Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

De Paris à Rome, le récit de deux pèlerins (2/6)

Marc Eynaud et Louis-Marie Leray en pèlerinage © Marc Eynaud
Marc Eynaud et Louis-Marie Leray en pèlerinage © Marc Eynaud
Partager

Carnet de route de deux jeunes Français sur la via Francigena.

Au camping d’Orbe en Suisse francophone, une cliente vient de partir en offrant aux deux pèlerins hagards que nous sommes une pinte de bière, sonnant comme une récompense après avoir vaincu le Jura. Simplement parce que nous étions français, comme elle, et que nous lui rappelions le pays qu’elle avait quitté pour émigrer en terre helvétique.

Arrivée au Jura © Marc Eynaud
Arrivée au Jura © Marc Eynaud
Arrivée au Jura © Marc Eynaud

Ce cadeau sonne comme une évidence : parler des rencontres qui ont jalonné notre route.

« Dans vingt ans, qui habitera ces villages ? »

Tout d’abord une dame âgée en Seine et Marne qui, allant plus loin que le remplissage de nos gourdes, est allée jusqu’à nous glisser de la nourriture comme si cela allait de soi.

Autre rencontre marquante, celle d’une bande de jeunes manouches protestants aux alentours de Chaumont qui nous offrirent à dîner, sans que nous ne leur ayons rien demandé. Un présent qui a introduit la ville de Mormant avec un groupe représentant une association de microcrédit, œuvrant auprès des gens du voyage qui nous ont reçu très simplement autour du repas du soir, parlant avec passion de leur « apostolat » auprès d’une communauté, que de toute évidence nous ne connaissions pas, mais dont la récente expérience nous a appris que, loin des clichés, ils n’étaient pas les voleurs de poule que la presse nous présente assez régulièrement.

Nous avions parlé lors du premier volet des villages que nous avions traversés, et force est de constater que certains sont bien vivants comme Grandchamp en Haute-Marne, où nous nous vîmes invités par le maire à partager le repas municipal autour des quelques familles restant dans le village. Derrière l’accueil et les plaisanteries, nous sentions poindre un constat amer : dans vingt ans, qui habitera ces villages ? Et pourtant l’heure était à la fête autour de cette table, les plus anciens se remémorent l’époque où le village était rempli, et beaucoup regrettaient que le curé du village n’ait jamais eu de relève. Une réception qui confirme cependant que l’hospitalité reste une tradition française bien vivante.

Néanmoins, nous sentions monter en nous de véritables questions. Qui prendra la relève dans des régions où l’on trouve peu de travail et que les services publics abandonnent ? Un constat partagé par une maire de Haute-Saône nous confiant que, pour faire des économies, certains dans les ministères pensaient devoir supprimer les indemnités des maires de village (250€ par mois TTC).

Des surprises qui allègent le corps et le cœur

L’arrivée à Besançon fut marquée du signe du voyage puisque, le temps d’une soirée, nous avons partagé le toit d’Hombeline, Romain, et de leurs trois enfants. À l’aide de breuvages, n’ayant rien à voir avec le vin de messe, nous avons observé un voyage initiatique menant des coteaux de vignes roumaines à la vodka des steppes mongoles.

Citadelle de Besançon © Marc Eynaud
Citadelle de Besançon © Marc Eynaud
Citadelle de Besançon © Marc Eynaud

Une évasion bienvenue qui aida à oublier un itinéraire bien moins exotique à travers l’agglomération du Doubs.

Lods dans le Doubs © Marc Eynaud
Lods dans le Doubs © Marc Eynaud
Lods dans le Doubs © Marc Eynaud

Les exemples de rencontre ne sont qu’un maigre échantillon de ce que nous vivons depuis vingt jours, mais ils font partie intégrante du pèlerinage et transforment la routine en surprises quotidiennes. Surprises qui allègent le corps et le cœur en alourdissant les intentions que nous portons jusqu’à Rome. La route se suit et ne se ressemble jamais, c’est en partie ce que nous retiendrons de ce périple. Le lac Léman défile sous nos yeux et les Alpes bien visibles au sud-est nous rappellent que nous sommes aux portes de l’Italie.

Les autres épisodes par ici :
Épisode 1
Épisode 3
Épisode 4

Arrivée au lac Léman © Marc Eynaud
Arrivée au lac Léman © Marc Eynaud
Arrivée au lac Léman © Marc Eynaud
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]