Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 28 novembre |
Sainte Catherine Labouré
home iconÉglise
line break icon

Le pape François rentre de Lesbos avec 12 réfugiés syriens

AFP

Isabelle Cousturié - Publié le 17/04/16

Dans l’avion, le Saint-Père a expliqué aux journalistes : "Ce n'est pas un privilège. Ces douze sont tous des enfants de Dieu et je privilégie les enfants de Dieu !".

Le pape François est rentré de Lesbos avec douze réfugiés syriens, dont six enfants. Il s’agit de trois familles musulmanes qui ont fui leur pays après le bombardement de leurs maisons à Damas et Deir ez-Zor, ville assiégée par Daesh. « C’est un geste huma­ni­taire… pas un privilège. Ces douze sont tous des enfants de Dieu et je privilégie les enfants de Dieu ! », a expliqué le pape à la presse qui l’ac­com­pa­gnait dans l’avion. Et d’ajouter : « Leurs papiers sont en règle. Cela a été orga­nisé par la Secré­tai­re­rie du Saint-Siège, en colla­bo­ra­tion avec les gouver­ne­ments italien et grec ». Les trois familles ont été confiées à la communauté de Sant’Egidio. Elles sont arrivées sur l’île grecque avant la conclusion, le 20 mars dernier, de l’accord entre Bruxelles et Ankara qui prévoit le renvoi des migrants en Turquie.

Les migrants ne sont pas des numéros

L’accueil de ces trois familles est le couronnement d’un samedi 16 avril chargé d’émotions pour ce Pape, accueilli samedi 16 avril sur l’île de Lesbos en grand défenseur de la cause des réfugiés, aux côtés du Patriarche œcuménique Bartholomée de Constantinople et de l’archevêque orthodoxe Hiéronyme (Jérôme) d’Athènes. D’abord, le matin, à l’intérieur du centre d’accueil et d’enregistrement de Moria où vivent entassés près de 3 000 migrants, puis sur le port de Mytilène, la capitale de l’île, où les trois religieux ont rendu hommage aux « victimes des migrations » (près de 400) et rencontré les habitants de l’île.

« Beaucoup de leurs tombes ne portent aucun nom, a déclaré le Pape au cours de la cérémonie sur le port, en présence des habitants et de la communauté catholique. Puissions-nous ne jamais les oublier, mais honorer leur sacrifice plus par des gestes que par la parole. » Après une prière, et une minute de silence, les trois religieux ont lancé des couronnes de fleurs dans la mer, répétant le geste du pape François à Lampedusa, en juillet 2013. Le Saint-Père a reconnu que « les préoccupations des institutions et des personnes, en Grèce comme dans d’autres pays d’Europe, étaient compréhensibles et légitimes », mais l’Europe, a-t-il rappelé fermement, est la patrie des droits humains, et « quiconque pose le pied en terre européenne devrait pouvoir en faire l’expérience ». Il a prié Dieu de tirer  les hommes du « sommeil de leur indifférence » , de les « délivrer » de cette insensibilité due à trop de « confort mondain et d’égocentrisme ».

https://youtu.be/xGVyJ40Tl5Q

« Avant d’être des numéros », les migrants sont « des personnes, des visages, des noms, des histoires », a-t-il rappelé en reprenant son tweet du jour, posté avant son arrivée sur l’île grecque : « Les réfugiés ne sont pas des nombres, ce sont des personnes… et ils doivent être traités comme tels ». Après avoir exprimé son admiration au peuple grec qui, « malgré les graves difficultés à affronter, a su tenir ouverts les cœurs et les portes » aux migrants, le pape a lancé un appel « plein de tristesse » à la responsabilité et à la solidarité  de tous face à cette situation dramatique, « la pire catastrophe humanitaire  depuis la Seconde Guerre mondiale », a-t-il estimé dans l’avion juste avant d’arriver à Lesbos.

Construire des ponts et non des murs

Dans son discours sur le port de Mytilène, le Pape a rappelé les principes de la  vraie solidarité humaine : « Pour être vraiment solidaires avec celui qui est contraint de fuir de sa propre terre, il ne suffit pas de se limiter à faire face à l’urgence du moment, mais il faut développer des politiques de longue haleine, qui ne soient pas unilatérales. Avant tout il est nécessaire de construire la paix là où la guerre a apporté destructions et mort, et empêcher que ce cancer se répande ailleurs. Pour cela il est  nécessaire de s’opposer avec fermeté à la prolifération et au trafic des armes, et de leurs réseaux souvent occultes. Que ceux qui poursuivent des projets de haine et de violence soient privés de tout soutien. En revanche, que la collaboration entre les pays, les Organisations internationales et les Institutions humanitaires soit promue inlassablement, non pas en isolant mais en soutenant celui qui fait face à l’urgence ».

