Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une religieuse irakienne ayant vécu quatre guerres tente d’apporter la guérison à Boston

Partager

Mère Olga Yaqob, fondatrice des Filles de Marie de Nazareth, se sent appelée à devenir un pont entre les peuples.

Mère Olga Yaqob en a vu des choses en quarante-neuf ans, elle qui a vécu quatre guerres en Irak, son pays natal, avant d’émigrer aux États-Unis et d’y entamer une nouvelle vie. Mais elle n’avait jamais été témoin d’une naissance telle que celle à laquelle elle a assisté dans un petit hôpital de la banlieue de Boston le mois dernier.

« Elle accompagnait une femme dont l’accouchement était très difficile. Elle décida alors de se mettre à genoux et commença à prier », expliqua Pat Dembrowski, qui travaille au centre d’hébergement pour femmes mis en place par Mère Olga. « L’équipe médicale lui a demandé de se relever, ce qu’elle refusa de faire avant que le bébé ne naisse. Il finit par naître en bonne santé. Il y avait eu un moment critique où la mère et l’enfant étaient tous les deux en grand danger. Mère Yaqob est restée là tout le temps. Nous attribuons cette naissance à sa grande foi ainsi qu’à celle de la mère, car à un moment le cœur du bébé s’était arrêté de battre. »

Le nourrisson et sa mère sont maintenant sortis de l’hôpital et se portent bien. Ils vivent dans une maison intitulée « Les Amis des enfants à naître ». Mère Olga et huit Filles de Marie de Nazareth se sont installées à proximité depuis le mois d’octobre, dans le couvent Saint-Joseph, et elles assistent souvent à la messe dans leur chapelle.

Mère Olga a été comme une mère pour de nombreuses femmes installées dans la maison, car beaucoup d’entre elles sont immigrées et isolées. Et elle sait ce que c’est. Alors qu’elle était arrivée depuis peu à Boston, elle avait été diagnostiquée d’un cancer et avait dû subir les traitements toute seule dans un pays qui lui était étranger.

Le fait de grandir en Irak l’a endurcie, c’est certain, mais elle attribue sa résilience principalement à sa foi. Elle dit avoir reçu la grâce de l’abandon à la divine providence depuis qu’elle est toute petite.

« Si j’ai huit sœurs aujourd’hui et que je meurs dans dix ans, et qu’il y a toujours huit sœurs, loué soit Dieu », a-t-elle fait savoir récemment au sujet de la communauté qu’elle a créée il y a cinq ans. « C’est Sa volonté. Si jamais il y avait des sœurs qui rejoignaient la communauté après ma mort, loué soit Dieu ! C’est Sa volonté. Je ne fais que Son travail. Cette communauté n’est pas la mienne, c’est la Sienne. »

Née à Kirkouk, elle a grandi dans l’Église Assyrienne de l’Orient. En 1980, alors qu’elle avait 13 ans, son pays entre dans une guerre longue et sanglante contre son voisin iranien. Son école est alors bombardée car on croyait que Saddam Hussein y cachait des armes.

« J’ai vu tellement de cadavres autour de moi, de camarades de classe, de professeurs », se souvient-elle. « À 16 ans, j’essayais de donner un coup de main à l’Église, car il y avait cinq ou six enterrements par jour. On nous apportait des corps depuis les zones de combat. Ils étaient souvent brûlés et nous ne pouvions même pas les identifier. Je voyais des familles arriver pour essayer d’identifier leurs proches. Une jeune mariée, enceinte, qui n’avait passé qu’un mois avec son mari avant qu’il ne soit appelé sur le front est venue l’identifier alors qu’elle ne pouvait même pas voir son visage du fait qu’il ne restait que le bas de son corps… J’ai été témoin de toute cette souffrance de mon peuple, année après année. »

