Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Rencontre avec Mère Teresa : « Si tu aimes Dieu, alors tu dois aimer sans condition »

Mgr Joseph Arshad © Sacredheartparish Sahiwal
Partager

Joseph Arshad était sur le point d'être ordonné prêtre quand il rencontra celle qui devrait être proclamée sainte le 4 septembre 2016.

« D’accord, tu vas devenir prêtre mais souviens-toi : nous n’avons pas seulement besoin de prêtres, nous avons besoin de bons prêtres », avertissait Mère Teresa lors de sa première rencontre avec Joseph Arshad. Il est devenu, en 2013, l’évêque de Faisalabad, au Nord-Est du Pakistan.

Un conseil et une statuette qui l’ont accompagné toute sa vie

Mgr Arshad témoigne auprès d’Asianews : « En même temps que ce conseil, elle a sorti de son sac une statuette de la Vierge qu’elle m’a offerte ». Pendant ce voyage au Pakistan de Mère Teresa, en 1991, elle avait visité le séminaire Sainte-Marie de Lahore, ouvert une « Maison de l’Amour » des Missionnaires de la charité et avait tenu une conférence devant une foule gigantesque de fidèles, à la cathédrale Saint-Patrick de Karachi.

« Les musulmans la respectaient et l’aimaient »

Les chrétiens représentent 2% de la population pakistanaise et souffrent de persécutions à la fois de la part des activistes musulmans et du gouvernement, notamment par le biais de la loi anti blasphème. Mgr Arshad constate avec inquiétude une augmentation de ces violences et témoigne auprès du Daily News que « vivre sa foi est chaque jour un plus grand défi ». Malgré cette situation, il assure que les musulmans, eux aussi, aimaient Mère Teresa. « Ils en sont venus à appeler les philanthropes du pays “les mères Teresa du Pakistan”. » L’un des plus célèbres à avoir porté ce titre était Abdul Sattar Edhi, décédé en juillet 2016, à 88 ans, après une vie consacrée aux plus pauvres. Il accueillait les personnes de toutes confessions et conditions. Il vivait très sobrement, malgré la célébrité qu’il avait acquise. Il a bâti une fondation qui accueille 5700 personnes dans 17 institutions résidentielles.

« Il faut aimer sans condition »

Abdul Sattar Edhi, reprenait les enseignements de Mère Teresa, selon lesquels il fallait consacrer sa vie à servir l’humanité, assure Mgr Arshad : « Elle nous montrait que si tu aimes Dieu, alors tu dois aimer les personnes sans condition ». C’est ce qui l’a amené à rencontrer les pauvres parmi les pauvres et à fonder sa Congrégation.

Après la canonisation place Saint-Pierre, Mgr Arshad prévoit de dire une messe solennelle en honneur de la nouvelle sainte, le 11 septembre à Faisalabad dans la cathédrale de Saint-Pierre et Saint-Paul.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]