Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Ahmed al-Tayeb : « Les conditions sont réunies pour la reprise d’un dialogue »

© OSSERVATORE ROMANO / AFP
Le Pape François et le grand Imam d'Al-Azhar, Ahmed Al-Tayeb AFP PHOTO / OSSERVATORE ROMANO / Handout
Partager

Le Grand Imam d’al-Azhar est reparti satisfait de sa visite au Vatican, montrant que "les croyants ne sont pas des concurrents mais des compagnons de route", commente le Saint-Siège.

Après cinq ans de gel, la rencontre historique entre le Pape et le grand imam d’al Azhar, au Vatican, lundi 23 mai, sonne comme les prémisses d’une réelle reprise de dialogue officiel entre le Saint-Siège et la plus grande institution académique de l’islam sunnite. « Les conditions sont réunies pour la reprise d’un dialogue », a déclaré le grand imam de la mosquée d’Al-Azhar au Caire, dans un entretien à la presse vaticane, après la rencontre. Dans cet entretien, Ahmed al-Tayeb a remercié le Saint-Père « pour son accueil chaleureux » et, après des paroles très élogieuses à son égard, a souligné l’importance que les religions « poursuivent leur mission sacrée : rendre l’être humain heureux ».

Après le face-à-face

Alors que musulmans et chrétiens souffrent ensemble de la violence et du terrorisme, le Grand Imam a souligné l’importance d’une bonne entente entre les religions pour « diriger les hommes vers la miséricorde et la paix ». Il demande au monde entier « de s’unir et de serrer les rangs » pour combattre et éliminer le terrorisme. Puis dans un appel « au monde et aux hommes libres du monde », il exhorte à « se mettre d’accord et intervenir tout de suite pour mettre fin aux effusions de sang ». Et enfin, réaffirmation que l’islam n’a rien à voir avec le terrorisme,  que « ceux qui tuent les musulmans et tuent aussi les chrétiens ont déformé les textes de l’Islam, intentionnellement ou par négligence ».

Ce face-à-face d’une demie heure entre le Pape et le grand imam est un beau « message pour les musulmans et les chrétiens, en particulier ceux du Moyen Orient », a commenté le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, au sortir de la rencontre. Et particulièrement en Égypte, confirme l’évêque copte catholique d’Assiout, Mgr Kyrillos William Samaan, où « la contribution offerte ces dernières années par al-Azhar, en faveur de la coexistence et du dépassement des dérives sectaires » ne cesse de croître.

Bons échos en Égypte

En Égypte, « les journaux les plus répandus ont consacré un large espace » à la rencontre d’hier, rapporte l’évêque à l’agence Fides, révélant ainsi « toute l’attention et les attentes » que tel événement suscite au sein de la société.

« Le dialogue officiel – rappelle l’Évêque copte catholique d’Assiout, Mgr Kyrillos William Samaan – avait été interrompu en 2011 après l’attentat d’Al-Qaïda, la nuit du Nouvel An, contre la cathédrale copte d’Alexandrie qui avait suscité beaucoup d’indignation parmi les responsables politiques et religieux. Le Saint-Père, dans sa réaction, avait mis en cause la responsabilité des autorités locales vis-à-vis des chrétiens et de leur sécurité. L’imam Ahmed AlTayeb avait alors parlé d’ « ingérence inacceptable », rejoint dans ses protestations par des représentants du Patriarcat copte orthodoxe.

Depuis quelques années, précise Mgr Kyrillos, le grand imam, et le Patriarche copte orthodoxe Tawadros (II), font leur possible pour « revitaliser » « la Maison de la Famille », qu’ils ont voulue en 2011 pour prévenir des heurts entre chrétiens et musulmans. Récemment, sous l’égide de cette institution qui coordonne un réseau diffusé de manière capillaire sur le territoire national, une quarantaine d’imams et de prêtres ont animé ensemble une mission dans les écoles de la province égyptienne de Minya afin de promouvoir, par le biais de conférences et débats avec les élèves, « une culture de la rencontre et de la paix, en la valorisant comme base d’une coexistence pacifique, sociale et religieuse ».

Un savoir faire unique

Tous les ans, depuis son élection, le pape François, après une rencontre en 2013 avec Tawadros II, à l’occasion des quarante ans de la rencontre historique entre Paul VI et le Patriarche Shenouda III, célèbre tous les 10 mai, à sa demande, « l’amour fraternel qui unit l’Église catholique et l’Église copte-orthodoxe ». Cette année, le Pape lui a écrit une lettre dans laquelle il a beaucoup insisté sur les valeurs partagées entre les deux communautés, et redit sa préoccupation pour les chrétiens du Moyen-Orient.

Ce climat de confiance restauré entre les différentes institutions, réjouit le cardinal Jean-Louis Tauran, à qui revient une grande partie des efforts. Concernant le grand imam d’Al-Azhar, la dernière rencontre du genre remonte à l’an 2000, lorsque Jean-Paul II s’était rendu au Caire. Mais aujourd’hui, le président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux « ne veut plus regarder vers le passé », a-t-il confié dans un entretien à Radio Vatican, seulement  » la situation telle qu’elle est aujourd’hui, et voir comment l’améliorer pour demain ».

Et s’il y a un message à faire passer après cette visite, le cardinal Tauran n’hésite pas une seconde : elle montre que « les croyants ne sont pas des concurrents mais des compagnons de route … qu’ils ont leur place dans la société et ensemble ils peuvent collaborer pour les grandes causes de la justice, de la paix, de la fraternité … Qu’il y a un savoir faire des communautés de croyants, une manière de vivre la diversité dans l’unité qui pourraient inspirer bien des programmes politiques ».

Le grand imam à Paris

Après Rome, Ahmed Al-Tayeb est parti à Paris, pour participer à une conférence internationale organisée à l’hôtel de ville par la communauté de Sant’Egidio sur le thème Orient et Occident, dialogues de civilisation. Présent à ses côtés, Andrea Riccardi, le fondateur de la communauté, connue pour ses compétences en matière de dialogue interculturel et religieux.

En marge de cet événement, le grand imam et Andrea Riccardi devaient déposer une gerbe devant le Bataclan, en hommage aux victimes des attentats de novembre 2015.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]