Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Aide à l’enfance, décrochage scolaire et chômage des jeunes : une question de confiance ?

16-25 ans, c’est l’âge clé pour construire sa vie sociale et professionnelle. © Besnard/Apprentis d'Auteuil
Lycée Notre-Dame - interview d'un ancien du lycée horticole, Maurice, par Romain, un élève actuel
Partager

La fondation Apprentis d'Auteuil s'engage auprès de la jeunesse depuis 150 ans.

Créée en 1866 par l’abbé Roussel, la fondation Apprentis d’Auteuil fête ses 150 ans. Organisation catholique reconnue d’utilité publique, acteur engagé de la prévention et de la protection de l’enfance, Apprentis d’Auteuil développe en France et à l’international des programmes d’accueil, d’éducation, de formation et d’insertion pour redonner aux jeunes et aux familles fragilisés ce qui leur manque le plus : la confiance.

La fondation agit sur le terrain autour de quatre missions :

La protection de l’enfance

En France, selon l’Oned , plus de 310 100 enfants ou jeunes de moins de 21 ans ont fait l’objet d’une mesure de l’Aide sociale à l’enfance en 2013. Chaque année, les Apprentis d’Auteuil accueille plus de 3 000 enfants et adolescents sans parents ou dont les familles traversent des difficultés qui ne leur permettent plus de garder leur enfant auprès d’elles.

Cette action de protection de l’enfance s’étend aussi aux mineurs isolés étrangers. Ils seraient environ 8 000 présents en France métropolitaine et plus de 3 000 à Mayotte. Seuls, coupés de leur famille, ils vivent dans des situations d’extrême dénuement.

Bambins et ados, français et étrangers, ils sont accueillis dans des « maisons d’enfants à caractère social« (MECS).

La lutte contre l’échec scolaire

Le décrochage scolaire est une catastrophe individuelle et collective. Il conduit en effet le jeune à se détacher de l’école, ce qui hypothèque lourdement à son intégration future. Selon le ministère de l’Éducation nationale (en novembre 2014), le décrochage scolaire coûte à la société environ 230 000 euros par enfant au cours de sa vie et génère une dette de 30 milliards d’euros. Pour lutter contre ce phénomène, Apprentis d’Auteuil accueille 12 000 jeunes au sein de ses établissements scolaires. Dès les petites classes, la fondation associe réussite scolaire et suivi éducatif en associant les parents.

L’insertion professionnelle des 16-25 ans

En 2015, le taux de chômage des 15-24 ans en France était de 24,6 %. 790 000 jeunes âgés de 15 à 24 ans ne sont ni en emploi ni en formation ni scolarisés. Entre 2004 et 2011, la pauvreté des 18-29 ans a augmenté de 50 %, avec 330 000 jeunes sous le seuil de pauvreté selon l’Insee. Or 16-25 ans, c’est l’âge clé pour construire sa vie au niveau social et professionnel.

Parallèlement à la scolarité au lycée, Apprentis d’Auteuil développe la formation par apprentissage. Elle se tourne de plus en plus vers le monde de l’entreprise pour co-créer des formations adaptées aux jeunes fragiles et aux besoins des employeurs. Enfin, pour une insertion professionnelle réussie, elle favorise un accompagnement social, en particulier autour des questions de logement, de mobilité et de citoyenneté.

L’accompagnement des parents

La famille est la cellule de base de la société. Lorsqu’elle est isolée et fragilisée, elle a besoin d’être soutenue, accompagnée et orientée. Or 1,5 millions de familles sont monoparentales, dont 85 % sont composées d’une mère et d’un enfant. 2,7 millions d’enfants vivent dans une famille pauvre. Par-delà les difficultés, Apprentis d’Auteuil a la conviction que les parents sont porteurs de ressources, parfois ignorées, pour aider leurs enfants à grandir. Maintenir le lien entre parents et enfants est un enjeu essentiel.

La détresse d’une part grandissante de la jeunesse est l’une des injustices de notre époque. Les jeunes ne sont-ils pas la plus grande richesse d’une société ? Mais heureusement « l’expérience accumulée depuis des décennies nous permet de dire que cette jeunesse fragilisée, et parfois durement blessée, peut se relever et grandir » souligne Nicolas Truelle, directeur général de la fondation. Puis de poursuivre : « Les jeunes ont majoritairement confiance en leur avenir, alors, ensemble, sachons être à la hauteur de leurs attentes ! »

Apprentis d’Auteuil en quelques chiffres

  • La fondation accompagne 25 000 jeunes en difficulté et plus de 5 000 familles dans leur rôle éducatif.
  • 5 500 collaborateurs et 5 000 bénévoles travaillent à cette mission d’accompagnement.
  • Une communauté de 300 000 bienfaiteurs (donateurs, entreprises, fondations abritées, mécènes, philanthropes, légataires…).
  • La fondation gère près de 230 établissements en France. À l’international, elle agit dans 54 pays à travers 195 partenaires locaux.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]