Elle s’accroche alors à l’espérance. « Ma force et mon courage me venaient de la croix. Ils venaient de Jésus et de sa promesse aux Hommes. Notre force et notre courage ne sont pas humains mais nous sont envoyés du Ciel. »

En 1990, Saddam Hussein envahit le Koweït. La guerre du Golfe qui s’en est suivie a « fait reculer mon pays 200 ans en arrière », explique Mère Olga. « Nous devions marcher des kilomètres et des kilomètres pour trouver un vieux puits avec de l’eau. Nous n’avions pas l’électricité. J’étais volontaire dans un hôpital pour enfants où nous n’avions qu’une seule couveuse. Je voyais des bébés mourir faute d’avoir pu les mettre en couveuse, et étais témoin de la souffrance terrible de leurs parents. »

L’embargo imposé par les pays occidentaux pour les douze années suivantes a empêché l’Irak de se remettre, affirme-t-elle. « Il n’y avait plus que 40 % de la population qui savait lire et écrire. Comment, dans ces conditions, espérer qu’un pays puisse se reconstruire, si en plus il est sans aucunes ressources du fait de l’embargo ? »

Ne se laissant toujours pas aller au désespoir, Mère Olga lance un mouvement intitulé « Aime ton voisin » réunissant des musulmans et des chrétiens dans le but de récolter des affaires, de la nourriture et des médicaments pour les blessés de guerre, leurs enfants et les personnes âgées ayant perdu leur maison.

« Quand j’entends ce qu’il se passe dans mon pays, sur les chrétiens persécutés et sur ce que leur font les musulmans, tout cela m’est étranger car moi, j’ai travaillé à leur rapprochement. C’est pourquoi j’ai étudié l’Islam. J’ai étudié le Coran du début à la fin, dans le but de me rapprocher des musulmans et de construire des ponts entre eux et les chrétiens, afin que nous puissions reconstruire notre pays et guérir les cicatrices laissées par ces guerres. »

En 1995 elle crée l’ordre des Sœurs « Marthe Myriam » – Missionnaires de la Vierge Marie, le premier ordre de religieuses instauré dans l’Église assyrienne de l’Orient depuis sept cents ans.

Elle se rend ensuite à Boston pour des études en 2001, juste avant les attentats du 11 septembre. Son pays hôte envahit son pays d’origine en 2003. Elle rentre alors en Irak et sert à la fois les Irakiens et les troupes américaines. « J’ai senti qu’il fallait que je sois ce pont », explique-t-elle.

Elle finit par retourner à Boston pour terminer son Master, mais doit assez vite subir un traitement pour son cancer. En l’absence d’une branche de l’Église assyrienne qu’elle aurait pu rejoindre, elle décide de devenir catholique romaine. Elle est alors engagée par l’archidiocèse de Boston pour servir sur le campus de l’Université.

Après cinq ans passés sur le campus, Sœur Olga se sent prête à rentrer au pays, mais le Cardinal Sean O’Malley l’invite à rester et à discerner sur la possibilité de créer une nouvelle communauté. L’archidiocèse – et l’Église dans son ensemble –traversait une grande crise depuis 2002, quand le Boston Globe avait fait sortir les scandales de pédophilie.

« Il voulait vraiment mettre l’accent sur le côté maternel de l’Église, apporter cette guérison, donner une image de miséricorde dans le diocèse », se souvient-elle. « À cause de ce scandale, beaucoup de gens avaient quitté l’Église. Il était important d’aller vers ceux qui avaient été blessés, choqués, et d’être présents dans l’Église locale. »

21734979608_3bf5ca8d3e_o-edit

La congrégation des Filles de Marie de Nazareth est fondée en 2011. Elle se concentre sur les œuvres corporelles de miséricorde, en œuvrant dans des hôpitaux, des maisons de retraite, des foyers et des paroisses. La communauté s’inspire de la « spiritualité de Nazareth » du Bienheureux Charles de Foucauld. Voici ce qui est dit sur le site Internet des Sœurs :

Il a vécu en suivant l’exemple de Marie et de Joseph de Nazareth, et nous aussi, nous sommes appelées à vivre dans une intimité quotidienne avec Jésus. Commencer notre journée en prière et en adoration avec Jésus va nous transformer de manière à ce que nous devenions de petits réceptacles de sa Présence où que nous agissions. Notre vie de prière est nourrie de l’Eucharistie quotidienne, de l’Adoration, des Saintes Écritures et d’une dévotion à la Vierge Marie.

