Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 juillet |
Saint Samson
home iconArt & Voyages
line break icon

Au large ! Les dernières heures de l’Irlande britannique

Margot Vignaud - Publié le 29/04/16

Le lundi de Pâques 24 avril 1916 est devenu le symbole de l'indépendance irlandaise, bien que très contesté par la population (3/4).

L’Insurrection de Pâques, débutée le lundi 24 avril 1916, prend fin après 6 jours de combats entre insurgés et soldats britanniques. Les leaders de la révolte se rendent l’après-midi du samedi 29 avril. 300 insurgés sont alors arrêtés et conduits à Richmond Barracks, une caserne britannique de Dublin. De nombreux Dublinois se pressent pour les voir passer. Ils leur hurlent dessus et leur jettent des œufs, des légumes pourris… La population est en désaccord profond avec cette révolte.

Mécontentement du peuple face à la révolte

Pourquoi cette désapprobation ? Les Dublinois ne comprennent pas la guerre déclarée dans leur propre ville, par des Irlandais, alors qu’au même moment des pères, des maris, des enfants se battent en France. L’Insurrection se déroule en plein milieu de la Première Guerre mondiale, et les insurgés ont refusé d’y participer. Plus de 150 000 Irlandais combattent alors sur le continent.

Aussi, après une semaine de combats, la ville est ravagée. Les bâtiments du centre sont partis en fumée ou sur le point de s’effondrer. 300 civils irlandais, femmes, enfants, y ont perdu la vie.

Photo n°6 - Patrick Pearse lisant la Proclamation de Pâques
Picasa
Patrick Pearse, un des chefs de l’Insurrection de Pâques, lisant la « Proclamation de Pâques », joué par un comédien dans le cadre du centenaire de l’Insurrection de Pâques © Margot Vignaud

La mise à mort des leaders

Pourtant, en quelques semaines, les Pâques sanglantes deviennent l’événement le plus important de l’indépendance irlandaise. Les Britanniques matent la révolte avec férocité. Plus de 3 000 Irlandais sont arrêtés et 77 personnes, chefs et commandants de l’Insurrection, sont condamnés à mort. Le gouvernement britannique décide finalement de n’en exécuter que seize. Les premières mises à mort ont lieu très rapidement. Quatre jours à peine après la fin de l’Insurrection, les trois leaders sont fusillés le 3 mai 1916 : Patrick Pearse, Thomas Clarke et Thomas MacDonagh. Douze autres hommes sont exécutés en moins de deux semaines.

Les insurgés de Pâques : les martyrs irlandais

Ces exécutions ont un impact sur la population qui commence à changer de position. Certes, ces insurgés sont des traitres, des lâches, mais ils sont avant tout des Irlandais. Ce n’était pas aux Britanniques de rendre la justice. De plus, trois mois plus tard, le 1er juillet, débute la bataille de la Somme, l’une des plus sanglantes de la Première Guerre mondiale. Le premier jour, 5 000 Irlandais, qui se battaient pour l’empire britannique, sont tués. C’est un électrochoc en Irlande. La violence et la condescendance des Britanniques font basculer les Irlandais. Les insurgés de Pâques deviennent des martyrs, des héros face à la domination des anglais.

Photo n°7 - Immeuble commémorations héros
Les visages des héros de l’Insurrection de Pâques sur un immeuble de Dublin - © Margot Vignaud
Les visages des héros de l’Insurrection de Pâques sur un immeuble de Dublin © Margot Vignaud

Les Irlandais le reconnaissent : l’Insurrection ne marque pas le début de l’indépendance, mais le début de la fin de la domination britannique. L’indépendance de l’Irlande sera reconnue en 1922 par Londres. Mais aujourd’hui, 100 ans après, de nombreux Irlandais considèrent que l’indépendance n’est pas acquise. Elle le sera le jour où les six comtés d’Irlande du Nord, rattachés au Royaume-Uni, rejoindront la République d’Irlande. Affaire à suivre.

Tags:
irlande
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
4
POPE FRANCIS
La rédaction d'Aleteia
Une indulgence plénière accordée ce dimanche 25 juillet
5
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
6
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
7
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement