Aleteia

Le célibat est-il une vocation ?

Partager
Commenter

...ou ne pas être engagé signifie-t-il que l’on n’a pas d’obligations ?

Le célibat est-il une vocation ? Pour répondre à cela, il faut préciser ce que nous entendons par « célibat » et « vocation ».

Ce qu’en dit l’Église

Depuis l’époque des apôtres, l’Église a toujours attaché de l’importance au libre choix du célibat pour se consacrer à aimer et servir Dieu. «  Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du royaume des Cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! » (saint Mathieu 19 : 12). Au cours de l’histoire, ce choix a été reconnu plus formellement dans différentes formes établies de vie consacrée, de l’Ordre des Vierges à l’évolution plus récente de communautés religieuses organisées jusqu’au développement de formes modernes de dévouement comme l’appartenance à des instituts séculiers. Il est aussi possible de se dévouer totalement au Seigneur par un engagement purement privé, comme l’ont fait beaucoup de saints.

Mais la plupart des considérations actuelles sur le « célibat » ne traitent pas des formes reconnues de vie consacrées (ni même les formes de consécration informelles, de fait comme les vœux privés) mais parlent plutôt d’une vie laïque sans mariage n’impliquant aucun engagement délibéré : le simple fait de ne pas se marier peut-il être considéré comme une vocation ?

Le terme vocation signifie littéralement « appel », et dans un contexte catholique, une vocation est un appel de Dieu. Mais ce terme peut recouvrir plusieurs significations.

Le célibat, une vocation en soi ?

L’acception peut-être la plus fréquente de « vocation » se réfère à un appel de Dieu à faire quelque chose d’assez inhabituel. Parfois, une vocation peut signifier une mission dictée par Dieu comme fonder une communauté religieuse. Un individu peut sentir que Dieu l’appelle à rester célibataire pour servir de plus grands desseins, comme s’engager dans une activité évangélique ou des œuvres de charité. Mais on peut considérer ce type d’appel à rester célibataire assez proche de la vie consacrée pour ne pas être associé au concept normal de « célibat » en général.

Dans certains cas, nous pouvons utiliser le terme « vocation » pour signifier l’action concrète que Dieu nous demande de réaliser en fonction de nos situations personnelles. En fonction de la situation spécifique d’un individu, rester célibataire et non engagé peut être une sorte de « vocation », dans la mesure où c’est la réaction prudente voulue par Dieu. (…)

D’un autre coté, « vocation » est parfois utilisée comme abréviation d’ « état de vie ». Il s’agit d’un terme servant à décrire notre rôle et nos responsabilités dans la communauté chrétienne. Cela peut décrire la situation conjugale d’un individu ou si une personne est laïque, ordonnée ou consacrée. Naturellement « laïc célibataire » est un état de vie.

Mais souvent « vocation » se réfère à l’entrée dans un nouvel état de vie impliquant un engagement permanent et entrainant des responsabilités. (…) Dans ce sens, il serait difficile de considérer la vie célibataire non engagée comme une vocation car ce serait une contradiction de cataloguer le non engagement comme une forme d’engagement.

La constitution pastorale Gaudium et Spes

Devrions-nous donc encourager les gens à percevoir une vocation au célibat non engagé de la même façon que nous pouvons encourager les jeunes à percevoir la vocation à la prêtrise ou la vie consacrée ou être plus ouvert à la vocation du mariage ? Non, puisque l’Église enseigne que le véritable épanouissement humain ne peut advenir qu’à travers l’amour dévoué et sacrificiel. Comme déclaré dans Gaudium et spes : « L’homme… ne peut pleinement se trouver que par le don désintéressé de lui-même ». (GS24)

Malgré tout cela, sur le plan pastoral, il est fondamental de garder à l’esprit que les célibataires non engagés doivent toujours être considérés comme des membres à part entière de l’Église. Concernant la vocation, souvenons-nous que le baptême est la vocation première de tout chrétien. Même si le célibat non engagé ne peut être une vocation dans le sens strict du terme, les catholiques célibataires sont tout de même appelés à la sainteté et à la plénitude de la vie chrétienne.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]