Le Cardinal O’Malley a demandé à l’un de ses anciens professeurs, le frère capucin Robert McCreary, un spécialiste de la spiritualité de Nazareth, d’assister les sœurs dans la création de la congrégation.

« Elles sont très dévouées à l’Église », a dit le père McCreary à propos des jeunes sœurs. »Elles vivent une vie communautaire, elles prient beaucoup et sont au service des pauvres. La spiritualité de Nazareth est pour beaucoup dans la simplicité de la vie que Mère Olga voulait pour ses sœurs. Elle voulait qu’elles soient très accessibles, comme un voisin. Elle voulait qu’elles soient très pieuses, comme la Sainte Famille à Nazareth, tout en étant attentives aux besoins qui les entourent. Il leur est demandé d’être toujours accueillantes et bienveillantes quelle que soit la situation. »

web-mother-olga-hug-boy-george-martell-archdiocese-of-boston-cc
bébé entrain de pleurer ©

Cette bienveillance va de pair avec ce que Mère Olga voit comme un besoin grandissant de construire des ponts entre les peuples dans un monde dominé par la peur. Interrogée sur les relations entre chrétiens et musulmans en cette époque marquée par le terrorisme et sur l’incertitude de la situation des migrants, elle répond : « Parfois, j’enseigne à mes Filles des mots comme « Salaam Alaykoum » et je leur dis « À chaque fois que vous croisez une femme musulmane, particulièrement celles qui portent le hijab, saluez-les à leur manière, en signe de reconnaissance. » Et elles ont vu la différence au fil des années, que ce soit au supermarché, à la pharmacie ou à la station essence. Elles me disent « C’est fantastique, Mère, à quel point une salutation peut ouvrir la porte à la conversation. Cela fait sentir aux femmes qu’on les respecte, qu’elles ne nous font pas peur. » »

Mais s’inquiète-t-elle de la situation de l’Église dans son pays natal qui menace de s’éteindre à force de persécutions ? « L’Église a subi des persécutions depuis le Ier siècle, mais le Seigneur nous a toujours promis qu’Il triompherait. » Elle se souvient d’une époque où musulmans et chrétiens ne vivaient pas seulement en voisins, mais en véritable famille, à cuisiner les uns pour les autres pendant les jours de fête ou à s’occuper ensemble des enfants.

« Mon voisin musulman ne serait jamais venu dans mon église pour se faire exploser et tuer mon frère ou ma sœur avec qui il avait partagé la même table, le même pain, le même lait, le même verre d’eau », constate-t-elle. « Mais ce qu’on voit aujourd’hui en Irak et en Syrie, ce sont des gens qui ont tellement souffert de la guerre et de la violence, avec en plus des extrémistes venus d’ailleurs du fait de la porosité des frontières et qui ont profité du désespoir de mon peuple pour leur retourner le cerveau.  »

De sa vie actuelle, elle dit : « Sur le plan spirituel, le Seigneur m’a chargée de sa croix pour fonder cette nouvelle congrégation à Boston, ce diocèse qui a tant souffert, et pour y être une source d’espérance. J’ai dit oui non pas parce que je pense que j’ai quelque chose à offrir, mais parce que je crois en celui qui peut faire ce travail, et je suis les pas de celle qui a dit oui il y a deux mille ans. Elle me montre tous les jours comment croire que rien n’est impossible à Dieu. »

 

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]