Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 24 janvier |
Saint François de Sales
home iconArt & Voyages
line break icon

L'actualité revisitée sous forme de contes de Noël

Jacqueline Picoche - Publié le 15/06/16

Franck Andriat nous plonge dans son univers poignant ou le conte n'est pas dédié qu'aux enfants !

WEB FRANK ANDRIAT AUTHOR ©Frank Andriat. WPjpg
Portrait de l'auteur belge Franck Andriat © Frank Andriat

Frank Andriat, auteur belge, qui partage sa vie entre l’enseignement et l’écriture de romans et d’essais, mais a aussi publié des poèmes, aurait dû dédier son livre au pape François dont il épouse à merveille les principales orientations : option préférentielle pour les plus pauvres d’entre les pauvres, et voilà une belle dame qui s’assoit à côté d’une mendiante et change sur elle le regard de la foule. Injonction aux gens qui ont acquis un certain niveau de stabilité et d’aisance de sortir de leur milieu et d’aller aux « périphéries », et les voilà caricaturés par trois vieilles dames trop méfiantes à l’égard de leurs nouveaux voisins, des « sans-papiers » exemplaires. Honte à l’Europe qui ne s’ouvre pas suffisamment aux migrants ! Et deux contes sont consacrés à la manière dont ils sont accueillis. Éloge de la famille dans tant de ses allocutions, et voilà deux histoires de femmes abandonnées dont l’une trouve sa consolation dans ses  enfants et tandis que l’autre ne trouve même pas l’oubli dans l’alcool, histoire d’un Papy qui vient de perdre sa Mamy mais qui heureusement a un petit fils, histoire d’un être bienaimé qui a sombré dans le coma et dont il faut le tirer… Importance du dialogue interreligieux : voilà  Mansour, l’exilé afghan, qui a trouvé en la personne d’Audrey, Lilloise exilée à Bordeaux, son « oiseau sur le bord de la fenêtre », et qui est présenté sous le jour le plus sympathique, soigneusement distingué de ces « fous » sanguinaires d’islamistes. Bref dix histoires parfaitement contemporaines qui peuvent être dites « contes » en ce qu’elles disent brièvement quelque chose de la condition humaine. Mais contes de Noël ? Certains ne parlent même pas explicitement de cette fête. Mais implicitement, oui !  La grâce de Noël est bien d’ouvrir les cœurs à la vue d’un pauvre et divin enfant couché sur la paille d’une étable. Et c’est justement, dans chaque conte, cette ouverture de cœur d’un des personnages, qui, parfois à son insu même, dénoue la situation bloquée ou tragique de l’autre, et fait sourdre la joie.

Références bibliques

Ces courtes histoires auraient pu n’ être que platement édifiantes. Il n’en est rien ! Elles évitent ce risque de deux façons. La fin n’est jamais attendue. Elle réserve toujours une surprise. Exemple : Est-ce le père qui est au chevet de son fils dans le coma ? Eh ! non ! le fils n’était que légèrement blessé, alors que le père, dans sa précipitation et son inquiétude a eu un accident beaucoup plus grave sur la route de l’hôpital. C’est le fils qui le veille en espérant et en obtenant son retour à la vie, réciprocité qui oblige ces deux hommes, abandonnés par celle qui était l’épouse et la mère, à se dire davantage leur profond amour mutuel. Le conte intitulé Chère Marie semble être une méditation sur la photo d’une femme bien aimée. Eh ! non !  On comprend à la toute fin qu’il s’agit d’une image de la Vierge Marie.

Une écriture, sa signature

Et puis il y a le style très travaillé, très littéraire, allusif, poétique, qui dessine les personnages par petites touches, pratique légèrement le monologue intérieur. Dans le conte intitulé Je t’ai cri, une adolescente de treize ans exprime son désespoir, sa rage de n’avoir pas connu son père, une écriture proche de celle de Michaux. Rien de mieux pour conclure que de lui donner la parole : « Je t’en veux, oui je t’en veux. Je t’appelle, je t’imagine, je t’attends, t’attends, t’attends. À temps, tu n’es jamais arrivé, jamais. … Tu te tais, je t’écris, tu étais. Je t’ai cri… Il y a cent toi en moi, et le sang de toi, et sans toi. Tu es tellement présent, même si tu n’es pas là… »

Un oiseau sur le bord de la fenêtre de Franck Andriat © Éditions Salvator
Un oiseau sur le bord de la fenêtre de Franck Andriat © Éditions Salvator

Un oiseau sur le bord de la fenêtre, dix contes de Noël de Frank Andriat. Éditions Salvator, 136 pages, 16 euros.

Tags:
conteLivres
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
web2-mgr-chauvet-afp-000_1hh3qc.jpg
Caroline Becker
Mgr Chauvet : "Face au drame de Notre-Dame, le Seigneur m'apprend...
4
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
5
I.Media
10 ans après son ralliement à l'Église catholique, un ancien évêq...
6
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
7
Jérôme Lejeune
Timothée Dhellemmes
"L'intelligence de Jérôme Lejeune était orientée vers la vérité"
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement