodba | Shutterstock

Isabelle Cousturié ✝ - publié le 27/10/16 - mis à jour le 28/10/22

Que dit l'Église au sujet de la crémation ? Sous quelles conditions l'accepte-t-elle ?

La tendance à la crémation ne cesse de grimper. Elle représente aujourd’hui un peu plus de 40% des obsèques en France. Mais que dit l’Église catholique à ce sujet ? La réponse à cette question se trouve dans Ad resurgendum cum Christosur la sépulture des défunts et la conservation des cendres en cas d’incinération. Dans cette instruction publié le 25 octobre 2016, la congrégation pour la doctrine de la foi réaffirme la préférence de l’Église pour l’inhumation des corps. La crémation est donc acceptée, mais « ni la dispersion, ni la conservation des cendres à domicile, sauf dans des cas exceptionnels et en attendant qu’un lieu sacré puisse accueillir les restes du défunt », précise-t-elle.

L’inhumation, « plus digne »

L’inhumation, « en souvenir de la mort, de la sépulture et de la résurrection du Seigneur, mystère à la lumière duquel se manifeste le sens chrétien de la mort », est d’abord et avant tout « la forme la plus idoine pour exprimer la foi et l’espérance dans la résurrection du corporelle », indique l’instruction. En ensevelissant les corps des fidèles, l’Église confirme la foi en la résurrection de la chair et veut mettre l’accent sur la grande dignité du corps humain, en tant que partie intégrante de la personne, dont le corps partage l’histoire ».

Grâce à la sépulture des corps dans les cimetières, « dans les églises ou les espaces réservés à cet usage », la tradition chrétienne préserve « la communion entre les vivants et les morts » contre la tendance de plus en plus répandue à « dissimuler ou privatiser l’événement de la mort ainsi que la signification qu’il revêt pour les chrétiens ». De la sorte, précise le texte, on évite « d’éventuels oublis et manques de respect qui peuvent advenir surtout après la disparition de la première génération, ainsi que des pratiques inconvenantes ou superstitieuses ».

La crémation oui, mais…

Mais si l’Église continue de préférer l’inhumation des corps, elle n’interdit pas la crémation. Il est à noter que par le décret du saint Office du 8 mai 1963, l’Église a ouvert la porte à la crémation en supprimant l’interdiction de funérailles religieuses pour ceux qui demandent à être incinérés. « Il ne s’agit pas d’une pratique intrinsèquement mauvaise ou, de soi, hostile à la religion chrétienne », précise le décret. L’urne contenant les cendres du défunt est alors déposée dans le caveau. Ainsi, l’Église ne voit pas « de raisons doctrinales pour prohiber cette pratique ». En effet, « la crémation du cadavre ne touche pas à l’âme et n’empêche pas la toute-puissance divine de ressusciter le corps », explique-t-elle.

En revanche, il n’est pas question de « tolérer des attitudes et des rites impliquant des conceptions erronées de la mort, considérée soit comme l’anéantissement définitif de la personne, soit comme un moment de sa fusion avec la Mère-nature ou avec l’univers, soit comme une étape dans le processus de réincarnation, ou encore comme la libération définitive de la prison” du corps ».

Pas de conservation des cendres à domicile, sauf dans des cas exceptionnels et en attendant qu’un lieu sacré puisse accueillir les restes du défunt.

Des circonstances graves et exceptionnelles « liées à des conditions culturelles à caractère local » sont admises pour conserver des cendres chez soi, mais sur stricte autorisation de « l’Ordinaire, en accord avec la Conférence épiscopale ou le Synode des évêques des Églises orientales ». Toutefois, précise l’instruction, les cendres « ne peuvent être distribuées entre les différents cercles familiaux » et les conditions de conservation doivent être « respectueuses et adéquates ».

Bientôt la Toussaint

La fête de la Toussaint approche. Juste après, la commémoration des morts, le 2 novembre. Les cimetières se remplissent de visiteurs, de fidèles qui viennent prier pour leurs défunts. Cette visite des cimetières est une profonde expression d’un article du Credo : la communion des saints. « Nous y allons pour prier pour les personnes chères qui nous ont quittés, comme une visite que nous leur rendons pour leur exprimer, encore une fois, notre affection, pour les sentir encore proches de nous (…) il y a un lien très étroit entre nous qui cheminons encore sur cette terre et tant de nos frères et sœurs qui ont déjà rejoint l’éternité », expliquait à ce propos Benoît XVI.

Chaque année, à ces dates, le Pape invite « à penser à tous ceux dont personne ne se souvient, aux victimes des guerres, à ceux qui sont tués parce qu’ils sont chrétiens ». Il rappelle et insiste beaucoup sur ce lien entre  la Toussaint et la commémoration des morts, le 2 novembre. Deux fêtes « intimement liées tout comme la joie et les larmes trouvent en Jésus-Christ, une synthèse qui est le fondement de notre foi et de notre espérance », ne cesse de rappeler le pape François.

Versets bibliques peuvent aider un proche en deuil :

Tags:
CimetièredefuntsenterrementMortVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement