Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 19 janvier |
Saints Marius, Marthe, Audifax et Abachum
home iconActualités
line break icon

Un président américain pour la première fois à Hiroshima

AFP

Sylvain Dorient - Publié le 27/05/16

Barack Obama est le premier président des États-Unis à se rendre sur le lieu du largage de la bombe atomique, un signe encourageant pour la paix, selon les évêques japonais.

En marge d’une réunion du G7 au Japon, Barack Obama se rend à Hiroshima ce vendredi 27 mai. Une visite historique, qui inquiète les partisans d’une introspection du Japon sur son passé guerrier.

Pas de débat sur le bien-fondé de l’utilisation de la bombe

Plusieurs vétérans de la guerre du Pacifique, aux États-Unis, craignent que leur président ne présente des excuses pour le premier bombardement atomique de l’Histoire. Lester Tenney, 95 ans, et survivant de la marche de la mort à Bataan en 1942 a exprimé auprès de AP que si Barack Obama était dans son rôle en se rendant à Hiroshima, il « n’avait pas à s’excuser ». Il ne sera pas non plus question de rouvrir le débat sur le bien-fondé de l’utilisation de « Little Boy », la bombe qui rasa Hiroshima, provoquant la mort de 160 000 personnes.

Une agréable surprise

Mgr Kikuchi Isao, évêque catholique de Niigata exprime son contentement et espère que la visite va « contribuer à développer le désir de beaucoup au Japon de bannir à jamais les armes nucléaires ». Outre le sujet sensible du nucléaire au Japon, l’épiscopat espère que le rappel du passé convaincra leur pays à demeurer en tout temps un artisan de paix. Alors que le Japon, traumatisé par l’expérience de la Seconde Guerre mondiale, était l’un des pays les plus pacifiques du monde, son gouvernement actuel, nationaliste, tend à le remilitariser et à durcir les règles d’engagement de son armée. Jusqu’à présent, la Constitution japonaise de 1946, et plus précisément son article 9, garantissait que le pays n’utiliserait pas la force pour régler ses différents internationaux.

« Préserver le trésor de la paix »

Le 29 mars 2016, deux lois sont entrées en vigueur qui autorisent les forces armées du pays à « venir en aide à un allié en difficulté dans un conflit étranger ». Une formulation qui peut être interprétée largement, et pourrait mettre fin à la politique non-interventionniste des forces d’autodéfense japonaises. Les évêques se sont élevés contre cette évolution de la loi japonaise dans un communiqué daté du 7 avril 2016. Ils y rappellent que leur pays a subi et fait subir de telles destructions qu’il est sorti de la guerre « déterminé à ne plus jamais être la cause de telles horreurs ». L’article 9 de la Constitution a gravé dans le marbre cet esprit pacifiste, et aux yeux de l’épiscopat il constitue un « trésor » qu’il faut préserver de génération en génération.

La paix n’est pas maintenue par l’hostilité

Si l’autodéfense est un droit, rappellent les évêques, l’Église catholique ne croit pas pour autant que la paix se résume à une absence de guerre maintenue par l’équilibre de forces hostiles. Elle est fondée sur l’amour entre les peuples et les nations, comme l’exprime l’encyclique (Gaudium et Spes, 78).

Tags:
deuxième guerre mondialeÉtats-Unishiroshimajapon
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Rachel Molinatti
Avec ToonMe, découvrez des saints animés !
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans vot...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droi...
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement