Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 15 mai |
Saint Isidore le Laboureur
home iconArt & Voyages
line break icon

Vivre en catho en 2016 en 10 leçons. Épisode 11

Sabine de Rozières - Publié le 16/06/16

"Notre témoignage, c’est d’être cohérents".

Philippe travaille pour le ministère de l’Environnement dans le domaine de l’énergie mais pour ce fonctionnaire de 27 ans, la source de toutes énergies (renouvelables) se trouve surtout en Dieu.

Aleteia : Pourquoi laissez-vous de la place pour Dieu dans votre vie ?
Philippe : Je pense que l’on peut vivre sans Dieu et même avoir une vie intéressante sans Lui. Mais je crois aussi que ce ne sera jamais qu’une expérience sans relief en comparaison de la vie en Sa compagnie, tout simplement parce qu’Il donne la vraie joie. Plusieurs fois je me suis éloigné de Lui sans bien m’en rendre compte, en laissant mourir en moi les sources de vie et à chaque fois Il m’a attiré de nouveau à Lui par le biais d’expériences ou de personnes que j’aimais : dans une belle église pendant un voyage, dans un rassemblement chrétien, en retrouvant une personne qui vivait sa foi intensément… C’est en relisant tous ces événements que je me suis rendu compte de sa présence continuelle. Il revenait me chercher à chaque fois et cela veut dire que j’ai du prix à ses yeux. J’ai compris aussi que quand je m’éloigne de Lui, je ne suis plus dans la vie mais dans l’automatisme et dans la satisfaction de mes désirs personnels. Dans ces cas-là, même quand générosité ou envie de bien faire sont là, je ne suis plus dans cette vie intérieure qui m’anime bien plus et qui est une source d’émerveillement plus profonde également.

Que signifie pour vous « avoir la foi » ?
Je me dis que l’on peut parfois opposer la foi au fait de ne pas croire mais je pense qu’on pourrait aussi l’opposer au fait de mal connaître Dieu ou de se méprendre sur ce qu’Il est. Même en étant pratiquant, on peut parfois (et même souvent) se tromper sur ce qu’Il est et ce qu’Il veut pour nous, et penser par exemple qu’Il veut que nous fassions tout mourir en nous pour Lui, y compris nos désirs. Or je crois qu’Il veut que grandisse la Vie en nous, et qu’Il peut nous parler par nos désirs, pour peu que nous sachions discerner les vrais et les faux désirs. Je peux mesurer que je laisse Dieu agir quand je suis en paix intérieurement et qu’une joie profonde s’installe, ce sont des critères qui ne trompent pas !

Avez-vous une action quotidienne pour Dieu ?
Je suis engagé depuis trois ans dans l’Association pour l’Amitié (APA), qui sont des colocations partagées avec des gens qui ont connu dans leur vie des galères et des souffrances profondes. C’est un engagement très quotidien ! Chaque matin nous disons les laudes ensemble suivies d’un temps d’adoration. Je découvre chaque jour un peu plus à quel point les psaumes peuvent me nourrir. Certains matins, ce qui est exprimé dans ces cantiques rejoint ma propre expérience et élève ma prière. Dans mon examen de conscience le soir je me demande ce que j’ai vraiment fait par amour dans ma journée. C’est un exercice difficile parce qu’il met en lumière toutes les actions généreuses qui ont été faites simplement par habitude sans être habitées de l’intérieur. Évidemment, ces actions faites par vertu sont un chemin vers l’amour, donc tout n’est pas perdu ! Mais en relisant sa journée au regard de l’hymne à la charité de saint Paul, je trouve que c’est un excellent filtre pour voir ce qui a été fait par vanité, orgueil… et parfois par amour ! Et alors les vrais actes de charité ressortent et on peut en goûter la saveur.

Qu’aimeriez-vous dire aux catholiques ?
Soyons cohérents dans tous les aspects de nos vies afin de rester dans cette dynamique de recherche de la Vérité qui est une, tandis que les erreurs sont multiples. Quand je place mon argent dans telle banque, que fait-elle avec ? Mon travail est-il cohérent avec ma vie de foi ? Ma façon d’être avec mes amis ou ma famille est-elle cohérente avec ce à quoi j’aspire ? Nous sommes attendus au tournant sur ces choses-là par ceux qui n’ont pas la foi (et même avec ceux qui l’ont !). Notre témoignage c’est d’être cohérents.

Selon vous, qu’est-ce qui sauvera le monde ?
Une phrase de saint Jean-Baptiste dit : « Je ne suis pas le Christ (…) Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Saint Jean chap. 1, versets 20 à 29). Avec Jean, il est bon de se rappeler qu’il ne nous appartient pas de sauver le monde. En revanche je peux choisir de rentrer dans ce mouvement de salvation et d’y participer. Et ce chemin là c’est celui de la Vérité et de l’Amour. À la fin, la seule question qui sera posée c’est si l’on a aimé.

Quelle est votre plus grande peur ?
Perdre mon âme et mon intériorité, ne pas habiter ma vie. Faire juste les choses mécaniquement et ne plus prier. Ce n’est pas une peur infondée : ça vient très vite ! On perd alors sa capacité à s’émerveiller, à reconnaître ce que Dieu fait dans notre vie, à rentrer en relation avec les gens. Quand je rencontre des gens qui n’ont pas de vie intérieure ou qui semblent ne pas en avoir, ça me terrorise pour eux et je me sens terriblement impuissant.

Qu’est-ce qui vous rend heureux ?
La croissance de la vie en chacun de nous. Voir une personne qu’on aime faire ou dire quelque chose dont on ne la soupçonnait pas (encore) capable. C’est une chose qui m’a émerveillée pendant les trois ans passés dans la colocation à l’Association pour l’Amitié.

Quelle est votre vertu préférée et pourquoi ?
La bienveillance parce qu’elle permet de laisser aux autres la possibilité de grandir ! Apprendre à ne pas écouter le démon accusateur qui nous susurre à l’oreille que l’autre est moins bon que nous-même. Le pendant mauvais de la bienveillance ce serait d’être béni-oui-oui, il ne s’agit donc pas d’utiliser ce terme niaisement. La bienveillance demande parfois d’être ferme et de dire quand la situation ne va pas : cette correction fraternelle est œuvre de miséricorde.

Quel est votre saint préféré et pourquoi ?
C’est la Sainte Vierge. Je lui demande de me conduire à son Fils et je veux lui être fidèle.

Quelle est votre prière préférée et pourquoi ?
C’est le Notre Père. En appelant Dieu « Père » on revient dans la filiation qu’Il a voulue pour nous et qu’Il nous a révélée par son Fils.

Propos recueillis par Sabine de Rozières

Tags:
Catholique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
FIRST COMMUNION
Edifa
Les écueils à éviter avant et après la première communion de son ...
3
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
4
PLANOWANIE BUDŻETU DOMOWEGO
Edifa
L’argent dans le couple : comment éviter les conflits ?
5
JOHN PAUL II FATIMA
Agnès Pinard Legry
La Vierge de Fatima a-t-elle sauvé la vie de Jean Paul II ?
6
PADRE PIO,I ABSOLVE YOU
Philip Kosloski
La puissante prière de guérison de Padre Pio
7
BABY BOY
Mathilde de Robien
Ces prénoms de garçons qui portent en eux le sceau de Dieu
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement