Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Non, le Pape n’a jamais parlé de violence « islamique »

©Filippo MONTEFORTE/POOL/AFP
Pope Francis speaks to journalists during a press conference on the plane after his visit to Krakow for the World Youth Days, on July 31, 2016.
Pope Francis celebrated mass on July 31, 2016 with over 1.5 million pilgrims in a vast sun-drenched field in Poland, wrapping up an emotionally charged trip with some choice technological metaphors. In a nod to today's internet-dominated world, Francis urged the faithful, who had travelled to Poland from all over the world, to "download the best link of all, that of a heart which sees and transmits goodness without growing weary". / AFP PHOTO / POOL / Filippo MONTEFORTE
Partager

Une traduction maladroite de ses propos tenus en italien a mis le feu aux poudres.

Avant de traduire en français des propos tenus par le pape François en italien, il faudrait s’assurer que l’on connaît les différences, souvent subtiles, entre ces deux langues !

Quand le pape François dit : « Se parlo di violenza islamica… », la presse française s’imagine pouvoir traduire aussitôt : « Si je parle de violence islamique… ». Cela fait penser inévitablement à « violence islamiste », et cela produit un effet désastreux. D’où les polémiques qui, en ce moment même, vont bon train.

Or, pour être tout simplement rigoureux, il faut absolument traduire de cette façon, la seule correcte : « Si je parle de violence musulmane… ». En effet, les Italiens, pour désigner les musulmans, disent spontanément « gli islamici » et non « i musulmani ». Et les francophones, à condition qu’ils sachent un peu d’italien, ne traduiront évidemment pas « gli islamici » par « les islamiques », encore moins par « les islamistes ». Parmi les « faux-amis » qui pullulent dans nos langues qui semblent si proches, jugez seulement qu’ « islamismo » signifie « islam », et qu’ « islamista » désigne un « islamologue » !

Un raisonnement par analogie sans arrière pensée

Bien plus, le contexte montre que, dans les propos de François, « violenza islamica » signifie « violence commise par des musulmans ». Traduire « violenza islamica » par « violence islamique » et non par « violence musulmane », c’est créer dans l’esprit du public français un rapprochement phonétique, sinon sémantique, avec l’expression « violence islamiste ».

Le raisonnement du Saint Père est un raisonnement par analogie que l’on pourrait résumer de la façon suivante : si, quand vous êtes face à de la violence commise par des musulmans, vous parlez de « violence musulmane », parlerez-vous aussi de « violence catholique » quand un baptisé aura commis un meurtre ? Non, bien sûr. Alors, ne parlons ni de « violence musulmane » en général, ni de « violence catholique » en général.

François ne renvoie absolument pas dos à dos islam et christianisme

Le Pape ne compare pas deux religions considérées dans leurs idées respectives, mais des faits concrets du quotidien, des actes individuels. Il invite les catholiques, non à une réflexion sur une « essence » de l’islam et sur une « essence » du catholicisme, mais tout simplement à un examen de conscience personnel, à une réflexion sur la tentation de violence qui guette chaque être humain, quelles que soient ses convictions religieuses.

Le propos du Saint Père est pastoral et même spirituel. C’est une parole de directeur spirituel (un jésuite, ne l’oublions pas !) appelant les catholiques à ne pas seulement combattre le mal qui existe autour d’eux, mais aussi le mal qui existe en eux-mêmes. C’est là un propos très profondément catholique. Cela relève de la spiritualité, non de la réflexion sur l’histoire des grandes religions.

Le pape François ne fait pas de l’Histoire des religions, ni de l’anthropologie des religions, ni de la théologie des religions. Il ne renvoie pas non plus « dos à dos » la religion musulmane et la religion catholique. Il invite à réfléchir sur des actes concrets, sur des enjeux éthiques et spirituels, non sur des généralités de sciences des religions. Le Pape est un berger, pas un théoricien. Un guide spirituel, pas un professeur.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Le Top de Jean-Marie Salamito
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]