Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Si notre mission devait se résumer en un seul mot, ce serait : charité »

©Roslan RAHMAN / AFP
Mother Teresa (R) gives her blessing to a child at the Gift of Love Home on October 20, 1993 in Singapore.
The 1979 Nobel Peace Price winner is on a stop-over while enroute to China where she will set up a fist home for Chinese handicapped children in Shanghai. / AFP PHOTO / Roslan RAHMAN
Partager

Antoine Besson, rédacteur en chef d’Asie Reportages le magazine d’Enfants du Mékong, s’apprête à partir en pèlerinage à Rome pour confier à Mère Teresa l’année à venir.

C’est la rentrée. Les cours d’écoles se remplissent de nouveau et bruissent des milles joies du quotidien des élèves. Une nouvelle année commence et déjà chacun y va de sa résolution, de son appréhension, de sa curiosité ou simplement laisse exploser la joie de se retrouver enfin ensemble. C’est le nouvel an avant l’heure, janvier à la fin de l’été.

Confier cette année à Mère Teresa

Pour sa rentrée, Enfants du Mékong part à Rome. À l’invitation du pape François, une délégation d’anciens volontaires Bambous et de membres de l’ONG se rend à la canonisation de Mère Teresa de Calcutta ce dimanche. L’occasion de confier notre année et tous nos projets à cette grande sainte missionnaire de la charité pour qu’elle nous guide et nous accompagne dans nos efforts pour servir nos frères pauvres et souffrants.

Car si notre mission devait aujourd’hui se résumer en un seul mot, ce serait bien celui-là : la charité. C’est la charité qui animait notre fondateur René Péchard lorsqu’il accueilli chez lui trois enfants des rues au Laos. C’est cette même charité qui créa une amitié forte entre les Bambous français et les boat et land people des camps de réfugiés dans les années 1970 et 1980 en Thaïlande. C’est toujours cette charité qui nous a conduits à accompagner ces familles, devenues des amis, lorsqu’ils ont voulu rentrer chez eux à la fermeture des camps et c’est encore la charité qui nous oblige à leur égard et nous façonne dans la coopération pour le développement de leur pays et l’éducation de leurs enfants.

« Choisis les choses les plus dures »

Rares sont ceux qui comme Mère Teresa ont eu une compréhension intime de ce qu’est la charité. Rares sont ceux qui l’ont incarnée de si belle manière par leur vie et leur exemple. Alors en cette respiration d’année, ce nouveau départ, mettons nous humblement à son école dans la prière :

« Va, pour être cause de joie dans ta communauté. Va chez les pauvres avec zèle et amour. Va servir en hâte, comme la Vierge. Choisis les choses les plus dures. Va avec un cœur humble, avec un cœur généreux. Ne va pas avec des idées inadaptées à ton genre de vie, avec de grandes idées sur la théologie ou sur ce que tu aimerais enseigner ; va plutôt pour apprendre et servir. Partage avec un cœur humble ce que tu as reçu. Va chez les pauvres avec une grande tendresse. Sers-les avec un amour tendre et compatissant. Va te donner sans réserve. »

Dieu nous envoie à travers les mots de Mère Teresa. Humble mais généreux, grave mais joyeux, je m’efforcerai dans cette chronique d’être toujours plus à votre service et à celui de nos enfants d’Asie. Et vous, comment vous donnerez-vous cette année ?

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]