Le Pape a rencontré des migrants et des réfugiés du camp de Moria le 16 avril 2016 près du port de Mytilene, sur l'île de Lesbos en Grèce. AFP PHOTO POOL / FILIPPO MONTEFORTE
Filippo Monteforte AFP
Le Pape a rencontré des migrants et des réfugiés du camp de Moria le 16 avril 2016 près du port de Mytilene, sur l'île de Lesbos en Grèce. AFP PHOTO POOL / FILIPPO MONTEFORTE

Dans cette perspective, le Pape espère que le premier Sommet humanitaire mondial, qui aura lieu à Istanbul les 23 et 24 mai prochains, sera un succès. A ceux qui veulent construire des murs, pour se sentir plus en sécurité, il a rappelé que « les barrières créent des divisions, au lieu d’aider le vrai progrès des peuples, et les divisions provoquent tôt ou tard des conflits ». Il le redira à bord de l’avion qui le ramenait  à Rome : « J’ai toujours dit que construire des murs n’était pas la solution. Nous devons établir des ponts, mais ceux-ci doivent se construire avec intelligence, par le dialogue et l’intégration ».

Regarder les réfugiés en face

En se prêtant au traditionnel échange de questions-réponses des journalistes, il a confié avoir vécu à Lesbos « un voyage trop court, trop fort », encore très visiblement ému, rapporte Radio Vatican, par l’atmosphère « triste et émouvante » de ces quelques heures passées au milieu de ces milliers de migrants menacés de « refoulement » vers la Turquie. Comment ne pas l’être après avoir vu cet homme s’effondrer en larmes à ses pieds, devant cette femme criant et le suppliant  de la bénir, et devant cette petite fille, en sanglots qu’il a relevée et consolée en caressant son visage, au cours de sa visite au centre d’accueil de Moria, dans la matinée ? Le Pape l’avait annoncé dans l’avion juste avant d’arriver à Lesbos : ce voyage « est un peu différent des autres (…) un voyage marqué par la tristesse, à la rencontre de la plus grande catastrophe humanitaire depuis la seconde guerre mondiale. Nous allons voir tant de gens qui souffrent, qui fuient et qui ne savent pas où aller ».

Le pape François, le patriarche orthodoxe de Constantinople Bartholomée Ier et l'archevêque Jérôme d'Athènes, unis pour attirer l'attention du public sur les conséquences d'une crise humanitaire sans précédent en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.  AFP PHOTO POOL / FILIPPO MONTEFORTE
AFP

Le pape François, le patriarche orthodoxe de Constantinople Bartholomée Ier et l'archevêque Jérôme d'Athènes, unis pour attirer l'attention du public sur les conséquences d'une crise humanitaire sans précédent en Europe depuis la Seconde guerre mondiale. AFP PHOTO POOL / FILIPPO MONTEFORTE

Ces cris et larmes sont ceux d’une humanité rejetée, chassée, que personne ne veut voir, pour ne pas avoir à s’en occuper, et dont le pape tient plus que tout à défendre la cause en parlant ouvertement en leur nom : « Je veux vous dire que vous n’êtes pas seuls », a déclaré le Souverain Pontife aux réfugiés du camp. Avec le patriarche de Constantinople et l’archevêque d’Athènes, a-t-il ajouté « nous sommes venus écouter vos histoires. Nous sommes venus attirer l’attention du monde sur cette grave crise humanitaire et plaider pour sa résolution Nous savons tous par expérience combien il est facile à certains d’ignorer la souffrance des autres et même d’exploiter leur vulnérabilité. Mais nous savons également que ces crises peuvent révéler le meilleur en nous… Puissent tous nos frères et sœurs en ce continent, comme le bon samaritain, venir à votre aide dans l’esprit de fraternité, de solidarité et de respect pour la dignité humaine, qui a caractérisé sa longue histoire ».

Nous serons tous jugés un jour

Au camp de Moria, le pape François, le Patriarche œcuménique Bartholomée et l’archevêque Hiéronyme d’Athènes ont posé un geste œcuménique fort en signant une déclaration commune. Les trois chefs religieux appellent la communauté internationale, et précisément les dirigeants politiques, à « répondre avec courage à cette crise humanitaire massive et ses causes sous-jacentes, par des initiatives diplomatiques, politiques et de charité ainsi que par des efforts de coopération, à la fois au Moyen-Orient et en Europe ». Ils plaident solennellement « pour la fin de la guerre et de la violence au Moyen-Orient, et pour le retour honorable de ceux qui ont été contraints à abandonner leurs maisons ».

Enfin, pour répondre à ce grave défi, ils appellent tous les disciples du Christ à se souvenir des paroles du Seigneur, sur lesquelles nous serons jugés un jour : « Car, j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi… Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 35-36.40).

Tags:
LesbosmigrantoecumenismePape Françoisrefugiesvoyage
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement