Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

À la recherche de l’âme masculine

© Manuel Cohen
Partager

Le camp Optimum permet à des hommes de tous âges, pendant trois jours, d'explorer la force de leur vocation.

Du 20 au 23 octobre prochains, le camp Optimum s’installe à Paray-le-Monial. Inspiré du best-seller Indomptable de l’Américain John Eldredge, cette retraite consacrée aux hommes compte leur redonner le goût de l’aventure, de l’héroïsme, de la conquête, du don de soi et du bonheur de se savoir homme. Depuis quatre ans maintenant, ce camp est porté par des membres de la communauté de l’Emmanuel. C’est donc une retraite conçue par des hommes pour des hommes, avec deux éditions par an, à l’automne et au printemps.

La conviction première de l’équipe Optimum est « que le cœur de l’homme est à l’image du cœur de Dieu. Ainsi, approfondir la connaissance de ce trésor qu’est le cœur de l’homme, c’est donner la chance de mieux connaître le cœur même de Dieu ». L’équipe composée d’une dizaine de personnes souhaite aussi rendre les hommes meilleurs, en les exposant à l’aventure, aux risques, aux défis. Elle veut surtout parler aux cœurs. Aucune distraction féminine à l’horizon, aucune suggestion précise, mais l’envie de réveiller la certitude que l’homme se révèle dans le dépassement de soi et dans l’audace. Encore faut-il qu’il sache de quelle conquête il est capable pour trouver sa place. L’équipe prend exemple sur le film Un homme parmi les loups de Carroll Balard, dans lequel un pilote s’écrie avec justesse : « L’or, ce sont les hommes ! ».

Pour sortir des visions culturaliste et naturaliste, l’équipe Optimum s’appuie sur le message chrétien pour parler d’une masculinité qui est « à la fois un donné et un devenir, un appel et la réponse à cet appel ». Et dans ce processus, l’homme doit se reconnaître homme parmi les hommes, grâce à leur compagnie et leur regard, à travers des activités de groupe qui lui sont nécessaires.

Le témoignage d’un retraitant résume bien cette expérience : « J’ai pris conscience que c’est possible d’y arriver. Que beaucoup des difficultés que je traverse sont partagées et que certains ont réussi à les surmonter. Que je peux faire confiance à mon cœur. En étant attentif, j’ai progressivement appris à reconnaître quand mon cœur vibre ».

La vocation masculine en pratique

Au programme, des conférences sur le thème de la vocation masculine et des quatre piliers de l’âme de l’homme : aventure, combat, amour et royaume (conquête de soi et des autres). Ces enseignements sont essentiels pour intégrer les changements, ils permettent de coordonner l’action à l’intelligence, le savoir à la volonté, car on n’aime que ce que l’on connaît. Ils sont le fruit d’un travail collégial de laïcs et de prêtres qui regroupe philosophie, théologie et psychologie. Ensuite, des activités sportives sont proposées, des moments de détente, comme par exemple dans le salon muni d’un bar, où ils se retrouvent pour discuter. Le samedi soir a lieu « la veillée d’armes avec le Seigneur », où les retraitants écrivent une lettre à Dieu. Le lendemain, à l’aube, les hommes déposent leurs lettres dans un coffre, après être montés sur une montagne, accompagnés du chant des autres.

Puis, l’enracinement dans la tradition catholique s’exprime par le rappel que Dieu les a créés à son image, qu’Il est l’exemple et le créateur de cette vocation qu’Il a voulu pour les hommes. Revenant à la paternité de Dieu, les hommes peuvent alors se référer à Lui et s’appuyer sur sa Parole, comprendre que l’Église a aussi un rôle pour eux dans leur spécificité masculine.

Être homme après le camp Optimum

À la fin du camp, des conseils sont donnés pour le retour à la vie quotidienne après avoir vécu des choses fortes, pour ne pas avoir la tentation de changer sa vie de manière brutale, ni de se contenter d’un feu de paille.

L’initiateur des camps Optimum, Marc, a aussi pensé à la suite : former des fraternités d’hommes après les retraites, afin que le changement se fasse dans la durée et en groupe. Selon lui, « se retrouver entre hommes est vital. Non pas pour fuir nos obligations, mais pour mieux nous y investir, nous porter ensemble pour porter les monde ». Le but est d’aider les hommes à trouver leur place dans leurs engagements déjà existants, et non d’en rajouter de supplémentaires. Ou à changer leur regard sur leur vie, comme cet homme qui déclare : « Le camp m’a aidé dans un discernement professionnel important, en me le présentant comme un combat à mener, un défi à relever ».

Optimum invite à répondre à cette phrase de Gil Bailie citée par John Eldredge dans son livre : « Ne te demande pas ce dont le monde a besoin. Interroge-toi plutôt sur ce qui te rend débordant de vie, et fais-le, car le monde a besoin de gens pleins de vie ».

Pour s’inscrire au prochain camp, cliquez ici avant le 18 octobre à minuit !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.