Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 01 mars |
Saint Aubin d'Angers
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Les bons conseils d’une mère du Laos

web-laos-children-smile-girl-thierry-leclerc-cc

© Thierry Leclerc CC

Antoine Besson - publié le 19/09/16

Comment une jeune fille laotienne a retrouvé le chemin de l’école après le décès de son père.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Au Laos comme en France, septembre sonne l’heure de reprendre le chemin de l’école. Pour certains, ce chemin est plus difficile. Cela paraît un peu ridicule de dire les choses ainsi mais c’est une réalité qu’on ne peut pas ignorer.

Alors oui bien sûr, il y a les difficultés matérielles. Il y a aussi les cultures, encore aujourd’hui dans certaines ethnies d’Asie, une fille est une épouse et une mère. Inutile de compter ou de lire pour s’occuper d’une maison, travailler dans les champs ou donner la vie. S’il ne nous appartient pas de juger ces coutumes, notre devoir, par contre, est de tout faire pour aider les familles qui veulent malgré tout apporter une éducation complète à leurs filles et les faire grandir dans toutes les dimensions de leur être.

Le départ de trop

Sipaï habite un village reculé près de Takek au Laos. Ses résultats ne sont ni brillants ni indignes. Ils lui ont permis d’accéder à une formation post-bac à Vientiane, la capitale du Laos. Là-bas, elle s’épanouit dans le centre scolaire d’Enfants du Mékong. Cet été, son père est mort. Elle est immédiatement rentrée dans sa famille le pleurer, l’honorer et soigner son chagrin auprès de ses proches, sa mère et ses sœurs.

Mais vient aujourd’hui l’heure de reprendre les cours. De repartir loin des siens et soudain, ce nouveau départ semble être l’arrachement de trop. Sipaï ne veut pas. Elle ne retournera pas étudier. Elle ne quittera pas de nouveau les siens. À quoi bon de toute façon… Ce n’est pas le travail qui manque pour la main d’œuvre non diplômée à Takek.

Le bon conseil de sa mère 

Lorsque l’horizon s’assombrit, que rien ne va, c’est vers une mère que le chagrin nous porte. Sipaï s’est ouverte à la sienne et sa réponse l’a totalement désarçonnée : « Si tu restes, ton père ne reviendra pas. Si tu pars, demain, tu auras un métier ! ».

La leçon que la mère de Sipaï lui adressa en ce début d’année scolaire est valable pour nous tous. Lorsque je m’arrête un instant de trop sur mes états d’âme, plutôt que de voir le bien que je pourrais faire, je me souviens de ces paroles. De cet exemple.

Aujourd’hui, grâce à sa maman, grâce à vous qui nous soutenez financièrement, Sipaï a rejoint le centre scolaire de Vientiane. Son rire résonne de nouveau dans le dortoir, comme une promesse faite à son père de ne laisser passer aucune chance pour son avenir !

www.enfantsdumekong.com

Tags:
Écolelaos
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement