Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Tout tenter, pour que vive la France !

Partager

Sens Commun entend « revenir aux fondamentaux ».

Dans le sport, lorsque le jeu s’accélère et que la nervosité gagne les acteurs, il est souvent de bon ton de calmer le jeu et comme le dit l’adage, de « revenir aux fondamentaux ». Dans l’élan du mouvement social du printemps 2013, quelques jeunes rencontrés sur les pavés ont partagé un constat. La Loi Taubira était une défaite d’ordre législative et donc politique. Nous avions déserté le terrain âpre de la politique pour nous embourgeoiser dans les affaires, le train-train du quotidien, le confort des commentaires et des chapelles. Il était opportun de tenter quelque chose, d’initier un rebond, de s’engager avec humilité et faire face à la réalité violente de la vie politique.

L’option a été de peser au sein des Républicains

En fondant Sens Commun, nous avons décidé d’occuper modestement un espace au sein de la machinerie d’un parti. Il nous fallait donc semer patiemment, en conduisant une génération, au gré des mandats, à s’engager, et donc à s’exposer. Notre méthode est simple et authentique : endurance, bienveillance, no ego, no logo, long terme, liberté, devoir d’état, risque et choix.

Au gré des élections, des tribunes, de meetings, quelques mandats ont été glanés, une conscience politique s’est étoffée et surtout, plusieurs centaines d’élus et de militants se sont « cognés » à la réalité du combat politique. Nous évoluons au centre d’un microcosme inédit, imbrication d’acteurs politiques et médiatiques, de miroirs narcissiques, de temps de plus en plus court, de pressions et d’intimidations, de coups tactiques…  Face à la marmite politico-médiatique, nous essayons d’avoir le cuir tanné devant le principe d’une réalité, certes imparfaite mais qui s’impose à nous.

Infuser pour éviter de nous compter

Et cette réalité, ce sont les primaires qui désigneront le futur candidat de droite  et du centre à la présidentielle. De nombreux adhérents se sont exprimés afin de demander un engagement concret et résolu auprès d’un candidat et de sa plateforme. Dans la perspective d’un tel combat, plusieurs options peuvent être retenues.

Des organisations résolument militantes, agissent de l’extérieur, se positionnant de facto dans une logique assumée et lisible de calcul tactique et de négociation. De bonne foi et de bonne guerre, en parfaite conformité à l’exercice politique. Un segment électoral est identifié, jouant d’une posture menaçante, bientôt assoupie et neutralisée en échange d’un ministère accommodant ou d’investitures obtenues. Nous aurions pu nous joindre à cette tactique dite de l’enclos confessionnel, parfaitement intelligible. Cette approche déployée par le Parti Chrétien Démocrate a fonctionné en 2007 au profit de Madame Boutin, ancien ministre du logement du Président Sarkozy.

Après avoir rencontré tous les candidats ou leur équipe, et conformément à notre vocation, nous avons choisi une voie alternative, celle du levain dans la pâte : complémentaire et plus risquée, puisqu’il s’agit de soutenir, dès le premier tour, le candidat « présidentiable », dont le programme se rapproche le plus de notre socle programmatique. Avec, pour priorités, la défense des enjeux qui nous sont chers : la famille et la protection de l’enfant, l’éducation, la sécurité, la place de la France dans le monde, le rebond économique et la juste place de l’État. Après de longs et riches débats avec les responsables du mouvement, nous  avons estimé que François Fillon, sans oublier ses soutiens, avec sobriété constance et détermination, est le mieux à même de défendre ces convictions au premier tour.

Nous aurions pu choisir de ne pas choisir. Nous aurions ainsi pu paisiblement nous contempler. Cependant, nous refusons de laisser nos adversaires nous compter. Nous souhaitons en ce sens, expliquer avec pédagogie, auprès de nos amis et militants, le fondement de notre décision.

Une impossible unité

Pendant ces derniers mois, nous avons plusieurs fois rencontré Henri Guaino, Hervé Mariton et Jean-Frédéric Poisson. Parce que nous croyons à la promotion des convictions, nous avons organisé des évènements à leurs profits, nous avons mobilisé nos militants pour collecter des parrainages. Nous avions évoqué l’idée d’une vaste plateforme d’une droite des valeurs, ce qui aurait supposé une collaboration entre nous, des négociations, des compromis, pour un bien supérieur. Cela n’a pas abouti.

Aujourd’hui, la plupart des responsables de Sens Commun sont dans l’attente d’une participation active dans cette campagne. Nous traçons notre sillon, étape après étape. Car nous ne pouvons pas rester sans rien faire quand les enjeux de la France sont si grands.

Voir large, agir et faire envie

Nous sommes consternés par la violence et le mépris de certaines réactions. Elles proviennent moins de nos adhérents les plus engagés et affutés par la réalité concrète et subtile de la politique, que des animateurs de réseaux sociaux, n’existant que par leurs commentaires nourris au lait de la sur-réaction, du temps court et de l’émotion. A l’occasion de cette primaire et de la campagne électorale pour la présidentielle, beaucoup d’évènements vont certainement se dérouler,  imparfaitement appréhendés par les médias et les sondages. Nous savons que les divisions ou divergences d’options seront extrapolées et hystérisées afin de nourrir le feuilleton des gazettes. De grâce, arrêtons d’y prêter le flanc.

Il est temps d’y mettre fin et d’inscrire le respect au cœur de nos actions. Il est temps que notre énergie se déploie frontalement et non latéralement. Il est temps de privilégier la bienveillance et la sobriété à l’agitation nerveuse, la calomnie et le mépris. Contre l’absolutisation de la politique politicienne, prenons de la hauteur. La campagne n’est qu’un pauvre moyen, jamais une fin. Le combat sera long.

La France est fatiguée, affaiblie et menacée. Où que nous agissions, selon nos calendriers, n’oublions pas que les convictions que nous défendons sont plus que jamais nécessaires et attendues. Elles ne pourront se diffuser que par addition et par attraction.

C’est tout le sens de notre engagement dans cette campagne des primaires. Tout tenter pour que vive la France !

Elizabeth Montfort, ancien Député européen, adjointe au Maire de Riom, membre du comité stratégique de Sens Commun.

Le Top de Elizabeth Montfort
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]