Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Aleteia ressuscite le code de chevalerie (4/10). Tu feras une guerre aux infidèles sans trêve et sans merci

© Wikimedia
The Vigil exhibited 1884 John Pettie 1839-1893 Presented by the Trustees of the Chantrey Bequest 1884 http://www.tate.org.uk/art/work/N01582
Partager

Loin de prêcher une nouvelle croisade, le combat est avant tout celui de la foi et de l'Amour.

À quoi peut bien ressembler le chevalier des temps modernes ? Pour répondre à cette épineuse question, Aleteia a remis au goût du jour un ancien code de chevalerie en vigueur au XIIe siècle. Ces dix commandements, à l’image du décalogue de l’Église catholique, dictaient la conduite des chevaliers désireux de cultiver les saintes vertus et d’éveiller en eux les sentiments les plus nobles. Répondant aux problématiques médiévales, un tel code peut à première vue sembler désuet ou inapproprié à l’époque moderne. Vraiment ? Largement imprégnés par la morale chrétienne, ce seront des prêtres, bien dans leur époque, qui revisiteront et réactualiseront pour vous les préceptes de ce code dont notre société moderne gagnerait beaucoup à s’inspirer. Faisons naître ensemble un nouvel esprit chevaleresque ! 

Cette semaine, le père Jean-Pascal Duloisy, grand exorciste pour la région Île-de-France, s’est penché sur une règle incontournable de notre chevalier : combattre inlassablement la non-croyance. Loin de prêcher une nouvelle croisade, le combat est avant tout celui de la foi et de l’Amour.

Tu feras une guerre aux infidèles sans trêve et sans merci

Chevalier, sachez avant toute chose que lorsque vous vous tenez devant un être humain, vous faites aussi face aux puissances des ténèbres qui l’environnent. Ce n’est donc pas un humain que vous êtes tenu d’affronter mais les forces obscures qui interfèrent.

« Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair, mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres, les Principautés, les Souverainetés, les esprits du mal qui sont dans les régions célestes. »
(Eph 16, 12)

Tu feras à l’infidèle une guerre sans trêve et sans merci, oui, en le servant dans sa vocation d’homme créé à l’image de Dieu, infiniment aimé. J’aimerai à mon tour toute personne dans le projet d’amour de Dieu pour elle. L’homme étant créé à l’image de Dieu, tout homme, même non chrétien est fait pour Jésus Christ, il faut ainsi servir le projet qui est déjà en lui.

Qui veut détruire ce projet ? Le démon. Qui est jaloux de ce projet ? Le démon. Donc nous ne combattons pas avec des armes, le démon n’en a que faire, mais avec la foi ! La première arme de la foi c’est la prière. Comme le dit si bien Padre Pio :

« La prière est la meilleure arme que nous possédons : la clef du cœur de Dieu. Priez même à contre-cœur. Qui prie beaucoup se sauve, qui prie peu est en danger, qui ne prie pas se damne. La volonté compte et est récompensée, non le sentiment. »

Ainsi je combats grâce à la bienveillance qui chasse toute peur intérieure et je m’expose dans mon témoignage au saint nom de Jésus, au risque de la moquerie et au péril de ma vie. Celui qui fait une guerre sans trêve et sans merci, c’est Saint Paul. Le chevalier moderne tâchera de s’en inspirer.

« En effet je n’ai pas honte de l’Évangile, car il est puissance de Dieu pour le salut de quiconque est devenu croyant, le Juif d’abord, et le païen. »
(Rm 1, 16)

Il est celui qui ne rougit pas, qui n’a pas peur des coups, celui qui ne va pas se protéger la joue mais va s’exposer et aller au cœur de la bataille au plus près de l’adversaire. Ainsi, entrez en contact avec les non-croyants, ne les fuyez pas. « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que vous serez mes disciples ». Le chevalier s’engagera donc dans la mêlée avec les armes de la foi. À aucun moment il ne doit faiblir sur l’annonce : en tant que prêtre, je bénis tous ceux que je croise dans la rue, je leur souhaite du bien. Notre précepte s’articule donc de cette façon : tu feras une guerre sans trêve et sans merci, tu ne te lasseras pas de les aimer et de les bénir. Tu ne te décourageras pas de bienveillance à leur égard. C’est là une œuvre totale de miséricorde ; les œuvres de miséricorde constituent en effet l’arsenal du chevalier, c’est par elles qu’il mènera le combat.

7 œuvres de miséricorde spirituelles :
Consoler les affligés
Pardonner les offenses
Supporter patiemment les personnes importunes
Prier Dieu pour les vivants et les morts
Conseiller ceux qui doutent
Enseigner ceux qui sont ignorants
Réprimander les pêcheurs

7 œuvres de miséricorde corporelles :
Héberger les sans-abris
Visiter les malades
Ensevelir les morts
Donner à manger à ceux qui ont faim
Donner à boire à ceux qui ont soif
Vêtir ceux qui sont nus
Visiter les prisonniers

Le démon passe son temps à faire croire qu’il est difficile d’aller au Paradis, le chevalier doit lui donner tort ! Il doit ainsi faire quotidiennement un signe de croix lentement, par amour. Il acceptera d’être aimé par Jésus et tracera Son amour sur lui. Le chevalier doit en outre prier le Saint-Esprit :

Ô Esprit-Saint,
âme de mon âme, je t’adore,
éclaire-moi,
guide-moi,
fortifie-moi,
console-moi,
dis-moi ce que je dois faire, donne-moi tes ordres.
Je te promets de me soumettre à tout ce que tu désires de moi
et d’accepter tout ce que tu permettras qu’il m’arrive.
Fais-moi seulement connaître ta volonté.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]