Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Alep : les quartiers chrétiens menacés par les djihadistes

Le projet 1070, un quartier en construction au sud d'Alep, théâtre d'intenses combats ces derniers jours © Omar haj kadour / AFP
Opposition fighters drive a tank in an eastern government sieged neighbourhood of Aleppo as jihadists and their rebel allies pressed an offensive on August 5, 2016 with a massive attack aimed at seizing a military academy south of the northern embattled Syrian city and breaking a three-week-old siege of insurgent neighbourhoods. / AFP PHOTO / Omar haj kadour
Partager

"Il y a une extrême urgence à agir" a déclaré le président de l'Œuvre d'Orient, Mgr Gollnisch.

Depuis quelques jours, le sort de la ville d’Alep n’a jamais été aussi incertain. Mi-juillet les forces armées syriennes occupant l’ouest de la ville ont fait leur jonction avec des renforts plus au nord, coupant la dernière route pouvant approvisionner les quartiers Est occupés par les rebelles. Pendant plus de quinze jours donc, les insurgés se sont retrouvés assiégés, tous les territoires alentours étant contrôlés par l’armée arabe syrienne et ses alliés.

La situation à Alep fin juin 2016. En vert les rebelles contrôlent l'Ouest de la ville. En Rouge l'armée arabe syrienne contrôle l'Est.
La situation à Alep fin juin 2016. En vert les rebelles contrôlent l'Ouest de la ville. En Rouge l'armée arabe syrienne contrôle l'Est.

 

Une bataille pour le « cordon ombilical d’Alep »

À partir du 1er août, les rebelles réunis sous les bannières des groupes islamistes armés Jaysh al Islam et Al Nosra, ont mené une large offensive au sud de la ville afin de briser le siège. La prise d’une immense base militaire, la troisième plus importante du pays, a permis aux rebelles de faire basculer la situation et d’accomplir leurs objectifs. Après huit jours d’intenses combats, la situation s’est donc totalement retournée : le dimanche 7 avril les insurgés ont finalement atteint les quartiers Est d’Alep, faisant ainsi la jonction avec leurs camarades et coupant par la même occasion, la principale route de ravitaillement de l’armée syrienne. « Cette route, percée fin 2013, est notre cordon ombilical ; elle relie Alep à Homs (via Khanasser) et au reste du pays et du monde. Par elle, passe tout le ravitaillement de produits et d’aliments d’Alep Ouest. C’est elle qu’empruntaient les Aleppins pour quitter ou revenir en ville », explique Nabil Antakil, un médecin syrien vivant à Alep.

La situation à Alep le 6 août 2016, L'armée arabe syrienne a fait sa jonction au nord depuis mi-juillet. Les rebelles en vert, ont attaqué au sud et sont parvenus à briser le siège imposé aux quartier Est.
La situation à Alep le 6 août 2016, L'armée arabe syrienne a fait sa jonction au nord depuis mi-juillet. Les rebelles en vert, ont attaqué au sud et sont parvenus à briser le siège imposé aux quartier Est.

Possible entrée djihadiste dans les quartiers habités par les chrétiens

En quelques semaines seulement, la situation s’est donc complètement renversée : seule différence, c’est maintenant la partie la plus peuplée de la ville qui se trouve actuellement sans ravitaillement. On estime à un million cinq cent mille personnes la population vivant dans les quartiers Ouest de la ville sous contrôle du gouvernement syrien.

« Depuis jeudi soir, le ravitaillement d’Alep est ainsi arrêtée. La pénurie s’est installée. Il n’y a plus d’essence, de fioul, de produits frais (fruits, légumes et viandes) le pain est devenu rare. Et les Aleppins sont très inquiets pour leur avenir immédiat. Est-ce que les gouvernements occidentaux vont protester, s’indigner, menacer, présenter une résolution au conseil de sécurité pour demander la levée du blocus d’Alep (Ouest) ? », s’interroge le médecin Aleppin sur sa page Facebook. Des paroles qui sonnent juste, tant la réaction des représentants politiques Occidentaux se fait encore attendre.

Au milieu de ce silence assourdissant, une voix s’élève en France, celle de l’Œuvre d’Orient et de son représentant, Mgr Gollnisch. Dans un communiqué il appelle les responsables politiques français à réagir.

« Tandis que depuis deux ans nous attendons la libération de la plaine de Ninive occupée depuis août 2014 par Daesh, nous appelons les responsables politiques français et les autorités internationales à prendre des initiatives concrètes pour faire cesser le conflit dans la ville d’Alep. Nous sommes particulièrement inquiets de la possible entrée de combattants salafistes et djihadistes dans les quartiers de la ville habités par les chrétiens », confie-t-il avant de conclure : « Il y a une extrême urgence à agir ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.